En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Frappes en Syrie : en France, le débat politique bien loin d’une « union sacrée »

Politique

Les parlementaires débattent lundi 16 avril de l’opération militaire.

La participation de la France à des frappes ciblées contre le programme d’armement chimique syrien devait être au cœur de débats qui s’annonçaient tendus, lundi 16 avril, à l’Assemblée nationale et au Sénat. A 17 heures, les deux Assemblées parlementaires devaient se réunir de manière exceptionnelle, trois jours après l’intervention des Français aux côtés des Américains et des Britanniques. Après une déclaration du gouvernement, chaque groupe parlementaire devait disposer de dix minutes de prise de parole. « Cela permettra au gouvernement de s’exprimer devant tous les députés et à tous les groupes parlementaires d’exprimer leurs positions », s’est félicité, dimanche, François de Rugy, président de l’Assemblée nationale, au sortir d’une rencontre entre le premier ministre et les différents responsables parlementaires. 

Le débat entre les différentes forces politiques s’est engagé sur un ton bien éloigné de « l’union sacrée ». Dès mardi 10 avril, quelques jours après le bombardement chimique imputé au régime syrien, qui a fait plusieurs dizaines de morts à Douma, le sujet avait été abordé dans une atmosphère crispée lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Un député communiste, Jean-Paul Lecoq, avait ainsi constamment mis en doute la nature chimique de cette attaque, en répétant, depuis son siège : « Semble-t-il ! Ce n’est pas prouvé ! », à chaque fois que ses collègues et le gouvernement mentionnaient l’usage d’armes chimiques.

Depuis, plusieurs responsables politiques ont dit leur opposition à une intervention française. Une fois n’est pas coutume, les dirigeants du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez, et de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, ont parlé d’une même voix à ce sujet dans l’édition du Journal du dimanche du 15 avril. « Frapper pour frapper, pour donner le sentiment de faire quelque chose, sans qu’il y ait une quelconque stratégie derrière, je n’en comprends ni l’utilité...


Lire la suite : Frappes en Syrie : en France, le débat politique bien loin d’une « union sacrée »


Articles en Relation

Quand Mélenchon admet qu’il a perdu une manche face à Macron   Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde », souligne que le leader de La France insoumise a reconnu samedi que « l’ava...
La webtélé des « insoumis », Le Média, dévoile financement et contenus Le Média, la webtélé alternative de la gauche mélenchoniste, a commencé à se dévoiler, dimanche 19 novembre. Lors d’un « point d’étap...
« La France a un sérieux problème avec la rétention des enfants étrangers » Le député Florent Boudié (LRM), qui déposera une proposition de loi à la fin de l’année, estime, dans une tribune au « Monde », que le gouvernement ...
Cinq ans après la mort de Clément Méric, les antifascistes veulent « poursuivre ... Pour les militants, le procès doit être « un moment de vérité ». A leurs yeux, l’antifascisme « se passe dans la rue pas dans les salles d’audience ...
Le président Macron, le résistant et le trublion Une pluie fine, presque invisible, s’est mise à tomber. Les portes-fenêtres du salon des ambassadeurs, qui donnent sur le parc de l’Elysée, sont res...
Patiemment, Mélenchon bâtit une coalition des colères contre Macron En dépassant les clivages partisans, le chef de file de La France insoumise prend une posture de rassembleur tout en devenant le pivot des opposit...