En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Epargne : des pistes pour réformer le calcul du taux du Livret A

Politique

A l'avenir, le taux pourrait ne varier que de dix points de base. Le taux plancher, lui, serait fixé en valeur absolue.

Une fois de plus, la formule qui permet de fixer le taux d’intérêt du Livret A va être réformée. La justification est la même que par le passé : les pouvoirs publics souhaitent que cette formule de calcul s’applique réellement, aussi souvent que possible. Ils espèrent donc supprimer la dimension politique de la fixation du taux de ce produit d’épargne détenu par plus de 55 millions de personnes.

Le taux du Livret A obéit déjà à des règles de calcul très précises, basées sur les taux courts (l’Eonia) et le taux de l’inflation, et arrondi au quart de point le plus proche. La Banque de France le détermine traditionnellement le 15 janvier et le 15 juillet de chaque année, mais le gouverneur de la banque centrale ou le ministre des finances peuvent ne pas appliquer la formule. Si bien qu’à l’approche de la date fatidique la pression monte sur le locataire de Bercy, toujours réticent à valider une mesure aussi impopulaire que la baisse du taux de ce produit plébiscité par les Français.

Ces dernières années, la formule a été rarement appliquée. D’abord parce que les taux très bas et la faible inflation auraient tiré trop vigoureusement vers le bas la rémunération des épargnants, ensuite parce que l’inflation est repartie à la hausse et s’est écartée des taux de marché, anesthésiés par la politique monétaire de la Banque centrale européenne. Or, si l’exécutif veut conserver un taux assez attractif pour les détenteurs de Livret A, il n’entend pas pénaliser les organismes de logement social avec des prêts à taux trop élevés.

C’est dans ce contexte que le gouvernement a décidé, fin 2017, de geler pendant deux ans (jusqu’à fin janvier 2020) la rémunération du Livret A, au taux historiquement bas de 0,75 %, pour offrir aux organismes de logement social des conditions de financement attractives en échange d’une baisse de leurs loyers. Et ce, afin de permettre à l’Etat de diminuer les aides personnalisées au logement.

Consensus assez large
 

Depuis,...


Lire la suite : Epargne : des pistes pour réformer le calcul du taux du Livret A


Articles en Relation

« Le rejet, pour ne pas dire la haine, que suscite Macron est une donnée fondame... Dans sa chronique, l’éditorialiste au « Monde » Françoise Fressoz estime que le chef de l’Etat peut bien « mettre le paquet », il n’est pas sûr de p...
« Jeunes et les policiers ont un point commun essentiel : tous se sentent mal ai... Alors que la relation entre jeunes et forces de l’ordre est au plus mal, l’ex-agent du RAID Bruno Pomart explique dans une tribune au « Monde » que ...
La coalition de Merkel meurtrie après l’échec électoral bavarois La CSU a essuyé hier un camouflet historique, cédant sa majorité absolue au parlement régional. Le SPD a, lui, perdu près de la moitié de ses électe...
Ferroviaire : les PME du fret se disent étranglées par la SNCF La négociation sur l’indemnisation des opérateurs de fret pour leurs pertes pendant la grève est en cours de finalisation. Les plus petits acteurs c...
« Le Pen face à Macron. Un combat sans merci où se joueraient l’avenir de la Fra... Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde », observe que le chef de l’Etat et sa rivale du second tour ont repris leur face-à-f...
De l’école jusqu’au lycée, les profs en grève contre les suppressions de postes C’est une première depuis 2011 : tous les syndicats des personnels de l’éducation appellent à la grève lundi 12 novembre pour dénonce...