Egalité salariale : à partir du 6 novembre à 15 h 35, les Françaises travaillent « gratuitement »

Economie

C’est le calcul auquel est parvenue la newsletter « Les Glorieuses », qui veut sensibiliser l’opinion sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes.

A compter de mardi 6 novembre, à 15 h 35, les Françaises travaillent pour rien. C’est ce qu’annonce Les Glorieuses, à l’origine de ce calcul annuel. En 2017, la newsletter féministe avait arrêté la date du 3 novembre à 11 h 44. Avec trois jours « gagnés » en un an, le chemin vers l’égalité des salaires des hommes et des femmes s’annonce encore long. Les Glorieuses conclut :

« A ce rythme-là, l’égalité est pour 2168. Il est temps d’agir… »

Pour mobiliser, la fondatrice de la newsletter, Rebecca Amsellem, a lancé le hashtag #6novembre15h35 sur Twitter, heure et date qui correspondent au moment où le salaire des hommes dépasse, en cumulé, celui des femmes sur une année complète. L’objectif étant de sensibiliser l’opinion au sujet des inégalités salariales.

#6Novembre15h35 - En 2018, les femmes travailleront gratuitement du 6 novembre jusqu'à la fin de l'année. On s'enga… https://t.co/mFgKVzqzhq

— Les_Glorieuses (@Les Glorieuses Newsletter)

La Journée européenne de l’égalité salariale a eu lieu samedi 3 novembre, date à partir de laquelle les Européennes travaillent gratuitement, selon les données fournies par Eurostat. En France, les femmes ont un salaire inférieur de 15,2 % à celui des hommes. Un écart assez proche de la moyenne européenne (16,2 %), qui stagne.

Les Glorieuses cite plusieurs autres données, à commencer par la différence de salaires de 9 % entre hommes et femmes « à travail égal, en prenant en compte les tranches d’âges, le contrat, le temps, le secteur d’activité et la taille de l’entreprise ». Enfin, selon les chiffres les plus récents de l’Institut national de la statistique et des études économioques (Insee), qui remontent à 2015, toutes catégories confondues, « les salaires des femmes sont inférieurs de 23,7 % à ceux des hommes. En d’autres termes, les hommes perçoivent 31,1 % de plus que les femmes », écrit la newsletter.

Sanctions possibles à l’avenir

Une situation qui pourrait changer peu à peu. Des sanctions possibles à l’avenir sont évoquées par le gouvernement pour pénaliser les sociétés où les écarts seraient flagrants.

Les entreprises de plus de cinquante salariés où des inégalités salariales entre femmes et hommes auront été mesurées auront « trois ans » pour remédier à la situation, faute de quoi elles pourraient encourir une « sanction » équivalente à « 1 % du chiffre d’affaires », a annoncé, le 23 octobre, la ministre du travail, Muriel Pénicaud. L’égalité salariale femmes-hommes, « l’un des quatre volets importants » de la loi sur l’avenir professionnel votée cet été, constitue « une ambition très forte » qui, « grâce à la loi », est « devenue un objectif », a dit la ministre.

Rebecca Amsellem plaide pour l’allongement du congé paternité, à égalité avec le congé maternité, afin d’équilibrer les interruptions de carrières pour les parents des deux sexes, car les écarts se creusent au moment de la naissance du premier enfant, relève-t-elle. La militante appelle aussi à une transparence obligatoire des salaires dans l’entreprise, s’appuyant sur les exemples des pays qui ont mis en place cette pratique et au sein desquels les inégalités s’amenuisent.

L’Islande est exemplaire en matière de parité. Le 1er janvier, elle a été le premier pays à légiférer contre les différences de salaires entre les femmes et les hommes.


Lire la suite : Egalité salariale : à partir du 6 novembre à 15 h 35, les Françaises travaillent « gratuitement »


Articles en Relation

« La sécurité au travail demande une attention constante » Alors que les mutations de l’emploi modifient la nature des risques, organiser la prévention est une tâche plus centrale que jamais du management, p...
« Baisser le salaire des députés et ministres » : une solution simpliste, partag... Une publication suggérant de moins payer les élus a été largement partagée en ligne. Mais outre qu’elle évoque un exemple belge, cette idée n’engend...
Inégalités : pourquoi l’Europe avance à tout petits pas sur le social Les écarts de revenus n’ont cessé de se creuser dans tous les pays européens, et ce depuis les années 1980. Les réponses sociales de Bruxelles reste...
Amiante : « La réparation du préjudice d’anxiété n’est pas automatique » La Cour de cassation a élargi vendredi 5 avril, l’étendue du préjudice d’anxiété à l’ensemble des salariés exposés professionnellement à l’amiant...
Inégalités : « Les leçons de la Rome antique » L’universitaire américain Edward Watts dresse un parallèle entre le basculement de la république romaine dans le populisme et les Etats-Unis d’aujou...
Les salariés les plus mobiles restent très attachés à leur bureau Selon une enquête IFOP-SFL dans le Grand Paris, le travail « nomade », prisé des jeunes générations, favorise les locaux de qualité, situés dans des...