« La fermeture de l’usine Michelin de Dundee est un signe de plus que l’Europe va affronter un hiver rude »

Economie

Brexit, baisse du marché automobile, guerre commerciale… L’alignement des planètes qui avait conduit à une météo très favorable pour l’Europe est en train de se défaire, explique dans sa chronique Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

Pertes & Profits. Dundee a vu passer les cycles économiques comme les nuages dans le ciel d’Ecosse, toujours en mouvement. La troisième ville du pays, derrière Edimbourg et Glasgow, a connu la prospérité, du temps des baleiniers, du jute et des grandes manufactures, le déclin et le renouveau. Elle n’échappe pas aujourd’hui à la nouvelle lame de fond de désindustrialisation qui touche tout le Royaume-Uni.

L’une de ses principales usines va fermer. Le fabricant français de pneumatiques Michelin a annoncé l’arrêt de son site, qui emploie 845 personnes. Tout le personnel politique local et national monte au créneau. La première ministre, Nicola Sturgeon, qui s’était rendue sur place il y a un an, se déclare « dévastée » par cette annonce et promet des aides. Les syndicats hurlent à la trahison.

Il est vrai que la nouvelle prend tout le monde de court. Michelin avait investi 70 millions d’euros pour moderniser l’usine et garantir sa pérennité pour les dix à quinze prochaines années. Mais en septembre, le directeur de l’usine, John Reid, avait reconnu dans les colonnes du journal local, The Courier, que des adaptations seraient nécessaires, voire des suppressions de postes, pour pallier la baisse des commandes. La solution a été nettement plus radicale.

Car la tempête qui se lève aujourd’hui n’a rien d’une petite brise de printemps. Soudain, l’alignement des planètes qui avait conduit à une météo très favorable pour l’économie européenne est en train de se défaire. Tous les éléments convergent désormais pour nous promettre un hiver rude.

Le Brexit est évidemment le premier sur la liste. Au fur et à mesure que l’échéance d’une sortie du Royaume-Uni se précise, les industriels réfléchissent avant d’investir.

Le piège chinois se referme

D’autant que le marché automobile britannique s’effondre : 9,3 % de baisse en septembre, 2,9 % en octobre. Un phénomène qui commence à toucher l’Europe, à la faveur...


Lire la suite : « La fermeture de l’usine Michelin de Dundee est un signe de plus que l’Europe va affronter un hiver rude »


Articles en Relation

« L’Europe doit récupérer sa souveraineté fiscale » Trois députés européens estiment dans une tribune au « Monde » que les ministres des finances européens doivent adopter sans délai la taxe sur les ser...
Les pays asiatiques tentent de tirer parti de la guerre commerciale sino-américa... Le Vietnam, qui a vu ses exportations vers les Etats-Unis augmenter de 28 % sur les cinq premiers mois de 2019, fait partie des grands « gagnants » ...
Opération « Yellowhammer » : les conséquences alarmantes sur le Royaume-Uni en c... Le « Sunday Times » a publié des documents gouvernementaux confidentiels prédisant des heures sombres dans l’hypothèse d’une sortie sans accord de l...
Trump « adore » sa guerre commerciale, Wall Street beaucoup moins Alors que Pékin a pris des mesures en représailles contre les importations américaines, les marchés financiers ont dévissé, signe d’une crainte réel...
Les 20 ans de l’euro : la monnaie unique reste fragile L’euro a survécu à la crise et les citoyens des pays membres lui sont très attachés. Mais les faiblesses de son architecture n’ont pas permis une co...
Ce que le Brexit a déjà coûté à l’économie britannique Les incertitudes entourant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ont provoqué un effondrement de l’investissement des entreprises, outre-Ma...