Avec 641 nouveaux bus propres, l’Ile-de-France se veut championne du transport vert

Economie

Un an après son appel d’offres de 1 000 bus électriques, attribué ce mardi 9 avril, la région récidive avec cette commande d’autocars électriques et GNV.

Un an après avoir lancé un appel d’offres géant pour l’achat de près de 1 000 bus électriques pour Paris et la petite couronne – lequel a été attribué mardi 9 avril –,la région Ile-de-France ­récidive avec une nouvelle méga-commande de 641 bus et autocars électriques et GNV (c’est-à-dire roulant au gaz naturel pour véhicules) destinés, cette fois, à la grande couronne. Le principe de cet appel au marché pour un ­montant de 200 millions d’euros devrait être approuvé mercredi 17 avril par le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités (IDFM), l’entité chargée d’organiser le transport public dans la région capitale.

L’appel d’offres sera piloté, chose inédite, en direct par IDFM pour l’ensemble des opérateurs de transport de la zone concernée ; soit la RATP pour 40 véhicules et, pour les 600 autres appareils, les opérateurs du réseau Optile, où Transdev et Keolis se taillent la part du lion. Les nouveaux bus et cars seront livrés en 2020 et 2021.

Par cette opération « bus propres pour la grande couronne », la région s’apprête à renouveler d’un seul coup, avec ces 641 bus, 12 % de la flotte du secteur en question (environ 5 500 bus pour la moyenne et grande couronne sur les 10 000 en circulation dans toute la région). Surtout, l’Ile-de-France se pose en championne du transport vert pour tous.

Trois constructeurs français choisis

« Nous affirmons par cette ­commande qu’il n’y a pas de Franciliens de seconde zone, déclare ­Valérie Pécresse, la présidente LR de la région. Nous avons choisi de ne plus acheter de bus hybrides, ils polluent beaucoup trop. Cette décision doit aussi bénéficier aux habitants de la moyenne et grande couronne qui peuvent être aussi très exposés aux polluants, en particulier le long des grands axes routiers. Et un appel d’offres de cette ampleur permet de standardiser le matériel pour qu’il n’y ait pas de véhicule plus ou moins confortable selon que votre ligne est éloignée ou non des centres-villes. »

Par une opportune coïncidence de calendrier, cette commande de 641 véhicules propres est sur le point d’être révélée alors que l’autre grand appel d’offres électrique (400 millions d’euros pour 800 bus RATP, qui seront livrés à partir de 2020) vient d’être attribué à trois constructeurs français : Heuliez, Bolloré et Alstom. Voilà qui devrait mettre un double coup de projecteur sur la politique de mobilité propre de la région. « Les autorités organisatrices de transport des métropoles du monde ­entier viennent voir ce que l’on fait en la matière en Ile-de-France », s’enorgueillit Mme Pécresse.


Lire la suite : Avec 641 nouveaux bus propres, l’Ile-de-France se veut championne du transport vert


Articles en Relation

La Chine peine à convaincre l’Occident de son ouverture A l’Exposition internationale d’importation de Shanghaï, le président Xi Jinping a annoncé 30 000 milliards de dollars d’importations de biens dans le...
Energie : les « méthodes commerciales douteuses » des fournisseurs d’électricité... Le médiateur de l’énergie s’inquiète dans son rapport annuel de la hausse persistante du nombre de litiges avec les clients, en hausse de 38 % en de...
Sur « Apple News », beaucoup de magazines, peu de journaux et des données sécuri... Le bouquet rassemble plus de 300 titres, en majorité des magazines, mais suscite la méfiance des quotidiens américains. Avec la vidéo à la demande ...
Pékin emploie la diplomatie des gros contrats avec les Occidentaux La Chine a passé une commande historique de 300 Airbus, mais n’a pas encore signé pour une usine de retraitement du combustible nucléaire. Pas enco...
Bercy réclame une amende record de 117 millions d’euros pour Leclerc, accusé de ... Le numéro un français de la grande distribution est accusé de contourner la loi et d’imposer des baisses de tarifs à ses fournisseurs. A vouloir po...
La SNCF tire un trait sur les cars Macron La cession de sa filiale d’autocars longue distance permet au groupe public ferroviaire d’entrer au capital du leader européen du covoiturage. ...