En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Le président du Brésil secoué par de graves accusations de corruption - Le Point

Actualités

Un nouveau séisme a secoué mercredi la politique brésilienne, visant directement le président conservateur Michel Temer, enregistré en train de donner son accord à des pots-de-vin, selon le journal O Globo. Le chef d'État a nié les faits dans un communiqué, mais la nouvelle a fait l'effet d'une bombe, avec des appels à la démission de la part de plusieurs partis d'opposition. Plusieurs dizaines de Brésiliens sont descendus dans les rues pour protester dans les plus grandes villes du pays, y compris devant le palais présidentiel, à Brasilia, avec des cris de « Temer dehors » à grand renfort de klaxons.

Touchée de plein fouet par une récession historique, la population est exaspérée par les multiples rebondissements du méga-scandale Petrobras, qui éclabousse l'ensemble de la classe politique, y compris plusieurs ministres du gouvernement Temer. Selon O Globo, le président est directement impliqué dans d'autres malversations. Le quotidien révèle qu'il a rencontré le 7 mars Joesley Batista, un des propriétaires du groupe J&F, qui contrôle notamment le géant de la viande JBS. Joesley Batista s'est enregistré secrètement alors qu'il expliquait au chef de l'État qu'il versait des sommes d'argent à Eduardo Cunha, ex-président de la Chambre des députés, actuellement en prison, pour acheter son silence, poursuit le journal basé à Rio de Janeiro (sud-est).

« Tu dois maintenir ça »

Avant d'être condamné fin mars à quinze ans de prison pour corruption, Eduardo Cunha, autrefois l'un des politiques les plus influents du Brésil, avait œuvré en 2016 à la destitution de l'ex-présidente de gauche Dilma Rousseff, pour maquillage des comptes publics. « Tu dois maintenir ça (les pots-de-vin) », a alors répondu le président Temer, sans savoir qu'il était en train d'être piégé par l'enregistrement de son interlocuteur. « Le président Michel Temer n'a jamais demandé des paiements afin d'obtenir le silence de l'ex-député Eduardo Cunha. Il n'a pas participé ou autorisé une opération ayant pour objectif d'éviter une confession ou une collaboration avec la justice de l'ancien parlementaire », a répondu la présidence brésilienne dans un communiqué.

Le journal n'a pas encore diffusé le contenu intégral des enregistrements, mais a expliqué qu'ils auraient été présentés aux autorités dans le cadre d'un accord avec la justice en échange d'une remise de peine. Le Parti des travailleurs, formation politique de Mme Rousseff, a réclamé publiquement la démission du chef d'État, dans un communiqué cosigné par cinq autres partis d'opposition. Le député Alessandro Molon, du parti Rede (centre gauche), un des signataires, a pour sa part déposé une demande officielle de destitution. Selon lui, ces révélations constituent « l'acte final d'une bombe atomique qui va exploser dans le pays ».


Lire la suite : Le président du Brésil secoué par de graves accusations de corruption - Le Point


Articles en Relation

Corruption présumée à la prison de Fresnes : deux personnes écrouées, dont un di... L'affaire est des plus embarrassantes pour l'administration pénitentiaire. Deux personnes ont été mises en examen dans le cadre d'une information ju...
Corée: L'héritier de Samsung condamné à cinq ans de prison pour corruption - 20m... L’héritier de l’empire sud-coréen Samsung, Lee Jae-Yong, a été condamné vendredi à cinq ans de prison au terme de son procès pour corruption....
La Cour suprême du Brésil donne son feu vert à l'incarcération de l'ex-président... Il était un peu plus de 14 heures, mercredi 4 avril, quand l’ancien chef d’Etat a quitté son appartement de Sao Bernardo do Campo, ville i...
VIDEO. Cent jours de Trump à la Maison Blanche: Etre président, «ce n'est pas si... C’est un cap symbolique pour tout président américain. Samedi, Donald Trump fêtera ses 100 jours à la Maison Blanche. S’il jurait récemment à la foule...
"Ceux qui foutent le bordel" : "Un président ne devrait pas dire ça" (presse) - ... REVUE DE PRESSE - La nouvelle saillie d'Emmanuel Macron accusant certains salaris ou syndicalistes "de foutre le bordel" passe mal dans la presse de...
Malte : une célèbre journaliste qui accusait le gouvernement de corruption a été... Assassinat politique à Malte ? Une blogueuse maltaise, Daphne Caruana Galizia, a été tué ce lundi, par une bombe placée sous sa voiture. En début d'...

ACTUALITÉS LES DERNIÈRES INFOS