En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Donald Trump ne veut pas d'immigrés venant de «pays de merde» - Le Figaro

Actualités

De notre correspondant à Washington

Le dédain de Donald Trump pour le «politiquement correct», son sens aléatoire de la diplomatie et ses positions radicales en matière d'immigration se sont combinés jeudi pour provoquer un nouveau dérapage verbal, qui a déclenché des hauts cris chez ses adversaires, sans risque de choquer pour autant ses partisans.

Discutant d'une réforme de l'immigration avec des sénateurs démocrates et républicains invités à la Maison-Blanche, le président est intervenu lorsque le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin ont évoqué l'accueil de ressortissants de pays africains, du Salvador ou d'Haïti. «Pourquoi fait-on venir ici tous ces gens de pays de merde?», s'est exclamé le président. Il a déclaré que les États-Unis feraient mieux de s'ouvrir à des immigrants de pays comme la Norvège, dont la première ministre était à Washington la veille. «Quel besoin avons-nous d'Haïtiens en plus? a déclaré Trump. Qu'on les vire.» La tirade a choqué plusieurs sénateurs présents, qui l'ont rapportée au Washington Post.

La Maison-Blanche n'a pas démenti. «Certains politiciens de Washington préfèrent se battre pour des pays étrangers, mais le président se battra toujours pour les Américains, a justifié un porte-parole, Raj Shah, dans un communiqué publié jeudi soir. Comme d'autres pays ayant adopté un système d'immigration au mérite, le président Trump se bat pour une solution permanente qui renforce notre pays en accueillant ceux qui peuvent contribuer à notre société, à la croissance de notre économie et s'assimiler à notre grande nation.»

«Remarques cruelles, clivantes, élitistes»

La polémique a démarré aussitôt, focalisée en partie sur les mérites d'une immigration ouverte ou sélective, mais plus encore sur le caractère «raciste» prêté aux propos du président. Cedric Richmond, chef du Black Caucus à la Chambre, y a vu «une nouvelle preuve que son programme de ‘rendre sa grandeur à l'Amérique' consiste en fait à rendre sa blancheur à l'Amérique.» La républicaine de l'Utah Mia Love, d'origine haïtienne, a dénoncé des «remarques cruelles, clivantes, élitistes qui contredisent les valeurs de notre nation.»

Fin décembre, le New York Times avait relaté une réunion du mois de juin à la Maison-Blanche sur l'immigration durant laquelle Donald Trump aurait déclaré que les Haïtiens «ont tous le sida» et que les Nigérians, une fois accueillis aux États-Unis, «ne retourneront jamais dans leurs huttes». La porte-parole du président, Sarah Sanders, avait démenti tout commentaire désobligeant de sa part en cette occasion.


Lire la suite : Donald Trump ne veut pas d'immigrés venant de «pays de merde» - Le Figaro


Articles en Relation

Souvent moqué pour sa célèbre coiffure, Donald Trump vante la qualité de sa chev... Souvent moqué pour l'aspect de sa coiffure, le président américain Donald Trump a vanté, lundi, la qualité de sa chevelure,lors d'un discours pronon...
Le célèbre journaliste Bob Woodward signe un portrait accablant de Donald Trump Le journaliste Bob Woodward, rendu célèbre pour avoir révélé l'affaire du Watergate avec Carl Bernstein en 1974, publie un livre sur Donald Trump, r...
« Je ne suis pas raciste », assure Donald Trump - Le Monde Le président américain, Donald Trump, a déclaré dimanche 14 janvier qu’il n’était « pas raciste » après que des médias ont rapporté ses pr...
Les gagnants et les perdants de la réforme fiscale de Donald Trump - Le Monde Il ne manquera plus que la signature de Donald Trump et un deuxième vote technique de la Chambre des représentants qui a fait des erreurs de procédu...
Trump échange près de 2 millions de naturalisations contre le financement de son... Donald Trump est prêt à faire une concession pour obtenir le financement du mur frontalier avec le Mexique. Ce projet, l'une de ses promesses d...
Donald Trump face à de solides accusations d'interférences russes - Le Monde La justice américaine a mis la Russie et le Kremlin sur la sellette vendredi en inculpant 13 Russes, dont un proche de Vladimir Poutine, pour avoir ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA