Dans l'Isère, les attaques se multiplient contre les forces de l'ordre - Sud Ouest

Actualités

Un incendie volontaire s’est déclaré ce jeudi vers 4h du matin dans l’enceinte de la brigade de gendarmerie de Meylan (Isère), rapporte Le Dauphiné Libéré. Ce sinistre s’inscrit dans le cadre d’attaques à répétition commises à l’encontre des forces de l’ordre dans la région depuis un mois. Elles pourraient être l’oeuvre d’un groupuscule d’anarchistes libertaires, animé par un violent sentiment "anti-flic".

Un incendie qui visait personnellement les gendarmes

L’incendie survenu dans la nuit de mercredi à jeudi a détruit plusieurs véhicules et a endommagé la façade des bâtiments voisins, dans lesquels logent les militaires et leurs familles. Ces derniers ayant pu évacuer rapidement les lieux, aucun blessé n’est à déplorer. Ce ne sont pas les voitures de patrouille qui ont été visées, mais les véhicules personnels des gendarmes. Ceux d’entre eux qui étaient sur place ont tenté de maîtriser le feu en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers. A 7 heures, l’incendie était éteint.

Même si heureusement, il y a eu cette fois plus de peur que de mal, les forces de l’ordre ont fait part de leur malaise et de leur colère face à cet incident. Et pour cause : depuis septembre, de nombreuses attaques similaires ont touché des gendarmeries dans la région. "Cet acte visait non pas les locaux et bureaux de la gendarmerie mais bien les véhicules privés" a déploré dans les colonnes du Dauphiné Libéré le colonel Yves Marzin, commandant le groupement de gendarmerie de l’Isère. "C’est un nouveau cap qui est franchi. On s’attaque directement aux familles", a-t-il dénoncé.

"On continuera de s’en prendre à la police et à la justice"

Le 21 septembre dernier, un autre incendie volontaire était survenu au sein de la caserne Offner, à Grenoble. Plusieurs dizaines de véhicules de la gendarmerie et un hangar de 3 000 mètres carrés où se trouvait le plateau technique d’identification criminelle de la gendarmerie avaient été détruits. Il avait été revendiqué par un groupe d’extrême-gauche qui sévit dans la région, via le site anarco-libertaire indymedia.org.

Dans son message, le groupuscule faisait référence au procès en cours des auteurs suspectés de l’attaque d’une voiture de police en mai 2016 à Paris : "Ce jeudi, à trois heures du matin, deuxième jour du procès de la voiture brûlée, avons pénétré dans la caserne Vigny-Musset, avons incendié six fourgons d’intervention et deux camions logistique. (…) Cet acte s’inscrit dans une vague d’attaques de solidarité avec les personnes qui passent en procès ces jours-ci. (…) Quelle que soit l’issue du procès, on continuera à s’en prendre à la police et à la justice. Notre hostilité est un feu qui se propage". Le communiqué était signé "Des nocturnes".


Lire la suite : Dans l'Isère, les attaques se multiplient contre les forces de l'ordre - Sud Ouest


Articles en Relation

Un énorme incendie détruit le Musée national de Rio de Janeiro Un spectaculaire incendie s'est déclaré dimanche dans le Musée national de Rio de Janeiro, au Brésil, menaçant sa collection de plus de 20 mill...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA