Mondial-2018 : l’Australie, Petit Poucet mais costaud

Actualités

Outsider assumé de la poule C, l’Australie compte sur son jeu physique et ses grands gabarits pour bousculer ses adversaires et faire déjouer les pronostics. Et ce, dès son premier match, le 16 juin face à l’équipe de France.

Au classement Fifa, il n’y a pas photo, l’Australie, 40e au classement, est le petit Poucet de la pouleC, celle de la France, lors du Mondial-2018 en Russie.

En plus, les Soceroos ont été privés de coach à quelques mois de la Coupe du monde, Ange Postecoglou, qui venait de les qualifier pour la Coupe du monde, ayant subitement quitté ses fonctions.

Pour lui succéder, la Fédération australienne a fait appel à l'expérimenté Bert vanMarwijk, 66ans, qui a notamment sur son CV un authentique exploit: c'est lui qui a conduit les Pays-Bas jusqu'en finale du Mondial-2010 en Afrique du Sud.

Privée de coach à quelques mois du Mondial-2018, l'Australie a choisi en catastrophe de faire appel au Néerlandais Bert van Marwijk. Un sélectionneur connu pour son pragmatisme plus que pour son beau jeu.

Van Marwijk compte appliquer des méthodes qui ont fait leurs preuves. À la tête des Oranje, il abandonné le fameux football total prôné par des générations d'équipes néerlandaises, pour privilégier des systèmes de jeu moins flamboyants mais plus adaptés à son équipe.

Avec l’Australie, le Néerlandais a adopté comme à son habitude une tactique pragmatique, expliquant vouloir se reposer sur une équipe "forte physiquement" pour se hisser en huitièmes de finale.

Le cas Cahill

Rugueuse mais limitée techniquement, l’Australie va devoir régler un autre problème: celui de sa star Tim Cahill. À 38ans, il fait plus que figure de vétéran, mais il est toujours présent et pourrait même devenir l’un des rares joueurs au monde à marquer un but lors de quatre éditions de la Coupe du monde.

Véritable idole en Australie, Tim Cahill est le vétéran de cette équipe. Mais certains redoutent qu'à 38 ans, le héros australien ne dispute la Coupe du monde de trop. © AFP

Mais sa dernière saison ne plaide pas en sa faveur, il a passé la majeure partie de celle-ci sur le banc à Millwall, en D2 anglaise. Pas une raison suffisante, selon Van Marwijk, pour se passer du joueur le plus célèbre de l’équipe, qu’il considère comme un "cas à part". Les joueurs d’exception, c’est souvent dans les grandes compétitions qu’on les retrouve, Deschamps, Zidane et les Bleus en savent quelque chose…


Lire la suite sur FRANCE 24 : Mondial-2018 : l’Australie, Petit Poucet mais costaud


Articles en Relation

Mondial-2018 : ce qui attend les Bleus face à l'Uruguay La France, qui affronte l’Uruguay en quarts de finale du Mondial, va se frotter à une sélection solidaire et bien organisée défensivement, façonnée ...
Mondial-2018 : la Russie ouvre sa coupe du Monde et veut éviter une sortie préma... Poutine affiche son pessimisme et le clergé russe appelle à la prière… Au moment de donner le coup d’envoi de son mondial, organisé pour la première...
Mondial-2018 : menée de deux buts, la Belgique renverse le Japon et rejoint le B... Au terme d'un match spectaculaire, la Belgique a eu raison du Japon, lundi soir, dans les arrêts de jeu de leur 8e de finale du Mondial-2018 (3-2). ...
Mondial-2018 : le Brésil de Neymar tenu en échec par la Suisse Pourtant annoncé parmi les favoris à la victoire finale, le Brésil est tombé sur un os dimanche à Rostov-sur-le-Don. Neymar et ses coéquipiers n'ont...
Mondial-2018 : football, politique et propagande, quand les chefs d'État occupen... Authentiques passionnés de football ou opportunistes tentant de profiter d'une forte exposition médiatique, les dirigeants des nations qualifiées po...
Mondial-2018 : Bleus mis à part, les tops et les flops de la Coupe du monde S'ils font la une depuis leur sacre en finale du Mondial-2018, il n'y a pas non plus que les Bleus. France 24 se penche sur le bilan de la compétiti...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA