La pollution des Romains à l'origine d'un changement climatique

Environnement

Bien avant les voitures et les centrales à charbon, les Romains ont massivement brûlé du bois et décimé des forêts pour se nourrir et entretenir leur mode de vie. Des activités qui ont significativement modifié le climat de l'époque, preuve que l'Homme était déjà un gros pollueur il y a 2.000 ans.

 

Plus personne aujourd'hui ne remet en cause l'implication des activités humaines dans le réchauffement climatique. La concentration de l’atmosphère en CO2 a atteint un record de 407 parties par million (ppm) en 2018, contre 280 ppm avant la révolution industrielle, sans compter les particules fines émises par les voitures et les centrales à charbon.

L'Homme n'a cependant pas attendu les avions ni le pétrole pour polluer l'atmosphère. Une nouvelle étude de l’ETZ Zürich montre que les Romains ont eux aussi contribué au changement climatique à travers leurs activités. Plusieurs articles avaient déjà pointé du doigt les nombreux dégâts causés par l’Homme, notamment via la déforestation pour dégager des terres, récolter du bois de construction, ou faciliter les déplacements.

Les Romains brûlaient également du charbon et du bois pour fabriquer du fer, cuire des poteries, se chauffer et cuisiner mais également pour la crémation des corps. Selon les différentes estimations, un habitant brûlait ainsi entre 1,5 et 5 kg de bois chaque jour à l'époque. Mais, entre l’augmentation de l’albédo et les émissions d'aérosolsconduisant plutôt à un refroidissement, et la réduction de la capacité des sols à capturer le CO2 favorisant le réchauffement, l'impact sur le climat n'avait pas été clairement établi.

Une pollution ayant plutôt un effet refroidissant

Pour leur étude, les chercheurs suisses se sont appuyés sur un ensemble d'analyses visant à estimer les émissions d'aérosols issus des incendies et le changement d'affectation des sols pour le premier siècle après J.-C, lorsque l’empire romain était à son apogée. Ils ont ensuite appliqué un modèle de simulation climatique pour estimer les conséquences sur le climat. D'après leurs calculs, la déforestation aurait entraîné un léger réchauffement de 0,15 °C tandis que les aérosols issus de incendies auraient à l'inverse refroidi le climat de 0,17 °C à 0,46 °C. Une différence qui peut sembler minime mais qui est en fait considérable si l'on attribue cet effet uniquement aux activités humaines.

Les feux de friches et de résidus agricoles provoquaient une pollution massive déjà à l’époque des Romains. © Melena-Nsk, Fotolia

Les feux de friches et de résidus agricoles provoquaient une pollution massive déjà à l’époque des Romains. © Melena-Nsk, Fotolia


Les estimations climatiques montrent pourtant une période anormalement chaude entre 250 et 400 après J.-C (appelée « optimum climatique romain »), attribuée en grande partie à des phénomènes naturels : activité du soleil, modifications des courants océaniques et faible activité volcanique. Un réchauffement qui aurait été atténué par la pollution anthropique des Romains, estiment les chercheurs. Les fumées des incendies auraient en revanche provoqué une énorme pollution dans les villes et affecté le régime des précipitations.

Un Petit Âge glaciaire à l’origine de la chute de l’Empire romain ?

À cet optimum climatique a succédé le « Petit Âge glaciaire », une longue vague de froid qui s'est étendue de 536 à 660 après J.-C et qui aurait entraîné des décennies d'étés plus froids, parfois jusqu'à 4 °C inférieurs par rapport à la température normale selon les travaux de Ulf Büntgen et de ses collèges publiés dans la revue Nature Geoscience.

Ce refroidissement constitue l'une des nombreuses explications à la chute de l’Empire romain. Dans son ouvrage Comment l'Empire romain s'est effondré, Kyle Harper, professeur d'histoire à l'université d'Oklahoma, explique ainsi comment les changements climatiques et les dégâts causés à l'environnement (forêt coupées et incendiées, construction de routes...) ont favorisé la propagation des épidémies et entraîné des crises alimentaires. Une leçon à retenir pour notre société moderne ?

Ce qu'il faut retenir
  • Les Romains ont largement contribué à la dégradation de l’environnement en incendiant des forêts, et en brûlant du bois et du charbon.
  • Ces modifications auraient, à elles seules, modifié le climat comme on le constate pour la période actuelle.
  • C’est toutefois un refroidissement qui aurait finalement entraîné la chute de l’Empire romain.

Source : La pollution des Romains à l'origine d'un changement climatique


Articles en Relation

Des microplastiques retrouvés jusque dans la fosse des Mariannes Aucun écosystème marin n'est épargné par la pollution au plastique : des chercheurs ont découvert pour la première fois des microplastiques dans les...
Amazone : des inondations cinq fois plus fréquentes en un siècle Au début du XXe siècle, les graves inondations qui touchaient le plus long fleuve du monde avaient lieu tous les 20 ans. Maintenant, c'est tous le...
Le trou dans la couche d’ozone se referme lentement mais sûrement La couche d'ozone exerce son effet protecteur sur la vie sur Terre en limitant son exposition aux rayons ultraviolets. Et, une fois n'est pas cout...
En direct du Groenland : au cœur des changements en Arctique avec Florian Ledoux Selon Jason Box, professeur de glaciologie à la Commission géologique du Danemark et du Groenland, 2019 s'annonce comme une année alarmante à très...
Pourquoi les murs des rues noircissent ? Nous avons malheureusement tous eu l'occasion d'en être témoins. Dans les rues, les murs extérieurs des maisons et autres bâtiments ont tendance à n...
Des microplastiques retrouvés jusque dans les sources souterraines d’eau potable Les chercheurs avaient déjà trouvé des microplastiques dans les eaux de surfaces, les rivières et les océans. Aujourd'hui, ils annoncent que cette p...

PLUS D'ARTICLES