La fausse affirmation de Jean-Yves Le Drian sur les « risques majeurs » pris par les ex-otages au Bénin

Politique

Le ministre des affaires étrangères a assuré que les deux touristes ont été enlevés dans une région considérée depuis « pas mal de temps » comme une « zone rouge ». En réalité, le site du Quai d’Orsay a été récemment mis à jour.

Les deux touristes français enlevés dans le nord du Bénin le 1er mai et libérés le 10 mai au Burkina Faso, au prix de la vie de deux militaires français, ont-ils pris des « risques majeurs » en voyageant dans le parc de la Pendjari, une réserve naturelle, comme l’a affirmé, samedi 11 mai sur Europe 1, Jean-Yves Le Drian ?

Ce qu’il a dit

Le ministre des affaires étrangères a assuré que Patrick Picque et Laurent Lassimouillas avaient fait fi des conseils aux voyageurs publiés sur le site de son ministère :

« La zone où étaient nos deux compatriotes était considérée depuis déjà pas mal de temps comme une zone rouge, c’est-à-dire une zone où il ne faut pas aller, où on prend des risques majeurs si on y va. »

Et M. Le Drian n’a pas hésité à leur faire porter, en creux, la responsabilité de la mort de deux officiers mariniers français, les maîtres Cédric de Pierrepont, 33 ans, et Alain Bertoncello, 28 ans, qui étaient respectivement chef de groupe et membre du commando Hubert, l’unité d’assaut de Saint-Mandrier (Var) composée de nageurs de combat :

« La plus grande précaution doit être prise dans ces régions pour éviter que de tels enlèvements n’aient lieu et pour éviter des sacrifices de nos soldats (…). Il faut que tous ceux qui veulent faire du tourisme dans ces pays s’informent auparavant de ce qu’on appelle les conseils aux voyageursmis en place et entretenus régulièrement par le Quai d’Orsay et qui indiquent les zones sûres, celles à petit risque et celles à gros risque. »

Dans Le Parisien du dimanche 12 mai, le ministre a même insisté :

« Nous nous réjouissons du retour de nos deux compatriotes… mais il est vrai qu’ils ont été enlevés dans une zone clairement déconseillée à tous les voyageurs. C’était donc un risque majeur de s’y engager. »

Lire le récit de la libération des otages  :Une opération de sauvetage complexe, deux militaires français tués

POURQUOI C’EST FAUX

Comme l’a remarqué le journaliste de Marianne Thomas Vampouille, le parc de la Pendjari, dans lequel ont été kidnappés les deux touristes, n’était pas classé en « zone rouge » depuis « pas mal de temps » : il n’a même été classé comme « formellement déconseillé »… que neuf jours après leur enlèvement, le jour de leur libération.

Un examen de l’historique de la page du site du ministère des affaires étrangères permet assez facilement de constater que le parc n’est mentionné explicitement, dans le texte et sur la carte mise en ligne, que depuis la dernière mise à jour, le 10 mai.

Le Quai d’Orsay estime désormais qu’« en raison d’activités possibles de groupes armés et du risque d’enlèvement, il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones frontalières du Burkina Faso, y compris les parcs nationaux de la Pendjari et du W [au Niger voisin], et les zones cynégétiques mitoyennes du parc de la Pendjari et de l’Atakora ».

Auparavant, une mise à jour du 31 décembre 2018 avait certes élargi les « zones formellement déconseillées » du Bénin à la « zone frontalière burkinabée et nigérienne » :

« Compte tenu de la présence de groupes armés terroristes et du risque d’enlèvement, les déplacements à la frontière nord du Bénin sont formellement déconseillés. »

Mais la carte disponible n’indiquait en « zone rouge », du côté du parc de la Pendjari, que la frontière elle-même. Une bande recouvrant une partie du parc était également colorée en orange, c’est-à-dire « déconseillée sauf raison impérative ».

Capture d’écran du site du ministère des affaires étrangères. MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

Cette mise à jour ne concernait donc que partiellement et sans le nommer explicitement le parc de la Pendjari.


Lire la suite : La fausse affirmation de Jean-Yves Le Drian sur les « risques majeurs » pris par les ex-otages au Bénin


Articles en Relation

« Le rejet, pour ne pas dire la haine, que suscite Macron est une donnée fondame... Dans sa chronique, l’éditorialiste au « Monde » Françoise Fressoz estime que le chef de l’Etat peut bien « mettre le paquet », il n’est pas sûr de p...
Deux hommes jugés après l’agression de la fille de Marine Le Pen à Nanterre La fille de Marine Le Pen a reçu, jeudi soir, des coups au visage. Rien ne permet pour l’instant de lier l’agression à sa filiation avec la présiden...
« Jeunes et les policiers ont un point commun essentiel : tous se sentent mal ai... Alors que la relation entre jeunes et forces de l’ordre est au plus mal, l’ex-agent du RAID Bruno Pomart explique dans une tribune au « Monde » que ...
Pour Hollande, le bilan de son successeur n’est bon « ni pour la vitalité économ... L’ancien chef de l’Etat publie une nouvelle édition augmentée de son livre « Les Leçons du pouvoir ». Dans une interview au « Parisien », il critiqu...
Génocide au Rwanda : le droit de savoir et le devoir de vérité L'histoire de la Commission rwandaise est ancrée dans 18 ans d'affrontements entre Paris et le mouvement de Paul Kagamé. Editorial du « Monde ». Ac...
« Le Pen face à Macron. Un combat sans merci où se joueraient l’avenir de la Fra... Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde », observe que le chef de l’Etat et sa rivale du second tour ont repris leur face-à-f...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA