Européennes : le parti de Marine Le Pen aborde la campagne avec de solides atouts

Politique

Avec 22 % d’intentions de vote, le RN obtient un score élevé, supérieur à celui du premier tour de l’élection présidentielle de 2017

Le Rassemblement national (RN) talonne désormais la liste de La République en marche (LRM). Avec 22 % d’intentions de vote, il obtient un score élevé – supérieur à celui du premier tour de l’élection présidentielle de 2017. Après une progression d’un point par rapport à la vague du mois de février, il se retrouve au même niveau, à période comparable, que lors de la précédente élection du Parlement européen. Solidement installé, le RN puise sa singularité dans une addition d’oppositions : aux migrations, à l’Union, à Macron.

Il y a, d’abord, lorsque l’on analyse la hiérarchie des préoccupations, une véritable obsession migratoire. L’immigration domine tout et écrase tout. Les électeurs du RN sont les seuls à la placer en tête de tous les enjeux pour la France – 20 points au-dessus des électeurs de LR et 50 points au-dessus des électeurs de LRM et de la gauche. Ils sont également les seuls à marginaliser les autres enjeux pour l’Europe : chez les électeurs du RN, l’écart entre l’immigration et l’environnement ou les inégalités sociales culmine à près de 50 points quand, chez l’ensemble des Français, il est seulement d’un peu plus de 10 points.

Il y a, ensuite, une profonde tentation de sortie de l’Union européenne. 51 % des électeurs du RN déclarent en effet qu’ils éprouveraient « un vif soulagement » si l’Union européenne était abandonnée quand une majorité absolue de tous les autres électorats (60 % pour LR, 72 % pour le PS, 86 % pour LRM) et même une majorité relative des « insoumis » (42 %) déclarent, à l’inverse, que cette perspective provoquerait « de grands regrets ».

Bloc solide

Il y a, enfin, un rejet viscéral du président de la République. En effet, 91 % des électeurs du RN – rejoints sur cet unique sujet par les électeurs de LFI –, n’approuvent pas son action et 87 % pas davantage sa personnalité.

Cette trilogie d’oppositions radicales constitue la singularité des électeurs du RN. Leur sociologie reste stable : le parti de Marine Le Pen est en tête, de loin, dans les milieux populaires mais, plus largement, chez les actifs. Leur fidélité, surtout est remarquable : 75 % des électeurs de Marine Le Pen de 2017 qui votent à l’élection européenne réitèrent leur choix de l’élection présidentielle en votant pour le RN quand tel est le cas de moins de 60 % de ceux d’Emmanuel Macron et aux alentours de 40 % de ceux de François Fillon et de Jean-Luc Mélenchon. Enfin, au-delà de leur fidélité, ils sont plus que tous les autres assurés de leur choix : près de 80 % d’entre eux le considère « définitif » – c’est un peu plus que les électeurs de LRM et beaucoup plus que tous les autres.


Lire la suite : Européennes : le parti de Marine Le Pen aborde la campagne avec de solides atouts


Articles en Relation

Deux hommes jugés après l’agression de la fille de Marine Le Pen à Nanterre La fille de Marine Le Pen a reçu, jeudi soir, des coups au visage. Rien ne permet pour l’instant de lier l’agression à sa filiation avec la présiden...
Municipales : Marine Le Pen lance un appel « à tous ceux qui, chez LR, n’ont pas... La présidente du Rassemblement national (RN) se dit prête « à mettre en œuvre des plateformes d’action communes » pour les municipales. M...
Européennes : dans le Vaucluse, Marine Le Pen enfile son « gilet jaune » pour so... Au Thor, dans le Vaucluse, militants de toujours et nouveaux partisans veulent croire à l’alternative offerte par le Rassemblement national Marie-C...
Européennes : Nathalie Loiseau, candidate solide mais peu flamboyante Peu connue du grand public, cette diplomate de 54 ans n’avait pas forcément vocation à conduire la liste de la majorité pour le scrutin du 26 mai. ...
Pour les municipales, le Rassemblement national mise sur les élus locaux Les Rép... Marine Le Pen a lancé la bataille dès l’échec de la droite aux européennes. Objectif : des ralliements, voire des alliances. Une droite réduite en ...
« Le rejet, pour ne pas dire la haine, que suscite Macron est une donnée fondame... Dans sa chronique, l’éditorialiste au « Monde » Françoise Fressoz estime que le chef de l’Etat peut bien « mettre le paquet », il n’est pas sûr de p...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA