Européennes : dans le Vaucluse, Marine Le Pen enfile son « gilet jaune » pour son premier meeting

Politique

Au Thor, dans le Vaucluse, militants de toujours et nouveaux partisans veulent croire à l’alternative offerte par le Rassemblement national

Marie-Claude Gomis a troqué son « symbole anti-Macron » fluo contre un drapeau français. Un samedi. En deux mois de mouvement, la sexagénaire n’avait pourtant manqué aucune « marche » du week-end. Au « Xe acte » de la mobilisation des « gilets jaunes », elle a finalement préféré assister au meeting de la présidente du Rassemblement national (RN) Marine Le Pen, au Thor, samedi 19 janvier.

Elle qui passe encore quelques heures par semaine sur « son » rond-point, à une cinquantaine de kilomètres de là, voudrait qu’un « tas de trucs »changent en France. « C’est pour ça qu’on est là aujourd’hui, on y croit ! Et ça fera ce que ça fera. » 

Le compagnon de Marie-Claude acquiesce. Macron qui« gratte tout le monde », les étrangers qui « ont plus d’avantages que nous », les « améliorations gagnées en 1968 grignotées d’année en années »... La liste des « ras-le-bol » du couple ne cesse de s’allonger. Alors ils votent à l’extrême droite sans réserve, depuis des années. Marie-Claude Gomis confie tout de même une entorse ; un bulletin glissé pour François Hollande, en 2012, et rapidement regretté. « Ah ça, on ne m’y reprendra pas ! »

« Vive les gilets jaunes »

Dans le même gymnase du Thor où se pressent plus de 500 fidèles marinistes, un « gilet jaune » dépasse d’une poche de jeans. Des dizaines d’autres ornent les tableaux de bord sur le parking, en signe d’adhésion au mouvement de colère sociale lancé le 17 novembre 2018. A l’éternel cri de ralliement frontiste « On est chez nous » se mêlent désormais les « Macron démission »et un « Vive les gilets jaunes » ovationné par la salle.

Le RN l’a bien compris à la tribune. Après avoir ouvert son discours sur un taux de natalité en baisse conjugué aux chiffres de « l’immigration massive » - soit les arguments de la théorie d’extrême droite du « grand-remplacement », sans jamais qu’il ne la nomme - la tête de liste pour les européennes de mai, Jordan Bardella, teinte sa tirade anti-immigration de jaune :

« A tous ces Français qui lancent des appels de détresse sur les ronds-points et qui disentet nous ? nous leur répondons (…) oui, pour nous, c’est, c’était, et ce sera toujours les Français d’abord. »

Des militants du Rassemblement national (RN), lors du premier meeting de Marine Le Pen pour les élections européennes, au Thor (Vaucluse), le 19 janvier. FRANCE KEYSER / M.Y.O.P POUR " LE MONDE"

Pas un seul mot non plus sur l’Europe, ou presque, dans le discours de Marine Le Pen en campagne « certes européenne », mais surtout en « campagne pour la France, pour les Français ». Plus d’un hommage rendu, en revanche, à la mobilisation des « gilets jaunes »« saine et bienfaisante »par la dirigeante RN remise en scène « qu’ils en soient félicités, remerciés. La France les soutient, l’Europe les regarde ».

Et un responsable pointé : Emmanuel Macron le« méprisant », évidemment, et sa « razzia fiscale. »

« La révolte des ’gilets jaunes’, légitime et courageuse, est venue sonner la fin de la récréation d’un gouvernement inexistant et d’un président déconnecté et méprisant. »

Mais surtout l’immigration, accusée de peser sur le budget. Car Marine Le Pen a une nouvelle fois mis en scène l’opposition idéologique, qu’elle a tant théorisée entre immigration et pouvoir d’achat, adossant systématiquement le « SDF Français »au migrant, ou l’aide médicale d’Etat pour les clandestins contre le manque de soins pour les Français…

Nouveaux adhérents

« Le jaune est devenu la couleur du peuple, la couleur de la défense des peuples », conclut la cheffe de file de l’extrême droite française, avant une scène finale de selfies avec quelques gilets acquis à sa cause. Parmi eux, Gui Paillet montre jusqu’à sa carte d’adhérent – « à jour vous voyez ! » – parce qu’il n’a « rien à cacher » sous son gilet.

Sous sa moustache, son béret et son bagou provençal, le retraité grommelle. « On veut me faire dire que c’est de la récup’ », mais « que voulez-vous », puisque ses problèmes et ceux de ses copains de rond-point collent parfois – « souvent ! » – aux propositions de Marine Le Pen. D’ailleurs, Gui ne voit pas l’intérêt d’une liste en jaune aux européennes, qui ferait baisser le score de sa favorite. « Quand on va enlever les gilets, tout le monde va revenir à son vote. »

Des militants du Rassemblement national (RN) lors du premier meeting de Marine Le Pen pour les élections européennes, au Thor (Vaucluse), le 19 janvier. FRANCE KEYSER / M.Y.O.P POUR " LE MONDE"

Alors aujourd’hui, il a ramené quelqu’un au meeting du RN : Dominique, avec qui il « tient » le rond-point des melons, à Cavaillon. A ses côtés, le nouveau venu sourit timidement. Il n’a « pas bien l’habitude »de ce genre de rendez-vous politique, mais « c’est vrai qu’elle dit des trucs bien. » Aux européennes, Dominique pourrait même bien voter pour elle.« Parce qu’il faut bien essayer quelque chose, pour sortir de toute cette galère. »


Lire la suite : Européennes : dans le Vaucluse, Marine Le Pen enfile son « gilet jaune » pour son premier meeting


Articles en Relation

Deux hommes jugés après l’agression de la fille de Marine Le Pen à Nanterre La fille de Marine Le Pen a reçu, jeudi soir, des coups au visage. Rien ne permet pour l’instant de lier l’agression à sa filiation avec la présiden...
Quelles réponses à la colère des « gilets jaunes » ? La fronde atypique des « gilets jaunes », aux revendications multiples et hétérogènes, complique la sortie de crise. Quelle réponse les « gilets ja...
Les « gilets jaunes », des révolutionnaires sans révolution ? Les images des violences ont quelque chose de politiquement insaisissable. Mais elles font penser à des scènes émeutières des anciennes révolutions ...
Comment Emmanuel Macron va tenter de sauver son quinquennat Le chef de l’Etat doit sortir de son silence et « s’adresser à la nation » lundi à 20 heures pour tenter de désamorcer le conflit des « gilets jaune...
Les « gilets jaunes » comptent sur l’après-grand débat pour remobiliser Le mouvement s’inquiète des violences en son sein qui ternissent son image et annihilent le soutien d’une partie de l’opinion publique. Chaque same...
François Boulo, l’avocat de la cause des « gilets jaunes » A 32 ans, ce porte-parole mobilisé à Rouen est devenu une des figures médiatiques du mouvement qui a commencé en novembre 2018. Contre toute attent...