Télétravail et bureaux partagés : il va falloir s’y faire

Economie

Les trois quarts des entreprises de plus de 250 salariés, interrogées dans le cadre d’une étude de l’Association des responsables et directeurs de l’environnement de travail (Arseg), sont impliquées dans un projet de transformation de l’environnement de travail. En tête des solutions plébiscitées : le travail à domicile et le « flex-office ».

Les salariés apprécient en général le télétravail, moins le fait de ne pas avoir de bureau attitré. Ils vont devoir s’y faire : ces deux solutions sont plébiscitées à parts quasi égales dans les grandes entreprises, révèle une étude de l’Association des directeurs de l’environnement de travail (Arseg). Plus de 400 membres ont été interrogés dans le cadre de cette enquête, éditée à l’occasion de la semaine de la qualité de vie au travail, qui démarre lundi 11 juin.

Premier constat : pas moins de trois quarts des grandes entreprises de plus de 250 salariés sondées dans le cadre de l’étude ont un projet ou ont déjà mené un projet de transformation de l’environnement de travail, contre 57 % des entreprises de moins de 250 salariés. « Pour les PME, ce processus de changement représentant un risque et un coût plus important pour un intérêt moindre par rapport aux grosses structures », explique l’étude en guise d’explication.

Dans ces entreprises impliquées dans un projet de transformation, les deux tiers incluent une ouverture au travail à domicile. La récente évolution de la législation (désormais, l’employeur qui refuse au salarié le droit au télétravail doit justifier son refus) a sans doute été un facteur-clé de cette évolution, estime l’étude.

L’option du travail à domicile reste plus appréciée dans les entreprises que l’utilisation d’un espace de coworking (« cotravail »), sans doute pour des raisons de coût : le recours à des « tiers lieux » est évoqué par seulement 35 % des entreprises. Encore moins (25 %) se disent prêtes à envisager une solution permettant de travailler n’importe où (café, bibliothèque…), probablement pour des raisons de sécurité.

En plus du télétravail, 58 % des entreprises interrogées disent avoir recours au partage des postes de travail. Et ce, alors que seulement deux salariés sur cinq se disent prêts à travailler en flex-office [espaces de travail sans bureau fixe], selon...


Lire la suite : Télétravail et bureaux partagés : il va falloir s’y faire


Articles en Relation

Les entreprises ne se bousculent pas au portillon de la Bourse Echaudés par plusieurs retournements de marché, les Français restent circonspects vis-à-vis du placement en actions. C’est pour le moins un paradox...
« Cannibales en costume »: les nouveaux monstres David Courpasson se demande comment on peut à la fois être une personne correcte et mettre son éthique de travail au service d’une « monstruosité »....
« Les entreprises baignent dans un océan de dettes » Apple, malgré une trésorerie de 200 milliards de dollars, a émis pour sept milliards de dollars d’obligations sur les marchés, mercredi 4 ...
Les entreprises sont invitées à « verdir » un peu plus les déplacements professi... Alors que les déplacements des salariés sont au cœur de la loi d’orientation des mobilités, que font les entreprises pour encourager leurs salariés ...
« Reconduire la prime Macron n’est pas sans risques pour les entreprises » Le consultant Bruno Rocquemont met en garde, dans une tribune au « Monde », contre le coût financier d’une pérennisation de la prime excep...
A Dreux, les usagers quotidiens de la SNCF face à l’absence de train Pour la troisième journée de suite, aucun train ne circule entre Dreux et Paris. Les navetteurs euréliens sont contraints de trouver des solutions a...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA