Puis-je réellement cibler des zones où je veux perdre du gras, comme mon ventre ?

Santé

Les recherches confirment que notre corps brûle les graisses lorsque nous nous entraînons; la perte de graisse localisée n’est qu’un mythe entourant la perte de poids. (Shutterstock)

The Conversation

Puis-je réellement cibler des zones où je veux perdre du gras, comme mon ventre ?

Les recherches confirment que notre corps brûle les graisses lorsque nous nous entraînons; la perte de graisse localisée n’est qu’un mythe entourant la perte de poids. (Shutterstock)
Nick Fuller, University of Sydney

Si vous passez un moment sur les médias sociaux, vous êtes pratiquement assuré de voir une publicité promettant de vous aider à perdre de la graisse de manière ciblée. Ces publicités font la promotion de ce concept, affirmant que vous pouvez brûler les graisses d’une zone précise du corps, généralement le ventre, à l’aide d’exercices ou de séances d’entraînement spécialement conçus à cet effet.

Il est également courant de voir des publicités vantant les mérites de diètes adaptées, de comprimés et de suppléments capables de faire disparaître les graisses dans des zones ciblées. Ces publicités, qui présentent souvent des photos impressionnantes avant et après, prises à plusieurs semaines d’intervalle, peuvent sembler crédibles.

Malheureusement, la perte de graisse ciblée est un autre mythe sur la perte de poids. Il n’est tout simplement pas possible de cibler l’endroit où se produit la réduction de graisse. Voici pourquoi.

1. Notre corps est programmé pour accéder à toutes nos réserves de graisse et les brûler pour obtenir de l’énergie

Pour découvrir pourquoi la perte de graisse ciblée est un mythe, il est important de comprendre comment la graisse corporelle est stockée et utilisée.

Les graisses emmagasinées dans notre corps prennent la forme de triglycérides, un type de lipides ou de molécules de graisse que nous pouvons utiliser comme source d’énergie. Environ 95 % des graisses alimentaires que nous consommons sont des triglycérides ; lorsque nous mangeons, notre corps convertit également en triglycérides l’énergie non utilisée qu’il absorbe.

Les triglycérides sont stockés dans des cellules adipeuses spéciales appelées adipocytes. Ils sont ensuite libérés dans la circulation sanguine et transportés vers le tissu adipeux, que l’on appelle plus communément la graisse corporelle.

Ce gras se trouve partout dans notre corps, mais il est principalement stocké sous forme de graisse du tissu sous-cutané sous notre peau, et de graisse viscérale autour de nos organes internes.

Ces réserves de graisse constituent une source énergétique vitale, notre corps se mobilisant pour accéder aux triglycérides emmagasinés afin de fournir de l’énergie pendant les périodes d’exercice prolongé. Nous puisons également dans ces réserves lorsque nous suivons un régime ou que nous jeûnons.

Une personne boutonne un jean serré
Les réserves de graisse que nous utilisons comme source d’énergie proviennent de toutes les parties de notre corps, et pas seulement du ventre. (Shutterstock)

Toutefois, contrairement à ce que de nombreuses publicités pour la perte de graisse ciblée voudraient nous faire croire, nos muscles ne peuvent pas accéder directement à des réserves de graisse précises et les brûler lorsque nous faisons de l’exercice.

Ils utilisent plutôt un processus appelé lipolyse pour convertir les triglycérides en acides gras libres et en un composé, le glycérol, qui est ensuite acheminé vers nos muscles par la circulation sanguine.

Par conséquent, les réserves de graisse que nous utilisons comme source d’énergie lorsque nous pratiquons une activité physique proviennent de toutes les parties de notre corps, et pas seulement des zones où nous cherchons à perdre du gras.

Les recherches confirment que notre corps brûle les graisses lorsque nous nous entraînons ; la perte de graisse ciblée n’est qu’un mythe entourant la perte de poids. Parmi ces études, un essai clinique randomisé de 12 semaines a notamment montré que la réduction de la graisse abdominale était la même chez les personnes ayant suivi un programme de résistance des abdominaux en complément d’une modification de leur régime alimentaire que chez les personnes ayant suivi un régime alimentaire seul.

En outre, une méta-analyse de 2021 portant sur 13 études réunissant plus de 1100 participants a montré que l’entraînement musculaire localisé n’avait pas d’effet sur les dépôts de graisse à ces endroits. En d’autres termes, l’entraînement d’une partie donnée du corps n’a pas permis de réduire la graisse qui s’y trouvait.

Les études qui prétendent montrer les avantages d’une perte de graisse ciblée comptent un petit nombre de participants et leurs résultats ne sont pas cliniquement significatifs.

2. C’est notre corps qui décide où nous stockons la graisse et où nous la perdons en priorité

Des facteurs indépendants de notre volonté influencent les zones et l’ordre dans lesquels notre corps stocke et perd de la graisse, à savoir :

  • nos gènes. Tout comme l’ADN détermine notre taille, la génétique joue un rôle important dans la gestion de nos réserves de graisse. Les recherches montrent que nos gènes peuvent être responsables de 60 % de la répartition des graisses. Par conséquent, si votre mère a tendance à stocker et à perdre du poids d’abord au visage, il y a de fortes chances pour que ce soit également votre cas ;

  • notre sexe. Par nature, notre corps présente des caractéristiques de stockage des graisses distinctes en fonction de notre sexe, les femmes ayant notamment une masse graisseuse plus importante que les hommes. Elles ont tendance à maigrir d’abord du visage, des mollets et des bras, car ce sont les parties qui affectent le moins la grossesse ; en revanche, elles conservent les graisses stockées autour des hanches, des cuisses et des fesses.

  • notre âge. Le processus de vieillissement entraîne des changements dans la masse musculaire, le métabolisme et les taux d’hormones, ce qui peut avoir une incidence sur l’endroit où la graisse est éliminée et sur la vitesse à laquelle elle l’est. Les femmes ménopausées et les hommes d’âge moyen ont tendance à stocker la graisse viscérale autour de la ceinture abdominale ; tous considèrent qu’il s’agit d’un endroit où il est difficile de se débarrasser de la graisse.

3. Les comprimés et les suppléments en vente libre ne peuvent pas cibler efficacement la perte de graisse

La plupart des publicités pour ces comprimés et suppléments alimentaires – y compris les produits qui prétendent être « la meilleure façon de perdre la graisse du ventre » – affirment également avec fierté que les résultats de leur produit sont étayés par des « essais cliniques » et des « preuves scientifiques ».

En réalité, une multitude d’études indépendantes ne confirment pas ces allégations.

Deux études récentes de l’université de Sydney ont notamment examiné les données de plus de 120 essais contrôlés par placebo portant sur des suppléments à base de plantes et des suppléments alimentaires. Aucun de ces produits n’a permis d’obtenir une réduction cliniquement significative du poids corporel chez les personnes en surpoids ou obèses.

Une femme prend une pilule amaigrissante
Les suppléments ne vous aideront pas non plus à perdre du poids de manière ciblée. (Shutterstock)

Ce qu’il faut retenir

La perte de graisse ciblée est un mythe ; nous ne pouvons pas décider de l’endroit où notre corps perd de la graisse. Mais nous pouvons obtenir les résultats que nous recherchons dans des zones précises en ciblant la perte de graisse globale.

Même si vous ne perdez pas de poids à un endroit donné lorsque vous faites du sport, toute activité physique contribue à brûler la graisse corporelle et à préserver la masse musculaire. Cela entraînera un changement de votre silhouette au fil du temps et vous aidera également à gérer votre poids à long terme.

En effet, votre taux métabolique, c’est-à-dire la quantité d’énergie que vous brûlez au repos, est déterminé par la quantité de muscles et de graisse que vous transportez. Les muscles étant plus actifs sur le plan métabolique que la graisse (c.-à-d. qu’ils brûlent plus d’énergie que celle-ci), une personne ayant une masse musculaire élevée affichera un taux métabolique plus rapide qu’un individu de même poids ayant une masse adipeuse accrue.

Pour réussir à perdre de la graisse sur le long terme, il faut maigrir par petites portions gérables que vous pouvez maintenir – des périodes de perte de poids, suivies de périodes de maintien, et ainsi de suite, jusqu’à ce que vous atteigniez votre objectif.

Vous devez également modifier progressivement votre mode de vie (alimentation, exercice physique et sommeil) afin de prendre des habitudes qui dureront.

Nick Fuller, Charles Perkins Centre Research Program Leader, University of Sydney

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Facebook Pin It

Articles en Relation

Obésité et « manque de volonté » : les préjugés négatifs ont la vie dure Les personnes en situation d’obésité font encore trop souvent l’objet de stigmatisations en raison d’un supposé « manque de volonté ». Marcu...
Activité physique et santé : faire du yoga suffit-il pour être en forme ? Image de Freepik Activité physique et santé : faire du yoga suffit-il pour être en forme ? Le yoga est considéré c...
On connaît enfin le gène à l’origine de l’ovaire Image by Freepik On connaît enfin le gène à l’origine de l’ovaire Marie-Christine Chaboissier, Université Côte d’Azur et Élodie Grégoire, Un...
Qu’arrive-t-il à votre foie quand vous arrêtez de boire de l’alcool ? Qu’arrive-t-il à votre foie quand vous arrêtez de boire de l’alcool ? Arrêter de boire réduit le risque de contracter...
Activité physique : est-elle plus bénéfique le matin ou l'après-midi ? Pour prévenir des pathologies graves comme les maladies cardiovasculaires, le diabète ou des cancers, l'activité physique reste toujours bénéfique, qu...
Le retour douloureux des coups de soleil, et leurs conséquences… Le retour douloureux des coups de soleil, et leurs conséquences… Coralie Thieulin, ECE Paris Les vacances ne se passent pas toujours comme...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA