Un dysfonctionnement neuro-immunitaire pourrait expliquer la dermatite atopique

Santé

Des chercheurs français de l'Institut national de la recherche médicale (Inserm) en collaboration avec une équipe américaine de l'université de Stanford pensent avoir mis le doigt sur ce qui pourrait être un mécanisme déclencheur de la dermatite atopique. Détails.

La dermatite atopique est actuellement considérée comme une maladie chronique favorisée par des facteurs génétiques altérant la barrière cutanée des malades. Ces derniers doivent alors vivre avec des symptômes peu agréables : peau sèche, douleurs, démangeaisons, plaques rouges intempestives, etc.

Les mécanismes à l'œuvre dans cette pathologie sont encore mal identifiés. Néanmoins, on sait, grâce à des expériences antérieures, que plus la maladie est sévère, plus le sang des patients est chargé en neuropeptides (des messagers chimiques envoyés par les neurones) et en enzymes caractérisant la présence de mastocytes (des grosses cellules immunitaires). Ces deux équipes se sont alors demandé s'il existait une interaction entre ces différents acteurs. C'était l'objectif de leur recherche, parue dans la revue Nature.

 La qualité de vie des malades est grandement altérée dans cette maladie. © Carolyn, Flickr, CC by-nd 2.0

La qualité de vie des malades est grandement altérée dans cette maladie. © Carolyn, Flickr, CC by-nd 2.0

La découverte d'unités neuro-immunes sensorielles

Dans l'étude dirigée par Nicolas Gaudenzio, chercheur Inserm à l'UMR1056, les scientifiques ont travaillé sur des modèles animaux souffrant de dermatite atopique. Ils ont découvert que les mastocytes et les neurones sensitifs s'agglutinaient entre eux au niveau du derme.

En présence d'acariens par exemple, ces unités parviennent à détecter les allergènes et à déclencher une réponse inflammatoire allergique. Ce qui est intéressant, c'est que ces unités sont aussi présentes chez des individus sains.

Les hypothèses germent alors dans la tête des chercheurs : « elles doivent constituer un mécanisme de défense de l'organisme et leur fonctionnement pourrait être altéré chez les patients souffrant de dermatite atopique », soulève Nicolas Gaudenzio. Enfin, l'histoire ne s'arrête pas là. Les nouvelles ambitions des expérimentateurs sont d'identifier les liens moléculaires entre ces unités et d'identifier des molécules qui permettraient de bloquer ces interactions. Si ces unités constituent bien un mécanisme déclencheur, cela pourrait potentiellement permettre de rendre une qualité de vie acceptable aux malades. Affaire à suivre.

Ce qu'il faut retenir
  • La dermatite atopique est une maladie chronique inflammatoire allergique dont on traite actuellement les symptômes grâce à des anti-inflammatoires.
  • Une récente étude vient de détecter la présence d'unités neuro-immunes particulièrement sensibles aux allergènes. Une présence qui pourrait expliquer le déclenchement de la réaction inflammatoire allergique exacerbée.
  • Identifier ce qui relie ces unités et chercher des molécules pouvant inhiber ce lien pourrait être une piste thérapeutique pour améliorer la qualité de vie des malades.

Source : Un dysfonctionnement neuro-immunitaire pourrait expliquer la dermatite atopique


Articles en Relation

«C'est l'échec absolu»: des chirurgiens nous parlent de la mort au bloc opératoi... «Et là, le cœur ne battait plus. La veille, je lui avais dit “à bientôt”», raconte Romain, interne de chirurgie thoracique et cardio-vascula...
Le Pr Didier Raoult sera-t-il condamné à ne plus pouvoir exercer? Didier Raoult le 27 août 2020 à Marseille. | Chistophe Simon / AFP Le microbiologiste est attaqué devant l'Ordre des médecins et visé par u...
Que valent vraiment les masques en tissu fabriqués à la maison contre le coronav... «À la guerre comme à la guerre», répondent les soignant·es qui manquent de moyens au mot d'ordre du président Macron. | Sophie Cmbr  Confectionn...
Le retour en force des capsules de protoxyde d'azote, la drogue «festive» prisée... La «drogue du pauvre» s'achète sur Snatchap entre 30 centimes et un euro l'unité et ses capsules après usage finissent par joncher les pavés. | L...
Nutrition et pandémie : les fausses infos qui circulent sur le web Sous couvert de « renforcer notre immunité » pour combattre le SARS-CoV-2, des conseils alimentaires plus ou moins pertinents circulent sur internet. ...
Enceinte et malade, j'ai été traitée comme une hystérique L'hyperémèse se caractérise par des nausées extrêmes, des vomissements et une perte de poids qui met en danger la vie de la mère et du fœtus. | Evil E...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA