Mois sans tabac : faire du sport ne vous aidera pas toujours à arrêter de fumer

Santé

Le mois sans tabac est l'occasion pour de nombreux fumeurs de tenter d'arrêter la consommation de ce produit nocif pour la santé qu'est la cigarette. Chacun y va de sa petite technique pour essayer d'amorcer ce 1er mois difficile. Le sport en fait partie mais selon une récente étude, il ne vous aidera pas forcément.

Le Mois sans tabac, mis en place par le ministère de la Santé, plébiscité par l'Assurance maladie et Santé publique France, commence le 1er novembre et dure tout le mois. Bien entendu, l'idée derrière ce mois sans tabac est l'arrêt total de la cigarette, ou la diminution drastique, par la suite. Il fédère les fumeurs (ou les ex-fumeurs) et propose du coaching sur application via les smartphones ainsi qu'un site en ligne qui encourage les participants avec des messages positifs. Aujourd'hui, on peut par exemple voir s'afficher « Jour 04 : votre goût se développe à nouveau ! Miam, miam ».

En plus de tout cela, généralement, les personnes qui fument depuis longtemps de grande quantité et régulièrement ont besoin d'aide pour arrêter : addictologue, substitut nicotinique, cigarette électronique, etc. Et comme l'arrêt de la cigarette s'accompagne bien souvent de compensation alimentaire, certains se mettent à pratiquer une activité physique (si ce n'était pas déjà le cas) pour faire d'une pierre deux coups : quand je fais du sport, je ne pense pas à fumer et je mets en place une routine de vie plus saine. Sauf que, selon une récente revue Cochrane, les effets du sports sur la cessation de la cigarette à six mois sont incertains et mal documentés.

Le saviez-vous ?

On estime que le tabagisme explique près de 90 % des risques de cancer du poumon chez les hommes et de 70 à 80 % chez les femmes. 

Des études biaisées...

Des chercheurs ont examiné les données pour savoir si l'exercice aidait les personnes qui souhaitent arrêter de fumer ou qui ont récemment arrêté de fumer depuis au moins six mois. Les scientifiques partent de l'hypothèse que le sport pourrait être utile au sevrage de la cigarette et pourrait diminuer les envies de fumer tout en réglant les problèmes de prise de poids.

Les investigateurs ont pris en compte 21 études avec un total de 6.607 personnes. Deux études visaient principalement à aider ceux qui avaient récemment arrêté de fumer et les autres études incluaient des fumeurs actuels désirant arrêter de fumer. Toutes les études ont été menées avec des adultes. Onze d'entre elles portaient uniquement sur des femmes et une seule sur des hommes. La plupart des études ont recruté des personnes plutôt sédentaires et proposaient des exercices supervisés, en groupe de type aérobie.

Conclusion : les programmes d'exercices physiques et d'abandon du tabac combiné n'apportaient pas de meilleurs résultats par rapport aux seuls programmes d'abandon du tabac. Rien n'indique que l'exercice augmente les taux d'abandon du tabac au moins à six mois. Néanmoins, la qualité de l'évidence est jugée faible par les auteurs de la revue qui considèrent que des études mieux conduites avec des résultats différents pourront changer la donne.

Adopter des comportements plus sains ou côtoyer des gens qui les entreprennent constituera un sérieux atout dans la lutte contre le tabac. © Ljupco Smokovski, Adobe Stock

Adopter des comportements plus sains ou côtoyer des gens qui les entreprennent constituera un sérieux atout dans la lutte contre le tabac. © Ljupco Smokovski, Adobe Stock

Mais ça pourrait quand même marcher

L'étude ne dit rien à ce sujet mais il est intéressant de prendre en compte d'autres éléments particulièrement du côté de la discipline telle que la « fouloscopie ». Plusieurs études ont montré que nos comportements collectifs avaient un impact sur nos comportements individuels. En effet, si l'un de mes amis fume, statistiquement j'ai plus de chance de fumer que s'il faisait du sport. Et inversement, s'il fait du sport. Ce qu'il faut comprendre, c'est que, même si les essais de faible qualité ont du mal à évaluer l'impact du sport sur la cessation de la cigarette, adopter des comportements plus sains ou côtoyer des gens qui les entreprennent pourra s'avérer un sérieux atout dans la lutte contre le tabac.

Si vous participez à l'aventure du #Mois sans tabac, fédérez-vous avec quelques amis fumeurs autour de ce défi, évitez de côtoyez vos amis qui continuent à fumer au moins pour un petit moment et lancez-vous dans une activité physique : cela ne pourra vous faire que du bien. Après le Mois sans tabac, faites-vous aider par un addictologue.

Ce qu'il faut retenir
  • Le mois sans tabac consiste à arrêter le tabac pendant 1 mois et à persévérer par la suite.
  • Selon les études scientifiques conduites à ce jour, le sport en plus d'un programme d'aide pour arrêter de fumer ne serait pas très utile. Néanmoins, les études comportent des biais.
  • Cependant, si l'on en croit les « lois de la fouloscopie », adopter des comportements plus sains et s'entourer d'un environnement plutôt non-fumeur ne pourra que vous aider dans votre démarche.

Source : Mois sans tabac : faire du sport ne vous aidera pas toujours à arrêter de fumer


Articles en Relation

Peut-on continuer à boire du café quand on est enceinte? Pendant la grossesse, il faut adapter sa consommation de café. | Fallon Michael via Unsplash En matière de grossesse, les recommandations sont si nom...
«C'est l'échec absolu»: des chirurgiens nous parlent de la mort au bloc opératoi... «Et là, le cœur ne battait plus. La veille, je lui avais dit “à bientôt”», raconte Romain, interne de chirurgie thoracique et cardio-vascula...
Le gouvernement va-t-il rendre obligatoire la vaccination «altruiste» contre la ... L'hypothèse de sanctions en cas de non-vaccination a été évoquée en 2006 par les responsables politiques. | CDC via Unsplash Depuis 2006 en Fran...
Que manger lorsque l'on perd le goût et l'odorat? «Tout d'un coup, les plaisirs, comme manger des Coco Pops l'après-midi, n'existent plus.» | Thought Catalog via Unsplash L'altération de ce...
Quelques conseils pour rassurer vos enfants sur le coronavirus Le coronavirus, menace fantôme génératrice d'angoisses chez les enfants. | Charlein Gracia via Unsplash Risques industriels, menace terroriste, coron...
Le retour en force des capsules de protoxyde d'azote, la drogue «festive» prisée... La «drogue du pauvre» s'achète sur Snatchap entre 30 centimes et un euro l'unité et ses capsules après usage finissent par joncher les pavés. | L...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA