Les fumeurs de cannabis produisent plus de spermatozoïdes

Santé

Les hommes qui ont fumé du cannabis à un moment de leur vie ont plus de spermatozoïdes que ceux qui n'en ont jamais fumé. C'est le surprenant résultat d'une étude de l'université Harvard qui a aussi trouvé qu'il n'y avait pas de différences entre les anciens et les actuels fumeurs.

Le cannabis est aujourd'hui la drogue non-légale la plus consommée en France. D'après le site Drogues Info Service, près d'un adulte sur trois a déjà fumé du cannabis et 3,4 % des hommes de 18 à 64 ans sont des fumeurs réguliers. Des études ont déjà suggéré que le cannabis avait un effet négatif sur la santé reproductive (voir article ci-dessous, sur une étude avec seulement 22 hommes). Souvent, ces études portaient sur des animaux ou des hommes qui avaient une grosse consommation de cannabis.

Ici, les chercheurs de Harvard ont étudié 1.143 échantillons de sperme provenant de 662 hommes dont l'âge moyen était de 36 ans et qui étaient suivis dans un centre de fertilité hospitalier. Ces échantillons avaient été récoltés entre 2000 et 2017 ; 317 hommes ont aussi fourni un échantillon sanguin qui a servi à doser leurs hormones. Les participants ont répondu à un questionnaire sur leur consommation de cannabis.

Parmi eux, 55 % des participants avaient déjà fumé du cannabis, 44 % étaient d'anciens fumeurs et 11 % en fumaient toujours. Chez les hommes qui avaient fumé du cannabis, le sperme contenait en moyenne 62,7 millions de spermatozoïdes par mL. En revanche, chez les hommes qui n'avaient jamais fumé de joint, le sperme ne contenait plus que 45,4 millions de spermatozoïdes par mL. Il n'y avait pas de différences significatives entre les anciens fumeurs (63,5 millions/mL) et les actuels fumeurs (59,5 millions/mL).

Une consommation modérée de cannabis ne nuirait pas à la fertilité

Selon les critères retenus par l'OMS, un sperme de bonne qualité doit contenir au moins 15 millions de spermatozoïdes par mL. Chez les fumeurs de cannabis, seulement 5 % étaient en-dessous de seuil, tandis que 12 % des non-fumeurs n'atteignaient pas les 15 millions de spermatozoïdes par mL. De plus, chez les fumeurs de cannabis, un usage plus intensif semblait associé à des niveaux plus élevés de testostérone. Mais les fumeurs avaient des niveaux plus bas de FSH, l'hormone qui active la spermatogenèse.

De faibles niveaux de consommation de marijuana pourraient bénéficier à la production de sperme

Ces résultats vont donc à l'encontre des études qui tendent à montrer que le cannabis a un impact négatif sur le sperme. Comment l'expliquer ? Pour Feiby Nassan, principale auteure de cette étude parue dans Human Reproduction, « nos résultats étaient contraires à nos hypothèses initiales. Cependant, ils concordent avec deux interprétations différentes, la première étant que de faibles niveaux de consommation de marijuana pourraient bénéficier à la production de sperme en raison de son effet sur le système endocannabinoïde, qui est connu pour jouer un rôle dans la fertilité, mais ces avantages sont perdus avec des niveaux plus élevés de la consommation de marijuana. »

Le saviez-vous ?

Le cannabis contient des cannabinoïdes comme le THC qui peuvent se fixer sur les récepteurs du système endocannabinoïde, CB1 et CB2.

La chercheuse propose aussi une autre explication : « Une interprétation tout aussi plausible est que nos résultats pourraient refléter le fait que les hommes ayant des niveaux de testostérone plus élevés sont plus susceptibles d'adopter des comportements à la recherche de risques, notamment de fumer de la marijuana. »

Ce qu'il faut retenir
  • Des études ont suggéré que le cannabis avait un effet négatif sur la qualité du sperme.
  • Des chercheurs de Harvard ont analysé le sperme de plus de 600 hommes suivis dans une clinique de fertilité.
  • Ceux qui avaient déjà fumé du cannabis avaient significativement plus de spermatozoïdes.

Lire la suite : Les fumeurs de cannabis produisent plus de spermatozoïdes


Articles en Relation

Une alimentation trop riche en sucre transforme le cerveau Les adultes canadien·nes consomment en moyenne plus du triple de la limite quotidienne de 25 grammes de sucre ajouté recommandée par l'Organisation mo...
Le changement climatique aura des conséquences sur la santé de ceux qui naissent... Un rapport publié dans la revue médicale The Lancet détaille comment le changement climatique modèlera la santé des enfants qui naissent aujourd'h...
L'amour aux temps du Covid-19: «Je pense que je vais baiser local, du coup!»   «J'ai l'impression qu'on cherche plus de la compagnie que des dates.» | Dessidre Fleming via Unsplash    Au-delà des vie...
La gestion musclée du coronavirus en Chine Une personne suspectée d'être contaminée par le coronavirus peut parfaitement être emmenée de force à l'hôpital. | STR / AFP  Alors qu...
Le self-care ne se réduit pas à «Netflix & chill» «L'intérieur est une extension de soi, qu'on va vouloir parfaire, créer à son image» | Anthony Tran via Unsplash   Le self-care n'a rien d'une...
Science décalée : les hommes préfèrent les fines... depuis toujours Beaucoup s'en doutaient. Mais un scientifique l'avait démontré en 2007 : les hommes, dans toutes les cultures et depuis des temps immémoriaux, ont...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA