Avec ses « supermanzanas », Barcelone rend l’espace public à ses habitants

Economie

La cité catalane multiplie les zones semi-piétonnes qui limitent la flambée des prix et réinventent la vie de quartier.

Autour du magnifique marché moderniste Sant Antoni de Barcelone, des rues semi-piétonnes se succèdent, où la circulation automobile est limitée à 10 km/h, formant ce que la cité catalane appelle une supermanzana ou « superbloc ». Le principe est simple : dans tout le quartier, la taille de la chaussée a été réduite au maximum, les intersections transformées en places publiques, rendues aux riverains et dotées de bancs et de jeux pour les enfants, les trottoirs élargis et parsemés de mobilier urbain et d’arbres. Tout est fait pour décourager les voitures de passer par ces rues qui ne permettent aucun raccourci puisqu’elles forment des boucles et empêchent les automobiles de traverser le quartier en les obligeant à tourner à droite ou à gauche à chaque croisement.

Pau, 46 ans et son fils de 2 ans sont assis sur un banc, en plein milieu de ce qui était la chaussée de la rue Comte Borrell il n’y a pas si longtemps. « La transformation du quartier a permis de décongestionner le trafic, ce qui était très important dans l’Eixample, qui manque terriblement de zones vertes et de parcs », dit-il.

La rue réinvestie

Un peu plus loin, au centre de l’ancien carrefour, des voisins discutent, assis sur des structures en bois adossées aux trottoirs. Devant l’école, certains se plaignent encore des difficultés pour se garer, de l’absence de feux rouges et de passages piétons pour traverser en soulignant que « beaucoup de voitures ne respectent pas les 10 km/h », comme Sofia Ysasi, 47 ans qui attend sa fille de 8 ans à la sortie de l’école. « La rue conserve ses trottoirs et les automobilistes ne se rendent pas compte que c’est une zone pour les piétons », ajoute-t-elle.

« J’ai organisé les deux derniers anniversaires de ma fille de 5 ans sur ce qui était auparavant la chaussée », Henry

Les mêmes réticences avaient marqué la mise en œuvre de la première supermanzana dans le quartier populaire de Poblenou. Aujourd’hui, elle fait l’unanimité parmi les riverains qui ont vu la rue réinvestie par les habitants, les relations se resserrer entre voisins, et les enfants jouer sur les marelles peintes au sol ou faire du vélo sur les circuits tracés par terre. « J’ai même organisé les deux derniers anniversaires de ma fille de 5 ans sur ce qui était auparavant la chaussée », souligne un voisin, Henry.

Pour la mairie, les supermanzanas sont le symbole de sa politique visant à reprendre les rues aux voitures, réinventer la vie de quartier et réduire le bruit et la pollution. Transposer la vie des petites villes aux grandes mégapoles. « Nous sommes des Méditerranéens, la rue a toujours été un espace de vie : les supermanzanas doivent servir à démocratiser l’espace public et à en finir avec la voiture reine », résume Janet Sanz, conseillère municipale d’écologie, urbanisme, mobilité et infrastructure du parti de la gauche alternative Barcelona en comu, qui mène avec résolution et ambition la transformation de la ville voulue depuis 2015 par la maire Ada Colau, ancienne activiste du droit au logement.


Lire la suite : Avec ses « supermanzanas », Barcelone rend l’espace public à ses habitants


Articles en Relation

Etats, banques, ménages : les gagnants et les perdants des taux bas Alors que les banques centrales relancent leurs soutiens à l’activité, les économies industrialisées s’enfoncent dans l’ère des taux bas. Si les emp...
Les entreprises ne se bousculent pas au portillon de la Bourse Echaudés par plusieurs retournements de marché, les Français restent circonspects vis-à-vis du placement en actions. C’est pour le moins un paradox...
« Les entreprises baignent dans un océan de dettes » Apple, malgré une trésorerie de 200 milliards de dollars, a émis pour sept milliards de dollars d’obligations sur les marchés, mercredi 4 ...
Malgré ses difficultés, Vivarte a versé plus de 700 000 euros de primes à ses ha... Les syndicats dénoncent des primes « écœurantes et aberrantes », alors que le groupe d’habillement connaît une telle crise qu’il est passé fin août ...
Les groupes d’Ehpad privés dopés par le papy-boom Avec Orpéa, Korian ou DomusVi, la France compte plusieurs poids lourds qui partent désormais à la conquête du monde. Le tarif mensuel moyen de 2 710...
Les entreprises sont invitées à « verdir » un peu plus les déplacements professi... Alors que les déplacements des salariés sont au cœur de la loi d’orientation des mobilités, que font les entreprises pour encourager leurs salariés ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA