Tara Pacific : 15.000 échantillons prélevés dans les récifs coralliens

Environnement
 

La goélette Tara poursuit son expédition dans l'océan Pacifique. Elle est à mi-parcours. Cette mission initiée par la Fondation Tara Expéditions permettra de mieux connaître la biodiversité des récifs coralliens affectés par les changements climatiques.

Ce qu'il faut retenir
  • L'expédition Tara Pacific a déjà parcouru environ 50.000 km.
  • Les échantillons prélevés visent à comprendre les conséquences des changements environnementaux sur les écosystèmes coralliens.
  • Les scientifiques de l'expédition ont constaté un blanchissement du corail.
 

Coral Guardian : l'univers étonnant du corail fluorescentDans ce film produit par Coral Guardian, une association protectrice des milieux marins, nous plongeons parmi de merveilleux coraux fluorescents. Un voyage étonnant que nous vous invitons à vivre en vidéo.

Partie en mai 2016 de Lorient, la goélette Tara a parcouru la moitié des 100.000 km que compte l'expédition Tara Pacific (2016-2018). Parcourant l'océan Pacifique d'est en ouest durant la première année de cette campagne, Tara a permis de rejoindre les récifs coralliens les plus isolés du Pacifique sud et de prélever près de 15.000 échantillons sur les 35.000 destinés à mieux comprendre la biodiversité corallienne face aux changements environnementaux. Tara Pacific est soutenue par le CNRS, le CEA, le CSM, l'université Paris Sciences & Lettres et de nombreux autres partenaires publics et privés.

C'est arrivé à l'île Ducie, à l'ouest de l'île de Pâques, en novembre 2016, puis à Moorea (Polynésie française) le mois suivant, que l'équipage de Tara a observé les premiers récifs fortement impactés par le réchauffement climatique. Alors que la mission se concentre essentiellement sur les réponses biologiques du corail aux bouleversements environnementaux, l'équipage a pu établir plusieurs observations :

  • en Polynésie, le blanchissement a atteint 30 à 50 % dans certaines îles des Tuamotu ;
  • sur certains sites, c'est près de 70 % de la couverture corallienne qui était affectée par le blanchissement au passage de la goélette, comme aux îles Pitcairn ;
  • aux îles Samoa, le blanchissement avait atteint 90 % et avait donné lieu à la mort des colonies coralliennes ;
  • en Micronésie, aux îles Tuvalu et Kiribati, une partie des récifs étaient déjà morts à l'arrivée de Tara ;
  • les récifs de Wallis et Futuna ont quant à eux été relativement préservés ;
  • au nord du Pacifique, dans des eaux pourtant plus tempérées, les récifs n'ont pas non plus échappé au blanchissement : il atteint 70 % à Okinawa, au Japon.

La précédente mission de Tara Expéditions visait l’étude du plastique en mer Méditerranée. On voit ici de minuscules fragments parmi du zooplancton. © Christian Sardet, Tara Expéditions

La précédente mission de Tara Expéditions visait l’étude du plastique en mer Méditerranée. On voit ici de minuscules fragments parmi du zooplancton. © Christian Sardet, Tara Expéditions

Pourquoi une telle dégradation des coraux ?

Dans les zones très peu peuplées et très peu polluées comme la Polynésie, seule la hausse de température a pu induire une telle dégradation des coraux. « Plus l'augmentation de la température dépasse les normales attendues, plus les durées d'exposition à ces fortes températures de l'eau sont longues et plus le blanchissement est fort », indique Serge Planes, chercheur au CNRS et directeur scientifique de la mission.

Limiter le réchauffement à deux degrés, comme acté dans l'Accord de Paris, est bien loin d'être suffisant pour les écosystèmes marins."
 

La combinaison de ces deux facteurs entraîne en effet la rupture de la symbiose entre l'algue et l'animal, donc la mort du polype si le réchauffement perdure au-delà de trois semaines.

Selon Serge Planes, « on ne peut plus aujourd'hui parler d'épisodes ponctuels ou cycliques de hausse de températures, comme le phénomène climatique El Niño. Aujourd'hui, nous sommes en présence d'un réchauffement global de l'océan auquel s'ajoutent des périodes estivales très chaudes, de moins en moins espacées d'année en année ».


Lire la suite : Tara Pacific : 15.000 échantillons prélevés dans les récifs coralliens


Articles en Relation

Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
Avec le réchauffement climatique, « les ouragans causeront de plus en plus de do... Parce que les ouragans sont alimentés par l'humidité des océans, ils perdent traditionnellement en puissance assez rapidement après avoir touché terre...
Ceci expliquerait pourquoi la Terre connaît des cycles de glaciations depuis 2,6... La Terre est marquée par des cycles de glaciation. Chaque ère glaciaire étant suivie d'une période interglaciaire. Si les scientifiques avançaient, ju...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Quel est le plus vieil arbre du monde ? Les scientifiques connaissent plusieurs spécimens d'arbres individuels les plus vieux du monde mais des populations clonales ont des systèmes racinair...
Communiquez avec votre chat grâce à une méthode approuvée scientifiquement Communiquer avec votre chat pourrait être aussi simple que de cligner des yeux. Littéralement ! C'est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude pu...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA