« Retraites, réinventons notre pacte social »

Politique

Dans une tribune au « Monde », Stanislas Guerini, Gilles Le Gendre, Patrick Mignola et François Patriat réaffirment les principaux objectifs de la réforme : la mise en place d’un système universel, plus juste, plus lisible et équitable.

Tribune.La réforme des retraites que nous souhaitons porter est un nouveau pacte de société. C’est une refondation de notre protection sociale sans équivalent depuis soixante-dix ans. Avec trois objectifs : créer un système universel plus juste, plus lisible, plus équitable qui remette au centre la solidarité nationale.

Nous voulons faire de ce projet un modèle de justice sociale où chaque euro cotisé, chaque heure travaillée ouvre les mêmes droits, pour tous, et faire preuve de responsabilité en restaurant la confiance indispensable dans un régime durable, soutenable financièrement.

Comment tolérer que notre système actuel, œuvre du Conseil national de la Résistance, ignore la réalité du monde du travail du XXIe siècle et entretienne des inégalités de droits entre des Français qui exercent un même métier ? Comment accepter, en 2019, que les femmes aient une retraite en moyenne inférieure de 42 % à celle des hommes ? Que les agriculteurs, les chauffeurs VTC, les commerçants ou les caissiers de supermarché à temps partiel restent au bord de la route avec de si faibles pensions après toute une vie de travail ?

Nous l’affirmons : cette réforme est un progrès social majeur qui défend le principe de répartition où les générations qui travaillent cotisent pour payer les retraites de ceux qui ont travaillé et savent que les générations suivantes les aideront à leur tour. Tous les Français y sont attachés. Syndicats, patronat, élus de toutes les familles politiques, monde associatif, nous sommes tous d’accord sur ce point.

Un système responsable

Fidèles aux valeurs fondatrices qui ont prévalu à la mise en place de notre système, nous voulons désormais apporter une nouvelle pierre à notre pacte social et construire un système adapté aux nouvelles précarités que la France de 1945 ne pouvait pas anticiper. Un système adapté aux nouvelles trajectoires de carrières, bien moins linéaires que celles de nos aînés, un système responsable et adapté à la réalité démographique du pays, où nous avons désormais 1,7 cotisant actif pour 1 retraité, contre 4 pour 1 en 1960.

Notre réforme s’inscrit résolument dans cette continuité, grâce à un système plus juste, où chacun cumulera des points, même en cas de périodes d’interruption d’activité ; un système responsable qui ne soit pas structurellement en déficit, afin de redonner confiance aux jeunes générations, qui pensent injustement qu’elles n’auront pas de retraites. Voilà l’engagement que nous avions pris, voilà la transformation que nous souhaitons.


Lire la suite : « Retraites, réinventons notre pacte social »


Articles en Relation

Le sexe était-il meilleur à l'époque du socialisme? Trois étudiantes à l'angle des rues Bismarck et Leibniz, à Berlin, pendant le Blocus, en décembre 1948. | Jean Manzon / AFP Pour l'anthropo...
Le retour des deux gauches irréconciliables Benoît Hamon, gagnant de la primaire de la gauche, et Manuel Valls, candidat défait, à l'ancien siège du Parti socialiste, rue de Solférino (Paris) le...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA