Réchauffement climatique : les modèles climatiques ont vu juste depuis le début

Environnement

Les dirigeants du monde entier sont actuellement réunis à Madrid (Espagne) pour la COP 25. Ils cherchent ensemble des solutions qui permettraient de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Des solutions qui apparaissent d'autant plus urgentes à trouver aujourd'hui qu'une étude montre qu'en matière de réchauffement climatique, les modèles avaient vu juste depuis le début.

Dès le début des années 1970, les climatologues ont commencé à s'appuyer sur des simulations informatiques pour prévoir l'évolution des températures mondiales, au moment où les premières inquiétudes concernant la hausse des niveaux de CO2 dans l'atmosphère et son impact sur le climat ont vu le jour. Et presque immédiatement après, des doutes ont été formulés quant à la fiabilité des modèles climatiques employés.

Mais des chercheurs de l'université de Californie (États-Unis) assurent aujourd'hui que la majorité des 17 modèles utilisés entre 1970 et 2007 prédisaient des résultats « indiscernables de ce qui s'est réellement produit ». Et encore plus lorsqu'ils prenaient en considération une variable d'ajustement clé et pourtant extrêmement difficile à apprécier : le facteur humain.

Des modèles sans faille fondamentale

Pris pour exemple, le modèle établi par James Hansen, en 1988. Un modèle souvent cité par les climatosceptiques car prévoyant des températures de 0,3 °C supérieures à ce qu'elles sont réellement aujourd'hui. Toutefois, les chercheurs de l'université de Californie affirment aujourd'hui que l'erreur ne vient pas d'une faille fondamentale, mais plutôt du fait que le climatologue avait surestimé la quantité de méthane -- un puissant gaz à effet de serre -- rejetée dans l'atmosphère.

Il n'avait pas non plus imaginé la chute brutale des émissions de gaz frigorigènes -- qui nuisent à la couche d'ozone. Nourri avec les bonnes données de base, le modèle de James Hansen a rendu des résultats parfaitement conformes à la réalité des observations actuelles.

« Cela confirme de belle manière ce que nous savions déjà, remarque Piers Forster, un expert du climat de l'université de Leeds (Royaume-Uni). Nous pouvons avoir confiance en nos modèles -- qui sont bien plus sophistiqués qu'il y a quelques décennies -- et nous devons écouter les signaux d'alerte qu'ils nous envoient. Nous appuyer dessus pour définir les politiques à mener. »


Source : Réchauffement climatique : les modèles climatiques ont vu juste depuis le début


Articles en Relation

Les incendies en Australie risquent d'accélérer la fonte des glaciers en Nouvell... En Australie, les incendies ont d'ores et déjà des conséquences au-delà des frontières de l'île-continent. Les gigantesques nuages de fumée et de cend...
Les vagues de chaleur font suffoquer la Terre depuis les années 50 Avec le réchauffement climatique, les chercheurs s'attendent à ce que les vagues de chaleur soient de plus en plus nombreuses et de plus en plus inten...
Océan et cryosphère : que retenir du rapport spécial du Giec ? Dévoilé aujourd'hui à Monaco, le rapport des experts climat du Giec détaille le sinistre état de santé des océans et des zones glacées de la planè...
Sous-estimée, la montée des eaux va menacer 300 millions de personnes d’ici 2050 D'ici 2050, des zones côtières abritant 300 millions de personnes seront menacées par la montée des océans liée au changement climatique. La régi...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Que vont devenir les pôles dans un monde plus chaud de 2 °C ? Si rien n'est fait pour inverser la tendance des émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement des pôles pourrait s'accélérer au cours des d...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA