Portrait(s) de France(s) : Campagnes en tension

Environnement
The Conversation

Présidentielle 2022. Shutterstock/Pexels/AFP/Pixabay

Cécile Détang-Dessendre, Inrae; Amaël André, Université de Rouen Normandie; André Torre, AgroParisTech – Université Paris-Saclay; Catherine Delarue-Breton, Université de Rouen Normandie; Frédéric Héran, Université de Lille; Gilles Laferté, Inrae et Vincent Chatellier, Inrae

Portrait(s) de France(s), un rendez-vous thématique réunissant articles inédits, cartographies et podcasts, pour aborder les grands enjeux de l’élection présidentielle de 2022.


Entre homogénéisation des modes de vie et spécificité des territoires vécus, des enjeux politiques prennent forme et des mouvements, à l’image de celui des « gilets jaunes », témoignent d’une fracture latente entre une France des villes et une France des champs.

Les inégalités d’accès au marché du travail et aux services publics, le vivre ensemble et le partage du territoire : autant de sujets qu’il faudra aborder les mois prochains dans la campagne présidentielle au risque de laisser un tiers des Français sur le bord de la route.

C’est cette ruralité que nous explorons dans la troisième livraison de notre newsletter spéciale « Portrait(s) de France(s) », toute dédiée aux grands enjeux de l’élection à venir.

« La campagne », « le rural », viennent tour à tour désigner un espace de production agricole, un lieu pourvu d’aménités naturelles ou encore un espace de relégation, loin des services publics et des marchés du travail dynamiques. Quel que soit le sujet abordé, éducation, activité et emploi, consommation ou encore aménagement du territoire, les chercheurs s’accordent sur un point, le pluriel s’impose et les espaces ruraux se différencient selon leur position dans l’armature urbaine, mais aussi selon leur trajectoire culturelle, économique et sociale.

D’après la définition des espaces ruraux de l’Insee de 2020, basée sur un critère de densité, ces espaces réunissent 88 % du territoire métropolitain et près de 33 % des habitants. L’intensité des déplacements domicile-travail précise l’influence urbaine dans leurs dynamiques. S’esquisse alors le portrait en mosaïque de ces territoires.

Même si le poids économique de l’activité agricole a fortement diminué, elle reste un marqueur des espaces ruraux, façonnant les paysages. Il en va de même du secteur industriel, en perte de vitesse sur l’ensemble du territoire, mais résistant mieux dans les territoires ruraux. Ces deux activités structurent, au moins pour partie, les groupes sociaux des résidents, leur sentiment d’appartenance à leur territoire et leurs attentes.

L’ensemble de ces enjeux économiques et sociaux doit interpeller la classe politique pour construire une politique d’aménagement du territoire cohérente et ambitieuse.


Loin de « l’éternel paysan », la figure très paradoxale de l’agriculteur français

Ni bourgeois, ni prolétaire, détenteur de ses moyens de production mais n’exploitant finalement que lui-même et/ou sa famille, l’agriculteur résiste à la polarisation sociale du capitalisme.

>> Lire l’article

Coq Maurice et autres « bruits de la campagne », une vision fantasmée de la ruralité

Contrairement aux idées reçues, les conflits de voisinage comme celui, très médiatisé, autour du coq Maurice, ne sont pas si fréquents.

>> Lire l’article

Les alternatives à l’automobile demeurent encore trop peu appliquées ou pensées notamment dans les zones rurales et périphériques. Pixabay, CC BY-NC-ND

Le casse-tête de la dépendance automobile en zones peu denses

Dans les zones dites peu denses, plus des trois quarts des déplacements se font en voiture. Comment remédier à cette dépendance automobile ?

>> Lire l’article

Les jeunes ruraux sont souvent très attachés à leurs territoires et cherchent à préserver ces liens de proximité. Pexels, CC BY

Inégalités scolaires : les élèves des territoires ruraux manquent-ils vraiment d’ambition ?

S’ils réussissent aussi bien en classe que les élèves des villes, les jeunes ruraux s’orientent moins souvent vers des filières sélectives. Faut-il y voir un réflexe d’autocensure ?

>> Lire l’article

L’infographie

>> Lire l’article

Le podcast

Cécile Détang-Dessendre, Directrice de recherche en économie, Inrae; Amaël André, Professeur des universités, sciences de l’éducation, Université de Rouen Normandie; André Torre, Directeur de recherche en économie à INRAE, AgroParisTech – Université Paris-Saclay; Catherine Delarue-Breton, Professeure des universités, Université de Rouen Normandie; Frédéric Héran, Économiste et urbaniste, Université de Lille; Gilles Laferté, Directeur de recherche en sociologie, Inrae et Vincent Chatellier, Ingénieur de recherche à INRAE, Inrae

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

 

Articles en Relation

Quel est l'impact du changement climatique sur les maladies des plantes en agric... La sécurité alimentaire est une des inquiétudes au sujet du futur de l'humanité. Une nouvelle étude menée par l'université d'Exeter informe sur les ef...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA