Pesticides : l’Anses alerte sur les produits toxiques dans la maison

Environnement

Soins des plantes, antiparasites des animaux domestiques, répulsifs contre les insectes volants ou rampants... L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) vient de publier le résultat d'une étude menée en 2014 sur les mauvais usages dans les maisons de ces produits potentiellement toxiques.

En pleine polémique sur la distance minimale entre habitations et zones d'épandage des produits phytosanitaires chimiques, l'Anses attire l'attention sur une autre source potentielle d'exposition à ces produits potentiellement toxiques : la maison. Cette étude de terrain baptisée Pesti'Home, réalisée en 2014 chez 1.500 ménages de France métropolitaine pour avoir une meilleure évaluation des expositions et des risques potentiels pour la santé, révèle ainsi que 75 % d'entre eux ont utilisé au moins un pesticide dans les 12 mois précédents.

Et cette utilisation « généralisée » est loin de concerner uniquement le soin des plantes. Ainsi, 61 % des détenteurs d'animaux domestiques (qui représentent près de la moitié de l'échantillon) traitent leur chat, leur chien ou leur lapin contre les puces et les tiques. D'autre part, 40 % des ménages ont recours à des biocides contre les insectes volants et 28 % contre les insectes rampants, 12 % utilisent des répulsifs corporels contre les insectes, 9 % des produits contre les rongeurs, 7 % contre les poux humains, 4 % contre les acariens.

Les produits phytopharmaceutiques chimiques ne sont évidemment pas absents : 20 % des détenteurs d'un espace extérieur font par exemple appel à des produits contre les maladies des plantes. Mais pour les usages liés au jardinage, les utilisateurs sont généralement plus prudents, lisant les notices et les respectant mieux. « 70 % des personnes qui ont des produits pour le jardin déclarent suivre les précautions d'emploi. Ils sont plus au courant pour les pesticides utilisés au jardin, parce qu'on en parle beaucoup dans le débat public », explique à l'AFP Jean-Luc Volatier, adjoint à l'évaluation des risques à l'Anses.

40 % des ménages français ont recours à des biocides contre les insectes volants. © Yevhenil, Fotolia

40 % des ménages français ont recours à des biocides contre les insectes volants. © Yevhenil, Fotolia

Utilisation des produits : adopter les bons réflexes

Le chiffre est similaire pour les solutions contre les poux. Mais en revanche, seulement un peu plus d'un tiers des particuliers respectent les règles de prudence avec les produits contre les insectes volants. Pourtant, « ce sont les mêmes molécules, insiste Jean-Luc Volatier. Par exemple, les pyréthrinoïdes, qui sont les plus utilisés, peuvent être utilisés contre les cafards ou les fourmis, mais aussi dans le jardin ou pour protéger les animaux domestiques contre les puces ».

Les Français ne se renseignent pas assez sur les précautions d'emplois et ne les mettent donc pas en œuvre. « On n'y pense pas toujours mais c'est important parce que ce ne sont pas des produits anodins », martèle l'expert. Ces précautions parfois « écrites en lettres un petit peu petites sur les emballages » sont différentes d'un produit à l'autre. Se laver les mains après utilisation, porter des gants voire un masque de protection, sortir de la pièce après pulvérisation...

Protéger son animal domestique contre les puces ou les tiques n'est pas sans risques et les enfants ne doivent pas dormir avec leur chat ou leur chien tout juste traité. © Alexei_tm, Istock.com

Protéger son animal domestique contre les puces ou les tiques n'est pas sans risques et les enfants ne doivent pas dormir avec leur chat ou leur chien tout juste traité. © Alexei_tm, Istock.com

Un site dédié aux personnes vulnérables

La vigilance est encore plus nécessaire pour les femmes enceintes ou les enfants qui, par exemple, ne doivent pas dormir avec leur chat ou leur chien tout juste traité avec une pipette antiparasite. Le responsable de l'Anses renvoie d'ailleurs pour ces personnes vulnérables sur le site agir-pour-bébé.fr qui donne quelques clés notamment pour rendre son logement plus sain.

Un quart des ménages avaient sur leurs étagères des pesticides achetés parfois longtemps auparavant mais ensuite interdits

Autre problème révélé par l'enquête, un quart des ménages avaient sur leurs étagères des pesticides achetés parfois longtemps auparavant mais ensuite interdits. Et il est possible que cette proportion soit aujourd'hui encore plus élevée : les produits phytosanitaires chimiques utilisés en jardinage sont en effet totalement bannis pour les particuliers depuis le 1er janvier. Cela pose de façon encore plus aiguë un autre problème soulevé par Pesti'Home : 60 % des Français jettent à la poubelle les produits non utilisés ou périmés qui devraient être apportés en déchèterie. « Jeter ces produits à la poubelle ou dans l'évier peut poser problème d'un point de vue environnemental et sanitaire », souligne Jean-Luc Volatier.

Au-delà des recommandations d'utilisation et d'élimination de ces produits, cette photographie, une « première » au niveau international, permettra d'orienter la surveillance de la qualité de l'air intérieur vers certaines des molécules identifiées.


Source : Pesticides : l’Anses alerte sur les produits toxiques dans la maison


Articles en Relation

Toujours en proie aux incendies, l’est de l’Australie suffoque Manifestations annulées, bateaux à quai, écoliers cloîtrés dans les établissements, Sydney, comme tout l'est de l'Australie, vit au ralenti et suf...
Incendies en Autralie : Sydney est en urgence sanitaire Tandis que le gouvernement défend son bilan pour lutter contre le réchauffement climatique, l'État de Nouvelle-Galles du Sud et Sydney continuent ...
Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
La France reste peu préparée face aux risques industriels Vingt ans après la catastrophe AZF à Toulouse, où en sommes-nous en France ? Nous avons récemment connu l'incendie de l'usine chimique Lubrizol à ...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Pollution de l’air : quelles sont les villes les plus polluées en France ? Dans ces villes françaises, la qualité de l'air y serait meilleure et moins polluée grâce à la mise en place d'une politique des transports plus a...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA