Onze interpellations, en lien avec l'attaque de policiers à Viry-Châtillon

Actualités

Viry-Châtillon (AFP) - Trois mois après l'attaque aux cocktails Molotov contre quatre agents à Viry-Châtillon, à l'origine d'une large grogne policière, l'enquête a franchi une nouvelle étape mardi avec l'interpellation de onze jeunes suspects.

L'arrestation de ces onze jeunes âgés de 17 à 19 ans doit permettre "d'entendre et de confronter des personnes, dont certaines sont susceptibles d'avoir participé aux faits", a expliqué le parquet d'Evry (Essonne).

Neuf suspects ont été interpellés à l'aube dans la cité sensible de la Grande Borne, située à cheval sur les communes de Viry-Châtillon et de Grigny, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris. Les deux autres arrestations ont eu lieu à Etampes, dans le sud de l'Essonne, et dans une commune de Seine-et-Marne, a détaillé le parquet.

Sur l'ensemble du groupe, deux suspects sont mineurs, a précisé une source policière à l'AFP.

En milieu de matinée, le quartier de la Grande Borne était très calme, a constaté un journaliste de l'AFP. Une dizaine de camions de CRS étaient postés au niveau du carrefour où avait eu lieu l'attaque contre les policiers, qui avait fait en octobre deux blessés graves et deux blessés légers.

C'est la première fois que les deux juges d'instruction ordonnent l'interpellation de personnes pouvant avoir un lien direct avec l'agression.

Un adolescent de 17 ans, soupçonné d'avoir participé à la confection des cocktails Molotov utilisés pour l'attaque, avait été mis en examen et écroué début décembre, avant d'être remis en liberté.

Un second mineur âgé de 15 ans, soupçonné aussi d'avoir participé à la fabrication des engins incendiaires, avait été placé sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre la mise en examen et l'état de simple témoin.

Trois jeunes hommes de 16, 19 et 22 ans avaient également été arrêtés en novembre, pour avoir filmé puis mis en ligne des vidéos de l'agression, avant d'être rapidement relâchés.

- Enquête suivie de près -

Le 8 octobre, une quinzaine d'agresseurs avaient incendié deux voitures de police, occupées par quatre agents en mission de surveillance: deux en étaient sortis très grièvement brûlés, les deux autres plus légèrement touchés.

Les policiers veillaient sur une caméra installée près d'un feu rouge connu pour ses vols avec violences sur des automobilistes, en lisière de la Grande Borne.


Lire la suite : Onze interpellations, en lien avec l'attaque de policiers à Viry-Châtillon


Articles en Relation

Science décalée : comment détecter une personne qui ment par SMS ? Comment savoir si le contenu d'un texto ou d'un message sur un réseau social est tout à fait vrai ? Bien qu'il y ait peu d'indices, une réponse plus t...
La théorie de la vitre brisée, ou comment les maths préviennent le crime La théorie de la vitre brisée pose que lorsqu'un carreau cassé n'est pas immédiatement réparé, le lieu est considéré comme abandonné et délabré, et d'...
Derrière Thomas Pesquet, le travail de l'ombre des petites mains de la mission A... Le Cadmos, en 2016, élaborait déjà des projets en compagnie de Thomas Pesquet, qui se rend sur l'ISS à compter du 23 avril 2021. | Rémy Gabalda /...
La Berlinale, confinée mais ouverte au monde et aux formes Memory Box, quand effusions d'adolescence amoureuse et explosions mortelles de la guerre s'inscrivent ensemble dans l'image. | Berlinale  Dans d...
La musique et le théâtre sont bons pour le cerveau, même quand on s'y met tardiv... Pas besoin de pratiquer ses gammes pendant quinze ans avant de voir son cerveau changer. | Oleg Ivanov via Unsplash Les personnes pratiquan...
Beyrouth : qu'est-ce que le nitrate d'ammonium, à l'origine des explosions ? Les deux déflagrations qui ont dévasté partiellement la capitale libanaise mardi seraient liées à l'explosion d'environ 2 750 tonnes de cette sub...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA