Ombres et lumières : le maquillage ne s’achète pas et ne s’applique pas à la légère

Santé
Image de Freepik The Conversation

Ombres et lumières : le maquillage ne s’achète pas et ne s’applique pas à la légère

Les produits de maquillage sont souvent appliqués sur des zones sensibles du visage, comme la paupière, où la peau est plus fine, ce qui peut faciliter leur pénétration. AlikeYou / Shutterstock
Estefania Hurtado Gómez, Universidad Miguel Hernández; Isabel González-Álvarez, Universidad Miguel Hernández et Marta González Álvarez, Universidad Miguel Hernández

Le maquillage a été l’un des cadeaux vedettes de Noël dernier, et il le sera certainement encore le 14 février, date de la Saint-Valentin. Mais même si on connaît les goûts et les besoins de la personne à qui on va offrir ce présent, il convient d’être prudent. Choisir des produits adaptés à chaque âge et à chaque type de peau est essentiel si on veut conserver une peau en bonne santé.

Le maquillage comme les autres produits cosmétiques – rouge à lèvres, crayon pour les yeux, ombre à paupières, poudre pour le visage, fard à joues, mascara… – se caractérise par des formulations complexes et il est disponible sous différents formats et textures. On trouve du maquillage liquide, semi-solide et solide (généralement sous forme de poudre). On doit faire sa sélection en tenant compte de son âge, de son type de peau, de son phototype, également de la sensibilité, de l’élasticité et du degré d’hydratation de sa peau, du risque de faire une allergie après application du produit et d’autres paramètres. Les poudres, par exemple, peuvent facilement déshydrater la peau. Les personnes à la peau sèche devraient donc opter pour un autre format.

Portes d’entrée dans l’organisme

Attention ! Ces produits sont souvent appliqués sur des zones sensibles : autour des yeux où la peau est plus fine ainsi que sur les lèvres et les muqueuses qui ne disposent pas de couche cornée pour empêcher la pénétration. De plus, le risque d’ingestion d’un produit pour les lèvres est plus élevé, car il peut facilement être entraîné à l’intérieur de la bouche par la salive et la langue.

Les produits cosmétiques sont disponibles dans une large gamme de formats. Jessica Johnston/Unsplash, CC BY

La zone autour du nez est également critique. À cet endroit, les produits en poudre ou en brume, tels que les fards, brillants et enlumineurs, peuvent être inhalés, ce qui leur permet là encore de pénétrer très facilement dans l’organisme. Pour toutes ces raisons, la sécurité des ingrédients utilisés dans les formulations de ces produits est de la plus haute importance.

Métaux lourds, nanomatériaux et autres substances nocives

En effet, les produits de maquillage peuvent contenir des substances nocives telles que des métaux lourds. Malgré leur toxicité connue, certains de ces composés apparaissent dans des formules de maquillage sous forme d’impuretés ou de traces, sans être inclus dans la liste des ingrédients.

(On classe parmi les cosmétiques les produits de beauté comme le maquillage, mais aussi les produits d’hygiène. D’après le règlement européen concernant les cosmétiques, les fabricants doivent obligatoirement mentionner sur les emballages la liste des ingrédients qui entrent dans la composition de leurs produits, ndlr).

On a par exemple repéré des produits de beauté qui contenaient de l’arsenic, du cadmium, du chrome, du cobalt, du plomb, du mercure et du nickel. Certains de ces composés suscitent l’inquiétude comme le plomb, retrouvé dans des gloss, ou le nickel, le chrome et le cobalt identifiés, dans des concentrations élevées, dans certains fards à paupières notamment importés de Chine.

On trouve même des métaux lourds dans les jouets de maquillage pour enfants. Il existe là un facteur aggravant qui vient du fait que la peau des enfants est plus fine et encore en développement. Elle est de ce fait plus vulnérable au passage des substances et elle risque davantage de réagir.

Une autre source d’inquiétude réside dans la présence de substances perfluoroalkylées (PFAS), qui augmentent la durabilité, améliorent l’étalement d’une émulsion et ont la capacité de former un film. Il a été observé que l’exposition répétée à ces substances chimiques est préjudiciable à la santé humaine. Une étude récente a révélé que les niveaux les plus élevés de PFAS sont détectés dans le maquillage résistant à l’eau, à l’huile ou aux vêtements ainsi que dans les produits longue durée.

Les nanomatériaux ont également colonisé le monde glamour du maquillage. Ils améliorent la texture et l’expérience sensorielle. Si leur innocuité est encore à l’étude, on sait aujourd’hui qu’ils restent dans l’épiderme, sans pénétrer dans l’organisme.

Cependant, la situation est différente lorsque ces minuscules particules sont inhalées : elles peuvent alors provoquer des problèmes pulmonaires. Le danger réside dans les produits en poudre ou en brume qui sont appliqués près de la zone nasale.

(Quand un cosmétique contient un nanomatériau, dans la liste des ingrédients affichée sur l’emballage, le terme « nano » doit figurer après le nom de la substance en question. Mais en France, récemment, les autorités de santé ont alerté sur la présence de nanomatériaux non autorisés, et non mentionnés sur l’emballage, dans certains produits cosmétiques, ndlr).

À quel âge est-il conseillé de commencer à se maquiller ?

Si l’on tient compte de tout ce qui précède, cela dépend de la maturité de la personne et des connaissances qu’elle a acquises sur ces produits. En général, il est déconseillé de commencer avant l’âge de 15 ou 16 ans : il faut connaître les ingrédients, savoir comment utiliser les différents produits et comment nettoyer sa peau après s’être maquillé.

L’utilisateur ou l’utilisatrice doit également adopter certaines règles d’hygiène, comme se laver les mains avant et après application du maquillage, laver correctement les brosses et les autres ustensiles qui servent à l’application et ne pas partager les produits avec d’autres personnes. De plus, il convient d’être attentif à l’apparition d’éventuels problèmes de peau.

Les adolescents et les jeunes qui s’initient au maquillage doivent acheter des produits adaptés à leur peau, qui est souvent plus grasse. Utiliser des produits inappropriés peut entraîner ou exacerber l’acné ou d’autres dysfonctionnements cutanés. En général, ils devraient opter pour des produits simples, hypoallergéniques, sans huile et sans parfum afin d’éviter toute irritation de la peau.

En règle générale, il est plus facile de suivre ces recommandations en achetant des cosmétiques fabriqués en Europe car on est alors sûr qu’ils sont fabriqués selon certaines normes. On peut aller plus loin et écarter les produits longue durée, ceux qui sont résistants à l’eau ou à d’autres éléments ou matériaux, et ceux qui nécessitent une application en continu.

Et n’oubliez pas d’utiliser des produits spécifiques si vous avez la peau sensible, car celle-ci risque davantage de réagir avec un produit de maquillage mal formulé.

Estefania Hurtado Gómez, Profesora Master Dermofarmacia, Universidad Miguel Hernández; Isabel González-Álvarez, Profesor Titular Grado en Farmacia. Area de Farmacia y Tecnologia Farmaceutica. Dpto Ingenieria, Universidad Miguel Hernández et Marta González Álvarez, directora del Master de Dermofarmacia y Cosmética UMH, Universidad Miguel Hernández

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Facebook Pin It

Articles en Relation

Des milliers de virus découverts dans les selles de bébés… Faut-il s’inquiéter ? Photo de Colin Maynard sur Unsplash Des milliers de virus découverts dans les selles de bébés… Faut-il s’inquiéter ? Evelien Adriaenssen...
Le retour douloureux des coups de soleil, et leurs conséquences… Le retour douloureux des coups de soleil, et leurs conséquences… Coralie Thieulin, ECE Paris Les vacances ne se passent pas toujours comme...
Ce que vos cheveux peuvent vous apprendre sur votre santé Image de azerbaijan_stockers sur Freepik Ce que vos cheveux peuvent vous apprendre sur votre santé La génétique, l...
Ce que vos mains disent de votre santé Image de Freepik Ce que vos mains disent de votre santé Adam Taylor, Lancaster University Nos mains en disent beaucoup sur l’état de notr...
Biologie du coup de soleil : un « aléa estival » aux conséquences potentiellemen... Biologie du coup de soleil : un « aléa estival » aux conséquences potentiellement lourdes Soline Estrach, Inserm et Chloé Feral, Inserm On...
Pourquoi c’est une bonne chose de parler de la ménopause au travail Quand les femmes doivent gérer les symptômes de la ménopause au travail, les réseaux sociaux informels constituent un soutien précieux. Lucky Business...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA