Non, les grands tremblements de terre ne sont pas affectés par la Lune

Environnement

Un mythe vient probablement de prendre fin, au moins dans la communauté scientifique : les corrélations imaginées entre les phases lunaires et les grands séismes seraient illusoires. Simple effet du hasard.

L'esprit humain est prompt à trouver des régularités et des causalités là où il n'y en a pas. C'est notamment ce qui est à l'origine des constellations et de l'astrologie. Depuis longtemps, certains pensent qu'il y a des connexions entre les phases de la Lune et la survenue des tremblements de Terre car ils croient voir des coïncidences anormales, qui ne peuvent pas être le fruit du hasard pensent-ils.

Après tout, l'idée n'est pas absurde puisqu'il y a bien une connexion entre ces phases et les marées. De plus, les géophysiciens et les astronomes savent bien que le champ de gravité de la Lune et celui du Soleil peuvent aussi déformer les roches de la Terre. En un point de la surface de la Terre, le sol monte et descend périodiquement (d'environ 30 cm), à la manière des marées de l'océan. Les chercheurs du Cern en savent quelque chose car ils doivent en tenir compte dans le fonctionnement du LHC dont le diamètre est modifié par les effets de marée terrestres, ce qui change la longueur parcourue par les particules et donc les temps d'arrivée dans les détecteurs.

Des corrélations apparentes dues au hasard

Or, les tremblements de Terre sont des brusques ruptures dans des roches soumises à des contraintes. De la même façon qu'un caillou peut déclencher une avalanche de pierres ou de neige, on pourrait donc imaginer que lorsque les marées sont fortes, les contraintes mécaniques exercées par la force de gravité peuvent faciliter la survenue d'un séisme. Mais ce raisonnement est-il valable ? Plusieurs chercheurs ont tenté de le prouver mais il semble que ceux effectués par la géophysicienne états-unienne Susan Hough, et publiés dans Seismological Research Letters, mettent fin à cette idée.

La sismologue a étudié de près une liste de 204 séismes majeurs dont la magnitude était d'au moins 8, ce qui veut dire qu'ils étaient assez puissants pour produire de graves dégâts et qu'ils sont relativement rares, de l'ordre d'un par an environ. Ce choix n'est pas anodin car avec des magnitudes plus faibles, les tremblements de terre étudiés sont assez rapprochés dans le temps pour que certains soient en fait des conséquences d'autres tremblements de terre, ce qui peut fausser les études statistiques cherchant des corrélations avec des phases lunaires.

La chercheuse n'a trouvé aucune relation de cause à effet entre ces séismes et les phases lunaires. Autrement dit, les coïncidences éventuelles pourraient être reproduites en tirant au sort des dates de séismes.


Lire la suite : Non, les grands tremblements de terre ne sont pas affectés par la Lune


Articles en Relation

Incendie de Lubrizol à Rouen : quels sont les risques de pollution chimique ? Un incendie s'est déclaré dans l'usine Lubrizol de Rouen (France) dans la nuit de mercredi à jeudi. Une usine classée Seveso seuil haut. Aujourd'h...
L’Australie est en proie à une série d’incendies sans précédent Frappée ces derniers jours par des dizaines d'incendies violents, l'Australie redoute le pire pour cette semaine en raison des prévisions météo de...
Toujours en proie aux incendies, l’est de l’Australie suffoque Manifestations annulées, bateaux à quai, écoliers cloîtrés dans les établissements, Sydney, comme tout l'est de l'Australie, vit au ralenti et suf...
Green Friday ou Black Friday : lequel vous rendra le plus heureux ? L'édition 2019 du Black Friday approche. Au même moment, une étude trouve une raison très individualiste de boycotter cette journée : cela pourrai...
Incendies en Autralie : Sydney est en urgence sanitaire Tandis que le gouvernement défend son bilan pour lutter contre le réchauffement climatique, l'État de Nouvelle-Galles du Sud et Sydney continuent ...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA