Levothyrox : les questions que l'on se pose

Santé

Après la grogne de nombreux patients cet été, de nombreuses questions se posent quant à l'avenir du «nouveau» Levothyrox.

Les petits comprimés de Levothyrox, du laboratoire allemand Merck Serono, agissent comme une «thyroïde artificielle» pour les patients dont la glande située à la base du cou ne secrète pas ou pas assez d'hormones pour réguler le corps. Sa composition a été modifiée il y a six mois, ce qui fait dire aux patients qu'il y a un «ancien» et un «nouveau» Levothyrox.

Pourquoi la formule a changé ?
C'est l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), le gendarme du médicament, qui a demandé en 2012 au laboratoire de travailler à une nouvelle formulation. Selon ses études, la stabilité du médicament dans le temps n'était, en effet, pas assez bonne et pouvait causer des désordres. Parfois, la substance active (la lévothyroxine) variait au sein d'une même plaquette ! Après avoir investi 32 millions d'euros, Merck a mis sur le marché une nouvelle version le 1er avril. Le principe actif est resté le même, mais l'excipient (une substance secondaire) lactose a été remplacé par du mannitol -- un édulcorant naturel utilisé, par exemple, dans les chewing-gums -- et de l'acide citrique, un conservateur alimentaire.

Comment en est-on arrivé à une crise sanitaire ?
A priori, donc, aucun bouleversement notable avec cette nouvelle composition. Mais voilà, le Levothyrox est un médicament «à marge thérapeutique étroite», ce qui signifie que l'écart entre la dose efficace et la dose néfaste est faible. Tout changement peut donc «modifier la biodisponibilité de l'hormone» et avoir des effets sur l'organisme, explique la biologiste Barbara Demeneix.

Au départ, beaucoup de patients n'étaient pas informés du changement. Mais, cet été, le ton monte. Sylvie, une malade de la thyroïde, met en ligne une pétition, qui était vendredi soir signée par 275 000 personnes. Les témoignages d'effets secondaires affluent, les rumeurs et désinformations aussi. Quant aux associations, elles sont littéralement prises d'assaut....

Lire la suite sur LeParisien.fr - Levothyrox : les questions que l'on se pose

Articles en Relation

Coronavirus : Une maladie peut-être liée au Covid-19 touche des enfants au Royau... Un soignant népalais prend la température d'un enfant à Katmandou, le 27 avril 2020 (illustration). — Prabin Ranabhat / SOPA Im/SIPA Cette maladie&nb...
Écoles et Covid: les compromis à faire pour éviter une troisième vague Des collégiens portant le masque dans un établissement parisien, le 2 novembre 2020. | Thomas Samson / AFP Le contexte épidémique français,...
Le gouvernement va-t-il rendre obligatoire la vaccination «altruiste» contre la ... L'hypothèse de sanctions en cas de non-vaccination a été évoquée en 2006 par les responsables politiques. | CDC via Unsplash Depuis 2006 en Fran...
Cartographie de la mortalité due au Covid-19 en France et en Allemagne Une terrasse à Munich, le 18 mai 2020. L'agglomération bavaroise a un taux de décès rapporté au nombre de cas attestés parmi les plus faibles de tout ...
Peut-on faire confiance aux tests d'intolérances alimentaires? Les aliments positifs sont presque toujours les mêmes, à savoir le blé, le lait et les œufs. | Hüseyin via Unsplash Leur fiabilité n'a pas été démont...
Des Français ont créé un diagnostic ultra-rapide et fiable de la Covid-19 avec s... Financé en partie par l'Europe, le projet Cordial-IT combine tests salivaires et lecteur branché sur smartphone pour délivrer un diagnostic en quelque...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA