Les bébés OGM chinois seront-ils aussi plus intelligents ?

Santé

La modification génétique introduite chez les deux fillettes nées en novembre dernier en Chine, grâce à la technique CRISPR, leur confère une résistance naturelle au virus du Sida. Une nouvelle étude montre que l'inactivation de ce même gène augmente aussi les capacités cognitives, et suggère même qu'elle permet d'obtenir de meilleurs résultats scolaires. De quoi relancer le débat sur les bébés « améliorés ».

En novembre 2018, le chinois He Jiankui a créé un tollé mondial en annonçant sur YouTube avoir mis au monde deux jumelles génétiquement modifiés par fécondation in vitro. Le scientifique a utilisé la technique CRISPR-Cas9 pour désactiver le gène appelé CCR5, qui code une protéine empêchant le virus du VIH d'entrer dans une cellule. Mais voilà qu'une nouvelle étude nous apprend aujourd'hui que cette mutation pourrait aussi... doper les capacités cognitives.

De nouvelles connexions neuronales

Les travaux, publiés le 21 février dans la revue Cell, montrent que l'inactivation du gène CCR5 chez la souris permet non seulement une récupération précoce du contrôle moteur après un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un traumatisme crânien, mais qu'elle augmente aussi les capacités cognitives de façon significative en préservant les épines dendritiques et en créant des nouvelles connexions dans le cerveau. La même étude rapporte des résultats similaires chez l'homme lors d'essais cliniques menés avec du maraviroc, un médicament contre le sida qui désactive le CCR5.

Des bébés, futurs cracks scolaires ?

Encore mieux : les personnes porteuses d'une mutation génétique nommée ?32 CCR5, qui empêche le gène de s'exprimer, montreraient de meilleurs résultats scolaires. « Nous sommes les premiers à signaler le rôle du CCR5 dans le cerveau humain et à mettre en évidence un niveau d'éducation plus élevé », se félicite Thomas Carmichael, qui a dirigé l'étude, dans une interview au MIT Technology review. Même s'il qualifie le lien avec la réussite scolaire « d'intéressant », il estime que de nouvelles études devront être menées pour confirmer la corrélation.

Le chercheur chinois, He Jiankui, à Hong Kong, le 28 novembre 2018. © Anthony WALLACE, AFP, Archives

Le chercheur chinois, He Jiankui, à Hong Kong, le 28 novembre 2018. © Anthony WALLACE, AFP, Archives

 

Peut-on en conclure que les deux petites filles nées en 2018 seront des cracks ? « Ce que l'on peut dire, c'est que cela a affecté leur cerveau », atteste Alcino J. Silva, neurobiologiste à l'université de Californie, à Los Angeles, et qui fut le premier à mettre en évidence le rôle du gène CCR5 sur le cerveau et la mémoire. « Les mutations auront probablement un impact sur la fonction cognitive, mais l'effet exact est impossible à prédire », poursuit le spécialiste qui assure être totalement opposé à ce genre de manipulation génétique.

Des bébés plus intelligents sur ordonnance ?

Certains scientifiques se demandent, par conséquent, si le véritable objectif de He Jiankui n'était pas de créer des bébés plus intelligents. Rien ne permet à ce stade de l'affirmer, d'autant plus que le chercheur n'a consulté aucun spécialiste en neurologie ou en cognition, rapporte le MIT Technology review. Mais les premiers travaux mettant en évidence le rôle du gène CCR5 sur la mémoire et la cognition chez la souris ont été publiés en 2016, et il pouvait difficilement les ignorer.

Cette nouvelle ne manquera pas de relancer le débat sur la fabrication de bébés « parfaits ». Dans une enquête réalisée en 2018 auprès de plus de 4.000 Chinois, 80 % des personnes interrogées se disent favorables à la modification génétique d'un embryon pour corriger une maladie, mais moins de 25 % seraient d'accord pour utiliser cette technique afin d'augmenter l'intelligence ou d'améliorer les performances sportives.

Ce qu'il faut retenir
  • Le génome des deux jumelles nées par CRISPR en novembre dernier, en Chine, a été modifié pour empêcher l’infection du virus du sida.
  • Or, l’inhibition du gène CCR5 permet également une amélioration cognitive chez la souris et entraînerait de meilleurs résultats scolaires chez l’homme.
  • Certains se demandent, par conséquent, si le véritable objectif du chercheur chinois n’était pas de créer des bébés supérieurement intelligents.


Lire la suite : Les bébés OGM chinois seront-ils aussi plus intelligents ?


Articles en Relation

Vaccins à ARN messager : quels sont les risques pour notre génome ? Proportionnellement à l'espoir qu'ils suscitent, les vaccins à ARN contre la Covid-19 soulèvent légitimement de nombreuses questions et des craintes a...
Cherche Médecins désespérément - Documentaire Cherche Médecins désespérément - Documentaire De trop nombreux départs en retraire, trop peu de nouveaux médecins dans les régions reculées... Les ...
Les tests Covid-19 à faire chez soi arrivent et détectent même la variante du vi... Un simple gargarisme, à faire soi-même à son domicile, sera prochainement disponible pour effectuer un test Covid-19. Le kit de dépistage est déjà&nbs...
Laxatifs naturels : découvrez 8 aliments contre la constipation Un Français sur cinq dit souffrir de problèmes de constipation. Pas besoin pour autant de se ruer sur les laxatifs, irritants et inefficaces sur le lo...
Comment lutter contre la calvitie ? La calvitie, aussi nommée dans le jargon médical « alopécie androgénétique héréditaire », est une perte irréversible des cheveux. Ce phénomène touche ...
Cinq raisons pour lesquelles le SARS-CoV-2 est bien pire que les autres virus La Covid-19 n'est pas la première pandémie que connaît l'humanité. C'est pourtant la seule maladie moderne qui a poussé les gouvernements du monde ent...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA