Le cancer touche de plus en plus de femmes en France

Santé

D'après un rapport publié cette semaine par Santé publique France, les femmes sont de plus en plus touchées par le cancer en France et l'écart entre les deux sexes se réduit. La consommation d'alcool, le tabagisme, le changement des habitudes alimentaires ou l'obésité pourraient expliquer ces évolutions.

 

En 2018, on estime à 382.000 le nombre de nouveaux cas de cancers en métropole (204.583 chez l'homme, 177.400 chez la femme) et à 157.400, le nombre de décès par cancer (89.621 chez l'homme, 67.800 chez la femme), selon l'agence sanitaire. Mais l'incidence (nouveaux cas), tous cancers confondus, est stable chez l'homme (+0,1 % par an) alors qu'elle s'accroît chez la femme (+1,1 % par an).

En outre, « les taux de mortalité par cancer ont diminué de façon plus prononcée chez l'homme entre 1990 et 2018 (-1,8 % par an en moyenne chez l'homme et -0,8 % par chez la femme) », selon le rapport qui analyse les tendances sur près de 30 ans. Rançon du tabagisme, en terme de taux, « l'incidence (+5,3 % par an) et la mortalité (+3,5 % par an) du cancer du poumon enregistre la plus forte progression chez la femme ». C'est l'évolution « la plus préoccupante », compte tenu du « pronostic sombre » de ce cancer.

Les taux de mortalité par cancer ont diminué de façon plus prononcée chez l'homme entre 1990 et 2018

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent et le plus mortel chez les femmes, avec près de 59.000 nouveaux cas et un peu plus de 12.000 décès annuels. En regard, la mortalité par cancer du poumon (10.356 décès en 2018 pour plus de 15.000 cas diagnostiqués) montre son « impact » chez les femmes, remarque Gautier Defossez (réseau Francim), coordonnateur de la partie portant sur les cancers solides.

Le rapport pointe aussi l'augmentation du taux d'incidence du cancer du pancréas plus élevée chez les femmes (+3,8 % par an contre +2,7 % chez les hommes), et la hausse de la mortalité due à ce cancer chez elles (+1,2 % par an). Le taux de cas de cancer du foie diagnostiqués annuellement progresse également plus vite chez la femme (+3,5 % contre +1,6 % par an chez l'homme).

Des changements de comportements nocifs à la santé

La réduction de l'écart entre les sexes peut en partie s'expliquer par les consommations excessives d'alcool et de tabac, ainsi que les changements de comportements alimentaires et la fréquence croissante de l'obésité ou de l'hypertension artérielle, selon Santé publique France. D'une façon générale, « on observe des situations plutôt défavorables, comme celles du cancer du poumon chez les femmes, du foie, du pancréas, du rein et du mélanome cutané, relève Gauthier Defossez. Entre 2010 et 2018, le mélanomecutané est celui dont le nombre de cas diagnostiqués a le plus augmenté ». Or, « 85 % sont attribuables aux UV naturels ou artificiels et considérés comme évitables », poursuit le spécialiste en plaidant pour l'éducation à la prévention dès l'enfance.

En revanche, on relève des « signaux positifs » : des cancers, très fortement liés à l'alcool et au tabac, présentent chez l'homme les plus fortes variations à la baisse des taux de nouveaux cas et de mortalité (lèvre-bouche-pharynx, larynx, œsophage).

Le rapport, actualisé tous les cinq ans, est composé de deux volumes respectivement consacrés aux cancers solides (poumon, thyroïde, colon...) et aux cancers du sang et des ganglions, ou hémopathies malignes (leucémies, lymphomes, myélomes...), sur la période 1990 et 2018. Pour la première fois, 74 types et sous-types de cancers et des tendances par âge y sont étudiés. Ce travail détaillé associe l'Institut national du cancer (INCa), le réseau Francim des registres des cancers, les Hospices civils de Lyon et Santé publique France.

Le rapport apporte un niveau d'analyse très fine des variétés de tumeurs avec l'analyse des tissus, ce qui a une importance pour mieux comprendre leur évolution et aussi l'effet des traitements. Des baisses de mortalité sont observées pour les cancers du sein, colorectaux et de la prostate ainsi que pour le cancer de l'utérus. Tandis que les causes de l'augmentation des hémopathies malignes (de certaines formes de lymphomes ou de leucémies) restent à expliquer.

Ce qu'il faut retenir
  • En France, l’incidence des cancers est stable chez les hommes et augmente chez les femmes.
  • Si les hommes sont plus touchés par le cancer, l’écart entre les deux sexes se réduit.
  • Des cancers comme ceux du poumon, du foie, du pancréas, ainsi que le mélanome cutané, deviennent plus fréquents chez les femmes.

Source : Le cancer touche de plus en plus de femmes en France


Articles en Relation

Le retour en force des capsules de protoxyde d'azote, la drogue «festive» prisée... La «drogue du pauvre» s'achète sur Snatchap entre 30 centimes et un euro l'unité et ses capsules après usage finissent par joncher les pavés. | L...
Peut-on continuer à boire du café quand on est enceinte? Pendant la grossesse, il faut adapter sa consommation de café. | Fallon Michael via Unsplash En matière de grossesse, les recommandations sont si nom...
Diabète et aliments ultratransformés sont liés Une nouvelle étude publiée grâce aux données de la cohorte française NutriNet-Santé met en évidence une corrélation entre la consommation d'alimen...
Pourquoi les antivax se méfient du vaccin contre le Covid-19 Les vaccino-sceptiques ne constituent pas une majorité. | Gustavo Fring via Unsplash Une enquête a révélé qu'entre 20 et 32% des Français·es ne se fe...
La règle du 1 kilomètre a-t-elle vraiment un impact sur le Covid-19? La France est l'un des seuls pays européens à avoir instauré une limite de distance lors des sorties. | Arek Adeoye via Unsplash On le sait, les...
Le self-care ne se réduit pas à «Netflix & chill» «L'intérieur est une extension de soi, qu'on va vouloir parfaire, créer à son image» | Anthony Tran via Unsplash   Le self-care n'a rien d'une...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA