La Mairie de Paris veut maîtriser et taxer les livraisons d’Amazon

Economie

Le front politique s’élargit en France contre le leader mondial de l’e-commerce. Les reproches contre le groupe américain sont d’ordre environnemental, fiscal et social.

Haro sur Amazon. Plusieurs initiatives politiques et associatives récentes visent le leader mondial de la vente en ligne : la maire de Paris (PS), Anne Hidalgo, propose ainsi deux mesures pour réguler l’e-commerce, jugé « facteur de précarisation, source de congestion et de pollution », dans une tribune signée par son adjoint à l’urbanisme, Jean-Louis Missika, Ariel Weil, maire du 4e arrondissement, et Diana Filippova, cofondatrice de l’agence de communication Stroïka, parue dimanche 24 novembre sur LeMonde.fr. Amazon, leader du secteur, est le premier visé mais le texte mentionne aussi « Uber Eats et les autres plates-formes ».

En effet, Paris s’apprête, en effet, à accueillir, pour l’opération promotionnelle « Black Friday » du 29 novembre « 2,5 millions de livraisons par jour, soit dix fois plus que le nombre de colis quotidiens le reste de l’année », relève le texte, craignant de connaître un jour le « cauchemar » vécu par la ville de New York et récemment raconté par le quotidien New York Times.

Les auteurs demandent donc « l’application du principe pollueur-payeur » au niveau municipal, « plutôt qu’une taxe nationale sur chaque livraison, mesure plusieurs fois retoquée par le gouvernement ». « La loi doit autoriser les collectivités à créer une écoredevance qu’elles pourront imposer sur la livraison à domicile », dit le texte.

« Réserver à l’avance sa place de livraison »

Les auteurs veulent aussi « limiter » les livraisons : dans certains quartiers, « elles ne seront possibles qu’à certaines heures et il faudra y réserver à l’avance sa place de livraison », écrivent-ils. « Il n’y aura pas plus de camionnettes de livraison que de places disponibles », résume la tribune.Ce dispositif pourrait être étendu à tout Paris et accompagné d’une « brigade de la police municipale » spécifique.

En parallèle, un rapport est paru dimanche pour dénoncer « l’impunité fiscale, sociale et environnementale » d’Amazon. Il associe l’ONG écologiste Les Amis de la Terre, l’association pour la justice fiscale Attac et le syndicat Solidaires. Selon ces derniers, la firme de Jeff Bezos aurait sous-déclaré son chiffre d’affaires en France de 58 % en 2017 et AWS, sa filiale d’hébergement de données dans le cloud, aurait émis « 55,8 millions de tonnes de gaz à effet de serre en 2018, soit autant que le Portugal ». Des arguments qui prolongent ceux exposés dans une tribune d’un collectif d’associations et d’intellectuels, dont le réalisateur Ken Loach ou l’humoriste Christophe Alévêque, parue dans Le Monde le 15 novembre.

De son côté, Mounir Mahjoubi, député LRM de Paris (19e) et ex-secrétaire d’Etat chargé du numérique, a assuré, jeudi, dans une note, « qu’Amazon détruit plus d’emplois qu’il n’en crée ». Il a chiffré les pertes à 7 901 emplois à plein temps en France, en imaginant combien d’emplois auraient été nécessaires pour assurer toutes les ventes de la plate-forme par le biais des commerces traditionnels, qui nécessitent proportionnellement plus de postes.

Des estimations

« Nous réfutons ces informations trompeuses qui comportent de très nombreuses erreurs factuelles et spéculations sans fondement, a répondu dimanche l’entreprise. Amazon s’acquitte de l’ensemble des impôts et taxes exigibles en France et dans tous les pays où il est présent. Avec plus de 9 300 emplois en CDI en France d’ici la fin de l’année, nous sommes devenus un employeur majeur et notre marketplace a permis de créer des dizaines de milliers d’emplois supplémentaires au sein des PME qui vendent sur notre site. » Le groupe ajoute que le commerce de détail a gagné des emplois en France entre 2013 et 2016. En outre, les chiffres avancés pour AWS surévalueraient l’importance du secteur du cloud et se fonderaient sur des serveurs moins efficaces énergétiquement que les siens.

Ces chiffres ne sont que des estimations calculées à partir de données extérieures à Amazon, qui fournit peu de statistiques. Mais le front politique contre l’entreprise de Jeff Bezos s’élargit en France et les griefs dépassent désormais les critiques sur la dureté des conditions de travail. Aux Etats-Unis, la contestation est plus forte et le poids du groupe est un des thèmes de la présidentielle de 2020.


Lire la suite : La Mairie de Paris veut maîtriser et taxer les livraisons d’Amazon


Articles en Relation

Malgré ses difficultés, Vivarte a versé plus de 700 000 euros de primes à ses ha... Les syndicats dénoncent des primes « écœurantes et aberrantes », alors que le groupe d’habillement connaît une telle crise qu’il est passé fin août ...
Le marché mondial de l’or noir au bord de la crise La guerre commerciale des Etats-Unis contre la Chine pousse les prix de l’or noir à la baisse, malgré les tensions avec l’Iran dans le détroit d’Orm...
Si les prix des fruits sont à la baisse en 2019, les légumes sont toujours plus ... A travers cette étude, Familles rurales souligne la difficulté de respecter « l’injonction de manger sain » pour les plus faibles revenus. En 2019,...
Concurrence : soupçons de cartel dans la compote Les plus grands acteurs de ce marché vont devoir s’expliquer, mercredi, sur des réunions sur les pratiques tarifaires qui se seraient tenues entre l...
Amazon, premier client et premier concurrent de La Poste A l’heure de la disparition du courrier, La Poste voit son salut dans la livraison des colis dopée par l’essor de l’e-commerce. Mais Amazon va deven...
Etats, banques, ménages : les gagnants et les perdants des taux bas Alors que les banques centrales relancent leurs soutiens à l’activité, les économies industrialisées s’enfoncent dans l’ère des taux bas. Si les emp...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA