La grève impacte sérieusement les salles parisiennes de spectacle

Economie

Depuis le 5 décembre, onze représentations ont été annulées dans les deux salles de l’Opéra de Paris. Les recettes des théâtres parisiens chutent. Seules les salles de cinéma ne semblent pas affectées par le mouvement social contre la réforme des retraites.

Des annulations à foison, des personnels en grève. Les scènes de spectacles d’Ile-de-France sont particulièrement touchées par le mouvement social contre la réforme des retraites. Depuis jeudi 5 décembre, onze représentations ont été purement et simplement annulées dans les deux salles de l’Opéra de Paris, à Bastille et au Palais Garnier. C’est d’ailleurs devenu un point d’interrogation quotidien : le public ne sait que dans l’après-midi si le spectacle pour lequel il a acheté des places sera ou non maintenu le soir.

Fait rarissime, 120 des 154 danseurs du ballet ont défilé à Paris, jeudi, inquiets de la prochaine disparition de leur régime de retraite, qui leur permet de raccrocher leurs chaussons à 42 ans. Les techniciens et les musiciens ont également rallié ce mouvement de grève. Le manque à gagner — uniquement en recettes de billetterie — s’élève déjà à 1,8 million d’euros pour l’Opéra de Paris. 

De la même façon, la plupart des théâtres parisiens n’ont pas pu assurer leur représentation du 5 décembre. Ce fut le cas au Théâtre des Champs-Elysées pour Les Noces de Figaro mises en scène par James Gray ou dans les deux salles de l’Odéon, où « une partie du personnel permanent et des intermittents du spectacle ont décidé de se joindre au mouvement social ». A la Comédie-Française, qui bénéficie aussi de sa propre caisse de retraite, les grévistes se comptent surtout chez les techniciens de plateau. Et quatre pièces programmées depuis le 5 décembre ont été annulées.

« Les recettes ont chuté de 30 % et 70 % selon les théâtres »

Les autres salles de spectacles parisiennes pâtissent sérieusement de la grève. Même s’ils n’y sont en rien associés. Selon Bertrand Thamin, président du Syndicat national du théâtre privé qui regroupe une soixantaine d’établissements, à Paris, « les recettes ont chuté de 30 % et 70 % selon les théâtres, jeudi 5, par rapport au jeudi 28 novembre ».

Il constate également « une baisse, dans des proportions un peu moindres, au cours du week-end ». Mais, surtout, son inquiétude vient du fait que « le téléphone ne sonne nulle part ». « Comme si le public était en attente de la résolution du conflit. » Parfois, l’impossibilité d’utiliser les transports en commun pénalise certaines salles. L’accès à La Seine Musicale est, par exemple, impossible en métro, puisque la ligne 9 est fermée depuis cinq jours.

Dans les salles de cinéma, l’effet grève a pu, semble-t-il, jouer de façon positive. Le jeudi 5, les parents avaient-ils prévu d’occuper leurs bambins dont l’école restait fermée ? En tout cas, le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) a constaté « un pic de fréquentation », jeudi 5, par rapport au jeudi 28 novembre. Un phénomène directement lié à deux films locomotives Jumanji : Next Level de Jake Kasdan — qui a drainé, en salles, 500 000 spectateurs en deux jours et La Reine des neiges II, de Jennifer Lee et Chris Buck, qui a poursuivi son éblouissante carrière. Le week-end des samedi 7 et dimanche 8 décembre, en revanche, « n’a ni fléchi ni chuté en termes de fréquentation par rapport à celui du 30 novembre et du 1er décembre », selon le CNC.


Lire la suite : La grève impacte sérieusement les salles parisiennes de spectacle


Articles en Relation

Le notaire, la vieille dame, l’abus de faiblesse et la prescription Ceux qui abusent de la faiblesse des personnes âgées ne sont pas toujours condamnés pénalement : la découverte tardive de leur infraction ou l’impos...
Jeff Koons à nouveau condamné pour contrefaçon Le plasticien américain a reproduit quasiment à l’identique dans l’une de ses sculptures un cliché du photographe français Jean-François Bauret. Le...
Victoria's Secret écrit la fin de son conte de fées La vitrine d'un magasin Victoria's Secret fermé à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le 20 mars 2020 à Chicago. | Scott Olson / Getty ...
Retraite : le rachat de trimestres est-il encore judicieux ? Si les cartes vont être rebattues avec la réforme des retraites, racheter des trimestres pour atteindre le taux plein peut surtout s’avérer rentable...
Epargne-retraite : quelle version du PER individuel choisir ? Les souscripteurs du nouveau plan épargne-retraite individuel pourront opter pour la formule « assurance » ou « compte-titres ». On vous explique la...
Dans la musique, le blues des indépendants Les petits producteurs dénoncent avec virulence le « poids prépondérant des majors » qui, selon eux, contribue à mettre en péril la diversité du sec...

PLUS D'ARTICLES

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA