En Jamaïque, des « inspecteurs des impôts sans frontières » pour contrer l’évasion fiscale

Economie

L’Allemagne a prêté à Kingston un de ses experts. Sa mission ? Aider les autorités à récupérer l’impôt des multinationales, évaporé dans les îles voisines.

C’est une maison bleue adossée à la colline de Kingston. D’un bleu céruléen, couleur du fisc jamaïcain. A l’étage, une salle de réunion. Une équipe d’inspecteurs des impôts fait le bilan des contrôles lancés sur des hôtels de luxe à Montego Bay, dans le nord de l’île, et quelques grands noms de l’agroalimentaire. Ces groupes brassent des millions de dollars. Mais la Jamaïque n’en profite pas. L’argent s’évapore dans les paradis fiscaux voisins : Sainte-Lucie, les Caïmans, les Bahamas, les Bermudes… Les nouveaux pirates des Caraïbes.

« Ils nous avaient envoyé leurs meilleurs conseillers. Mais ils n’ont rien dit. Rien. Ils n’avaient plus d’argument à nous opposer. Ils sont restés sans voix », déclare une jeune inspectrice, de retour du terrain. « C’était l’objectif, avoir des contrôles incontestables, que les entreprises nous prennent au sérieux. On y est », ajoute un collègue. « Avant, on était reçus par des employés. Maintenant, c’est aux PDG et aux Big Four [les cabinets d’audit anglo-saxons : EY, PricewaterhouseCoopers, KPMG et Deloitte] qu’on a affaire », appuie une autre participante à la réunion.

Assis côte à côte, Donette Sommerville-Mills et Steffen W. Scholze écoutent. Laissent échapper un sourire. Après des mois à analyser les techniques des multinationales pour faire des profits sur l’île, sans y payer l’impôt sur les bénéfices à 25 %, à déchiffrer les déclarations fiscales et à déjouer pièges et stratagèmes pour distinguer le légal de l’illégal, ce succès, c’est le leur. Elle est jamaïcaine et dirige l’équipe des grands comptes du fisc de Kingston. Lui est allemand et travaille pour l’Office central fédéral des impôts de Bonn. Des missions internationales en Ukraine, en Autriche, en Italie, au Royaume-Uni… ont fait de lui un expert de la défiscalisation transfrontière.

Au siège de l’administration fiscale, à Kingston (Jamaïque). ANNE MICHEL/LE MONDE

Leurs chemins ne se seraient jamais croisés, si l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et l’Organisation des Nations unies (ONU) n’avaient pas conçu un plan pour aider les pays en développement à combattre l’optimisation fiscale agressive des multinationales en 2015 : Tax Inspectors Without Borders (TIWB) – « inspecteurs des impôts sans frontières » –, un bataillon de fonctionnaires chevronnés, « prêtés » par les pays riches pour des missions de douze à dix-huit mois. Une sorte de corps d’élite du contrôle, rompu à l’art de la guerre fiscale déclenchée par les entreprises contre les Etats, mobilisable en un tournemain. Les « médecins sans frontières » de la fiscalité.


Lire la suite : En Jamaïque, des « inspecteurs des impôts sans frontières » pour contrer l’évasion fiscale


Articles en Relation

Amazon fait peur mais ce sont les grandes surfaces qui font mal aux librairies Librairie partiellement fermée à Paris, le 11 mai 2020, au lendemain du confinement de deux mois en France dans le contexte de l'épidémie de Covid-19....
L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures Des cyclistes le 16 septembre 2018 à Paris. | François Guillot / AFP Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de...
La folie bitcoin ou l'incroyable engouement pour une monnaie controversée Tout le monde parle et veut du bitcoin, à commencer par les jeunes générations. | Chris Liverani via Unsplash Ce pur produit spéculatif qui bat ...
Covid-19: la France, championne des dépenses publiques sociales La situation devrait s'améliorer dans les prochains mois, mais cette reprise s'annonce inégale selon les pays. | Alexandre .L via Unspl...
Connaissez-vous vos droits en matière de télétravail? Les organisations syndicales qui défendent les droits du salariat veulent négocier un nouvel accord interprofessionnel. | Mikey Harris via Unsplash L...
Le surplus d'épargne dû au Covid-19, un problème de (pays) riches Le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance français, Bruno Le Maire, lors d'une rencontre avec la directrice de l'Organisation mondiale ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA