Écran solaire : un nouvel antioxydant naturel pourrait renforcer leur effet protecteur

Santé
The Conversation

Toutes les peaux, claires mais aussi plus foncées, doivent être protégées des UVA. ThirtyPlus / Shutterstock

Écran solaire : un nouvel antioxydant naturel pourrait renforcer leur effet protecteur

Toutes les peaux, claires mais aussi plus foncées, doivent être protégées des UVA. ThirtyPlus / Shutterstock
Charareh Pourzand, University of Bath

L’été arrive à grands pas, il est donc temps de ressortir les crèmes solaires. Si la plupart protègent désormais assez bien contre les dommages causés par les rayons ultraviolets (UV) du soleil, notre étude suggère qu’elles pourraient être encore plus efficaces.

Nous avons découvert que l’ajout d’une catégorie particulière d’antioxydants (un type de molécule censée aider à prévenir ou à ralentir les dommages cellulaires) aux crèmes solaires pourrait contribuer à fournir une protection plus puissante contre les dommages causés par un type de rayonnement UV que celle conférée seulement par leurs composants actuels.

Le soleil émet trois types de rayonnements ultraviolets : UVC, UVB et UVA. Tous sont dangereux, mais les pires sont les UVC et les UVB. Heureusement la couche d’ozone empêche une grande partie de ces rayons nocifs d’atteindre la surface de la Terre. Beaucoup, mais pas tous… Environ 95 % des rayons UV qui font leur chemin jusqu’à nous sont des UVA, mais environ 5 % sont les virulents UVB.

Un risque pour tous les types de peau

Les UVA et les UVB sont tous deux des types de rayonnement néfastes pour nos cellules. Plus précisément, les UVB attaquent directement l’ADN des cellules de votre peau, tandis que les UVA causent des dommages indirects en générant des « radicaux libres » nocifs. Ces derniers sont des molécules qui peuvent dégrader les graisses, les protéines et l’ADN des cellules cutanées.

Avec le temps, comme leurs effets sont cumulatifs, les dommages causés par le soleil vont croissants et peuvent entraîner des lésions irréversibles de la peau et y augmenter le risque de développer de cancer.

Nous sommes tous exposés à ces risques venant du soleil, quel que soit notre type de peau. Si les personnes à la peau claire sont plus vulnérables aux UVB, tous les types de peau semblent être également sensibles aux UVA. Les personnes à la peau plus foncée peuvent donc également être menacées.

Désormais, quand nous nous exposons au soleil, la bonne habitude a été prise de nous badigeonner de crèmes solaires protectrices. La plupart d’entre elles contiennent soit des filtres solaires physiques (tels que le dioxyde de titane ou l’oxyde de zinc), soit des filtres chimiques, mieux connus sous le nom d’écran solaire.

Les premiers agissent en dispersant ou en réfractant les rayons du soleil, tandis que les seconds absorbent les rayons UV puis les convertissent en une forme moins nocive.

Les antioxydants, nouveaux venus dans les crèmes solaires

Ces dernières années, certaines crèmes solaires ont commencé à ajouter à leur composition des antioxydants, notamment des vitamines C et E, pour neutraliser les radicaux libres et protéger contre les rayons UVA. Ils sont censés servir de « deuxième ligne de défense » en cas d’échec des autres filtres ou écrans solaires.

Mais si cela semble prometteur, de nombreuses études ont montré que ces antioxydants n’avaient qu’un très modeste effet protecteur lorsqu’ils sont ajoutés aux crèmes solaires. En effet, les UVA ont un double effet néfaste sur les cellules de la peau en générant à la fois des radicaux libres et du fer libre connu pour être chimiquement très réactif.

Ce fer réactif libre est une forme dangereuse de fer – différente du fer nutritif nécessaire au fonctionnement de l’organisme – qui peut générer un type de radical libre encore plus nocif pour les cellules de la peau. Et il n’a pas été démontré que les vitamines C et E par exemple étaient efficaces contre ce fer libre.

Cependant, nos récentes recherches menées sur des cellules de peau humaine ont montré qu’une classe particulière d’antioxydants naturelle (chromanols…), présente dans les fruits et l’écorce de certains arbres, avait bien un double effet protecteur contre les dommages des UVA. Notre étude a montré que ce type d’antioxydant était capable à la fois de neutraliser les radicaux libres et de piéger le fer libre qui s’accumule dans la peau lorsqu’exposée aux UVA.

L’ajout de ces antioxydants spécifiques pourrait donc bien constituer une deuxième ligne de défense plus efficace.

Une femme met une bonne dose de crème solaire dans la paume de sa main
Certains antioxydants naturels pourraient améliorer la protection offerte par les crènes solaires contre les UVA. kitzcorner/Shutterstock

La prochaine étape de nos travaux consistera à comprendre comment nous pouvons améliorer la durée de conservation de ces antioxydants afin qu’ils restent actifs longtemps dans les crèmes solaires. Il sera également important de vérifier s’ils offrent le même niveau de protection lorsqu’ils sont testés sur des peaux humaines « complètes ».

Attention ! Cela ne veut pas dire que les crèmes solaires actuellement sur le marché n’offrent pas une protection importante – elles le font, quand elles sont bien utilisées.

Protégez-vous

Pour bénéficier de la meilleure protection solaire qui soit, il est préférable d’éviter de se mettre au soleil entre 11h et 15h. Toutefois, si l’exposition est inévitable – pour raisons professionnelles ou autre – vous devez vous couvrir autant que possible et rester à l’ombre si vous le pouvez.

Veillez également à utiliser la bonne quantité de crème solaire, à savoir 2mg de crème solaire par centimètre carré de peau. Cela équivaut à deux cuillères à soupe de crème solaire au total pour le visage et le corps en maillot de bain. La plupart des gens utilisent souvent environ un quart de cette quantité, voire moins : ce qui signifie que le risque est grand pour eux de ne pas bénéficier à plein de l’effet protecteur de leur crème.

Il est également important de choisir le bon FPS (facteur de protection solaire). Pour les peaux très claires, utilisez des produits avec un FPS élevé (FPS 50 ou plus) et un facteur de protection UVA cinq étoiles (UVA-PF), qui est indiqué sur le contenant. Pour les peaux plus foncées, un FPS de 30 ou plus avec un facteur de protection UVA-PF de cinq étoiles est recommandé.

Pour toute valeur FPS de 30 ou plus, recherchez un logo UVA entouré d’un cercle. Cela signifie que le produit répond à la norme européenne et offre une protection contre les rayons UVA et UVB.The Conversation

Charareh Pourzand, Reader, Department of Pharmacy & Pharmacology, University of Bath

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Articles en Relation

Allergies au soleil : quelle(s) origine(s) et comment réagir Image par Thomas Boese de Pixabay Allergies au soleil : quelle(s) origine(s) et comment réagir Corine Bertolotto, Université Côte d’Azur ...
Rhume : attention à certains médicaments qui peuvent causer des AVC et des infar... Certains vasoconstricteurs utilisés contre les rhumes sont susceptibles de générer des effets indésirables graves, rappelle l’Agence nationale de sécu...
Le cancer de la prostate pourrait être lié à des bactéries… La voie vers de nouv... Le cancer de la prostate touche 50 000 nouveaux hommes par an. Shidlovski / Shutterstock Le cancer de la prostate pourrait être lié à des bactéri...
Mieux comprendre l’expression des gènes pour créer de nouveaux médicaments Antonio Monari, Université de Paris; Emmanuelle Bignon, Université de Lorraine et Stéphanie Grandemange, Université de Lorraine Depuis sa d...
Drogues : Connaissez-vous le GBL, nouvel agent de soumission chimique ? En soirée, toujours surveiller son verre… Michael Discenza / Unsplash Laurent Karila, Université Paris-Saclay; Amine Benyamina, AP-HP...
Les édulcorants pourraient augmenter le risque de cancers Une nouvelle étude française souligne que les risques de cancer augmentent avec la consommation d'aspartame notamment. SabOlga / Shutterstock ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA