Cédric Villani : dans les pas d’un candidat décalé à Paris

Politique

Le candidat macroniste dissident tente de s’imposer dans la capitale face à son rival Benjamin Griveaux.

Une quinzaine de minutes de retard, comme à son habitude, et il finit par arriver. Avec son lourd cartable, sa lavallière, son costume noir à fines rayures sur lequel est accrochée une délicate broche araignée, pas de doute, c’est lui : Cédric Villani. Il a pris le métro, le bus, marché un peu. Parvenu porte de Bagnolet, dans cette extrémité populaire du 20e arrondissement, il semble hors de son élément naturel. Il n’est plus tout à fait le prof capable de disserter des heures sur les équations de Boltzmann et de Landau en théorie cinétique des gaz et des plasmas, le sujet de sa thèse. Mais pas non plus un politique en campagne comme un autre. Un homme en léger décalage, dirait Sempé.

Ce jeudi 24 octobre, l’équipe qui cornaque le dissident de La République en marche (LRM) a prévu une déambulation comptant une petite dizaine d’étapes. Il est censé se montrer, rencontrer des commerçants. « C’est cela, le marathon de Paris !, s’amuse le candidat à la Mairie de Paris. Une ville se conquiert rue par rue. »

Lui qui, en 2017, avait été élu député de l’Essonne à l’issue d’une offensive éclair se plie cette fois-ci à tous les rites d’une campagne locale de longue haleine. Car si son visage devient assez connu, son nom l’est moins. Avec 15 % des intentions de vote au premier tour, il reste en troisième position dans les sondages, derrière la maire sortante, Anne Hidalgo, et le candidat officiel de LRM, Benjamin Griveaux. Deux rivaux dont il doit se distinguer, alors même qu’il a présidé le comité de soutien à Anne Hidalgo en 2014, et appartient toujours à LRM.

Les passants sont rares

Pour l’heure, son objectif est précis : deux déplacements par jour, afin de passer dans chaque arrondissement au moins tous les dix jours. Le voici qui se lance avec quelques militantsà l’assaut de la rue de Bagnolet. Mais ce jeudi après-midi, les passants sont rares. Le garde du corps qui protège le candidat depuis quinze jours est désœuvré. « C’est davantage pour que Cédric s’y habitue que pour parer des coups », glisse-t-on dans son entourage.


Lire la suite : Cédric Villani : dans les pas d’un candidat décalé à Paris


Articles en Relation

Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver Emmanuel Macron à la Convention citoyenne pour le climat, le 10 janvier 2020 au Conseil économique, social et environnemental (Paris). | Yoan Val...
Un nouveau front citoyen contre la transformation de la gare du Nord, à Paris Le collectif propose d’élaborer un projet alternatif à celui de la SNCF et de Ceetrus basé sur deux axes : « la sobriété budgétaire et l’écologie »....
Le logement social à Paris, un chantier clé pour la campagne des municipales Près de 250 000 ménages sont en attente d’un logement de ce type dans la capitale, un niveau jamais atteint, alors que seules 4 % des demandes ont é...
Comment les Verts préparent la « bataille de Paris » Arrivés en tête dans quatre arrondissements lors des européennes, les écologistes peaufinent leurs listes. Ils aimeraient ne plus être de simples su...
LR et PS organisent la défense de leurs fiefs avant les élections municipales Affaiblis au niveau national, les partis de l’« ancien monde » espèrent que le scrutin de mars 2020 viendra confirmer leur prééminence locale. En c...
« Les maires sont en danger » : le nombre d’élus municipaux victimes d’agression... Une note du ministère de l’intérieur consultée par le « Journal du dimanche » recense 361 maires et adjoints victimes de menaces, violence...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA