Biodiversité : plus de 60 % des animaux sauvages ont disparu depuis 1970

Environnement

Tous les deux ans, le Fonds mondial pour la nature (WWF) publie un rapport intitulé « Planète vivante », basé sur des analyses d'experts. Objectif : faire le point sur la dégradation des écosystèmes. Le dernier en date est encore plus alarmant que le précédent. Et le directeur du WWF appelle à un accord mondial pour sauver la nature.

Ce ne sont pas moins d'une cinquantaine d'experts qui ont contribué à la rédaction du dernier rapport «?Planète vivante?» publié par le Fonds mondial pour la nature (WWF). Il reprend notamment de grandes études scientifiques publiées sur le thème du déclin accéléré des populations animales sur Terre. Voici quelques-unes de ses conclusions. 

Les effectifs s’effondrent et des espèces disparaissent

De 1970 à 2014, le rapport basé sur le suivi de plus de 16.700 populations (4.000 espèces) conclut que le nombre de vertébrés sauvages - des mammifères, poissons, oiseaux, reptiles et amphibiens - s'est effondré de 60 % alors que le précédent rapport évoquait un recul de 52 %. Le déclin des animaux d’eau douce atteint même 83 %, sous le coup de la surexploitation, parfois involontaire comme pour les dauphins de rivière, du fait de prises accidentelles en filets, et de la perte des habitats. Globalement la dégradation des habitats représente la menace la plus signalée. Et le déclin de la faune concerne tout le globe, avec toutefois des régions particulièrement affectées, comme les Tropiques.

L'index d’extinction montre une très forte accélération pour cinq grands groupes : les oiseaux, les mammifères, les amphibiens, les coraux et les cycadales, une famille de plantes anciennes. De manière générale, le taux d'extinction des espèces est de 100 à 1.000 fois supérieur à ce qu'il était il y a seulement quelques siècles, avant que les activités humaines commencent à altérer la biologie et la chimie terrestres. Ce qui, pour les scientifiques, signifie qu'une extinction de masse est en cours, la 6e seulement en 500 millions d'années.

Des limites ont été atteintes

En 2009, les scientifiques ont mesuré l'impact des besoins croissants de l'humanité sur les « systèmes terrestres ». Ces derniers ont un seuil critique au-delà duquel le monde entre en territoire périlleux. Pour le climat, ce seuil est + 1,5 °C de réchauffement (par rapport au niveau préindustriel), ont souligné les experts climat de l'ONU en octobre.

À ce stade, nous avons déjà franchi deux autres « limites planétaires », avec les pertes d'espèces et le déséquilibre des cycles de l'azote et du phosphore (résultant de l'usage d'engrais et de l'élevage intensif). Pour la dégradation des sols, l'alerte est au rouge. L'acidification de l'océan et la ressource en eau douce n'en sont pas loin. Quant aux polluants chimiques, de type perturbateur endocrinien, métaux lourds et plastiques, nous ne savons pas encore quel est le seuil critique.

Les technologies et une meilleure gestion des sols ont légèrement amélioré la capacité de renouvellement des écosystèmes, note le WWF, mais cela n'a pas compensé l'empreinte écologique de l'homme, trois fois plus marquée depuis 50 ans.

Les forêts en plein déclin et les océans au bord de l'épuisement

Près de 20 % de la forêt amazonienne, la plus grande du monde, a disparu en 50 ans. Dans le monde, les forêts tropicales continuent de reculer, principalement sous la pression des industries du soja, de l'huile de palme et de l'élevage. Entre 2000 et 2014, le monde a perdu au total 920.000 km2 de forêts intactes, une surface quasi égale à la France et l'Allemagne réunies. Selon des données satellitaires, ce rythme a crû de 20 % de 2014 à 2016 par rapport aux 15 ans précédents.

Depuis 1950, plus de six milliards de tonnes de produits de la mer ont été pêchés. Devant l'effondrement du stock, les prises ont atteint leur maximum en 1996 et depuis déclinent doucement.

Plus globalement, chaque année, le « jour du dépassement » avance, ce jour à partir duquel le monde a consommé toutes les ressources que la planète peut renouveler en un an. En 2018, c'était le 1er août.

Pour inverser la tendance de la dégradation des écosystèmes, le directeur général du WWF International appelle notamment à une révolution culturelle qui valorise vraiment la nature, lui donne, au sens propre, une valeur. © Thomas Hulik, Fotolia

Pour inverser la tendance de la dégradation des écosystèmes, le directeur général du WWF International appelle notamment à une révolution culturelle qui valorise vraiment la nature, lui donne, au sens propre, une valeur. © Thomas Hulik, Fotolia

Un appel à une mobilisation générale

Ainsi pour le directeur général du WWF International, Marco Lambertini, le monde doit trouver un accord pour sauver la nature. « Préserver la nature ce n'est pas juste protéger les tigres, les pandas ou les baleines que nous chérissons. C'est bien plus vaste : il ne peut y avoir de futur sain et prospère pour les hommes sur une planète au climat déstabilisé, aux océans épuisés, au sol dégradé et aux forêts vidées, une planète dépouillée de sa biodiversité. L'attention s'est beaucoup concentrée sur le climat, à juste titre. Mais nous avons oublié les autres systèmes. La seule bonne nouvelle est que nous savons exactement ce qui est en train de se passer. Les efforts de conservation déjà consentis ont porté leurs fruits. Mais l'approche doit changer. Car nous voici face à une accélération sans précédent des impacts. Comme à Paris pour le climat, nous devons montrer les risques qu'il y a pour nous, les humains, à perdre la nature. Dans les 12 prochains mois, nous - entreprises, gouvernements, ONG, chercheurs, etc. - devrons aussi définir un objectif clair et parlant, qui soit l'équivalent de l'objectif 1,5 °C/2 °C du climat.?»

Ce qu'il faut retenir
  • Selon le dernier rapport du WWF, les effectifs animaliers s’effondrent et les espèces disparaissent de manière inquiétante.
  • Les milieux naturels – comme les forêts ou les océans – sont à la peine.
  • Les mesures de préservation locales ne suffisent plus. Des actions doivent être entreprises au niveau mondial.

Lire la suite : Biodiversité : plus de 60 % des animaux sauvages ont disparu depuis 1970


Articles en Relation

Vivre extrêmement vieux… comme le pin aristé Dans les White Mountains de Californie, les arbres peuvent être multi-millénaires. Thierry Gauquelin , CC BY-NC-ND Thierry Gauquelin,...
7 milliards sur terre : comment consommer sans piller la planète ? - Documentair... 7 milliards sur terre : comment consommer sans piller la planète ? - Documentaire J´achète, je jette : comment consommer sans piller la planète ? D...
Portrait(s) de France(s) : Campagnes en tension Présidentielle 2022. Shutterstock/Pexels/AFP/Pixabay Cécile Détang-Dessendre, Inrae; Amaël André, Université de Rouen Normandie; André Torre, Agr...
Planète Un mois de neige en moins dans les Alpes enregistré en 50 ans Une trentaine de scientifiques de six pays alpins, Autriche, France, Allemagne, Italie, Slovénie et Suisse, ont rassemblé les données de cinq décennie...
Des incendies géants ont dévasté l'Antarctique il y a 75 millions d'années À la fin du Crétacé, l'Antarctique était recouvert de forêts verdoyantes et de fougères. Mais cette région accueillante a aussi connu des « paléo-ince...
Extinction Rebellion à La Clusaz, quand la ZAD gagne la montagne Mikaël Chambru, Université Grenoble Alpes (UGA) Du 15 au 30 novembre 2021, des militants d’Extinction Rebellion ont occupé le...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA