A Grande-Synthe, un corridor d’arbres fruitiers en libre-service

Politique

Depuis 2011, six jardins d’autoproduction potagère créés en pied d’immeuble sur 1 000 m2 à 2 500 m2 permettent à 170 familles d’y produire une partie de leur alimentation sur des parcelles familiales.

Depuis 2015, des délégations de citoyens, étudiants, techniciens ou élus de toute la France – mais également de Chine, du Vietnam ou du Québec – se rendent à Grande-Synthe pour un DDTour (tour du développement durable). Cette visite de trois heures et une demi-douzaine d’étapes en terre de transition écologique attire « 300 à 350 personnes par an », selon Jean-Christophe Lipovac, directeur de projet de transition écologique et sociale de la commune, qui joue les tour-opérateurs quand le maire, Damien Carême, ne s’en charge pas.

« A l’exception du Rassemblement national et des Patriotes, observe M. Lipovac, des élus de tout bord viennent chercher ici l’inspiration, ou la confirmation que l’écologie n’est pas un concept bobo, mais une solution au quotidien. » Marie Henneron, de la mairie de Fourmies, commune rurale du Nord de 12 500 habitants à 30 km au sud de Maubeuge, qui abrite 35 % de chômeurs, confirme : « Nous avons amené ici un bus d’habitants pour leur prouver qu’une commune peut rebondir grâce à une démarche de transition écologique. »

Premier arrêt sur le chantier de l’Espace santé du littoral. « Résilience, non-toxicité et recyclabilité » président à la conception du futur bâtiment « démontable à 83 % et pensé comme une banque de matériaux récupérables ». Ses fondations ? Des pieux vissés afin de diminuer l’impact sur le site.

« Emplois régionaux durables »

Ses parois intérieures en terre crue régionale offriront une meilleure régulation de l’air que les classiques briques cuites, les traditionnelles poutres de sapin seront remplacées par une essence nordiste, le « peuplier blanc et sans nœuds ». L’isolation thermique, phonique, ignifuge intégrera des déchets de carrière et des ballots de paille locaux. Un mur végétal contribuera à l’épuration de l’air et les eaux usées seront traitées par un système de purification à base de microalgues. « Les exigences du cahier des charges ont stimulé la créativité et vont générer des emplois régionaux durables », assure M. Lipovac.

Grande-Synthe offre des lieux à la fois écologiques et nourriciers. Comme la « forêt qui se mange », un corridor d’arbres fruitiers en libre-service qui ceinture la ville. Depuis 2011, six jardins d’autoproduction potagère créés en pied d’immeuble sur 1 000 m2 à 2 500 m2 permettent à 170 familles d’y produire une partie de leur alimentation sur des parcelles familiales. Sans pesticides, bien sûr. En louant des terrains pour 65 euros par an, Grande-Synthe contribue également à la mise en place d’une filière locale de maraîchage bio qui trouve localement des débouchés.


Lire la suite : A Grande-Synthe, un corridor d’arbres fruitiers en libre-service


Articles en Relation

Pour ne pas être traité de raciste, Sarkozy le devint dans ses mots Je ne m'étonne pas qu'après avoir parlé d'Aimé Césaire, quelques minutes après, Nicolas Sarkozy se soit aventuré dans une sentine de l'esprit, une voi...
Pourquoi l'économie française va mieux et pourquoi Macron n'en profite pas Le taux d'emploi des 15-64 ans a atteint un niveau record en 2019, tandis que le sous-emploi était en recul. | Frank Busch via Unsplash La ...
L'être, l'avoir et le pouvoir dans la crise À Sofia, en Bulgarie, le 31 mars 2020. | Nikolay Doychinov / AFP Dominique Strauss-Kahn livre son analyse des conséquences économiques et politiques ...
Le retour des deux gauches irréconciliables Benoît Hamon, gagnant de la primaire de la gauche, et Manuel Valls, candidat défait, à l'ancien siège du Parti socialiste, rue de Solférino (Paris) le...
Les municipales 2020 ou la fin du régime qu'Emmanuel Macron devait sauver Emmanuel Macron à la Convention citoyenne pour le climat, le 10 janvier 2020 au Conseil économique, social et environnemental (Paris). | Yoan Val...
Hélas, le vrai remaniement n'est pas pour demain Édouard Philippe et Jean Castex, lors de la passation de pouvoir à Matignon, le 3 juillet. | Ludovic Marin / AFP  Vous pouvez remplacer Mon...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA