Voitures électriques : des ventes à + 40 % seulement

Economie

Partant de rien, on arrive à pas grand-chose, mais justement, c'est mieux que rien. Cette lapalissade vaut pour tout marché émergent, où la progression est beaucoup plus impressionnante en pourcentage qu'en chiffres absolus. C'est ainsi que les ventes mondiales de voitures électriques, un marché qui balbutia il y a cinq ans encore, ont progressé de 40 % en 2016, atteignant 750 000 unités.

C'est peu et beaucoup à la fois, car cela pose les bases d'un nouveau marché dont on appréciera la réelle vivacité lorsqu'il ne sera plus démesurément aidé. À coups de subventions et d'avantages fiscaux importants, le marché progresse, et c'est bien le contraire qui aurait étonné. Mais ce sont aussi beaucoup de voitures de flottes d'entreprise, les particuliers hésitant encore pour la plupart à devenir les promoteurs d'une nouvelle technologie extrêmement coûteuse et dont personne ne sait encore comment on pourra, à une échelle industrielle, la recycler.

Néanmoins, cette avancée de la voiture électrique à l'échelle mondiale a permis de porter leur parc roulant à plus de 2 millions, a révélé mercredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE). Mais c'est loin d'être un raz-de-marée, car la statistique englobe les voitures fonctionnant à l'électricité avec les hybrides rechargeables incluses qui conservent un moteur thermique. Malgré cet amalgame pour le moins spécieux, ces voitures dites électriques ne sont encore que 2 sur 1 000 dans le monde, le secteur dépendant toujours des aides publiques, a reconnu l'AIE avec une certaine candeur dans son rapport annuel.

Le contrepoids de la Chine

Cette relative contre-performance est d'autant plus alarmante que près de la moitié des voitures électriques neuves vendues en 2016, soit 336 000 unités, ont trouvé preneur en Chine, le premier marché automobile mondial toutes énergies confondues, selon l'organisme. En valeur relative, toutefois, le taux de pénétration des « zéro émission » n'était que de 1,5 % dans l'ex-empire du Milieu.

En valeur absolue, l'Europe représente le deuxième marché pour les électriques. 215 000 unités y ont été écoulées l'année dernière, principalement dans 6 pays : la Norvège, où, grâce à de très fortes incitations fiscales, 29 % des voitures immatriculées en 2016 étaient électriques, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, la Suède et les Pays-Bas. Dans ce dernier pays, 6,4 % des acheteurs de voitures neuves se sont tournés vers l'électrique, et 3,4 % en Suède, selon l'AIE.

Les États-Unis, deuxième marché automobile mondial, figurent à la troisième place des amateurs de voitures électriques : 160 000 d'entre elles s'y sont vendues l'année dernière, un « rebond » après une « légère baisse » en 2015.


Lire la suite : Voitures électriques : des ventes à + 40 % seulement


Articles en Relation

Bienvenue dans le monde des pistonnés de la Formule 1 Le pilote Mick Schumacher (à g.), fils du célèbre Michael Schumacher (à d.), sept fois champion du monde. | Patrick Hertzog, Andrej Isakovic / AF...
L'essor du vélo ne signe pas la mort des voitures Des cyclistes le 16 septembre 2018 à Paris. | François Guillot / AFP Pour l'éditorialiste de TF1 François Lenglet, la bicyclette est coupable de...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA