Un lien entre les cellules de notre cerveau et de nos intestins

Santé

Les cellules souches sont indispensables à la régénération de cellules endommagées, malades ou vieillissantes. Et des chercheurs montrent aujourd'hui l'existence d'une hormone commune au maintien d'un fonctionnement optimal de cellules souches différentes, présentes dans les intestins et le cerveau.

 

Notre second cerveau responsable de l'obésité ? Raphaël Moriez, neurobiologiste à l’université de Nantes, explique le lien qu’il vient de découvrir avec ses collègues entre le système nerveux entérique, aussi appelé « second cerveau », et l’obésité. © Inserm


Il y a quelques mois, une étude faisait état d'une connexion neuronale entre notre cerveau et nos intestins. Aujourd'hui, des chercheurs de l'université de Rutgers (États-Unis) semblent vouloir faire un lien nouveau entre ces deux organes essentiels à notre santé : les cellules souches. Ou plutôt une hormone essentielle au maintien des cellules souches à la fois dans le cerveau et dans les intestins.

Rappelons qu'une prolifération de cellules souches dans l'intestin peut conduire à l'apparition d'un cancer colorectal. Au niveau du cerveau, le phénomène peut provoquer des troubles de l’anxiété ou des troubles cognitifs. Et les chercheurs mettent aujourd'hui en avant l'importance d'un seul et même facteur de croissance-2 analogue à l'insuline (IGF-II).

Un même facteur pour différentes cellules souches

« La découverte qu'il existe un facteur commun à plusieurs populations de cellules souches adultes est remarquable », commente Steven Levison. Celui-ci serait ainsi essentiel à la fonction cognitive, au sens de l’odorat et au renouvellement de la muqueuse de l'intestin grêle chez l'adulte.

Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs ont supprimé, chez des souris, le gène responsable de la production d'IGF-II. Une suppression rapide de ce gène a entraîné la mort des souris en une semaine, après des pertes de poids spectaculaires. Une suppression plus lente du gène a permis aux souris de survivre - d'autres cellules souches présentes dans l'intestin ayant pris le relais -, mais avec des déficits d'apprentissage et de mémoire, une anxiété accrue et une perte de l'odorat, une moitié de cellules souches neurales ayant été perdues dans deux zones du cerveau.


Lire la suite : Un lien entre les cellules de notre cerveau et de nos intestins


Articles en Relation

Écoles et Covid: les compromis à faire pour éviter une troisième vague Des collégiens portant le masque dans un établissement parisien, le 2 novembre 2020. | Thomas Samson / AFP Le contexte épidémique français,...
Le stress chronique endommage notre cerveau Un stress chronique cause à notre cerveau des dommages profonds qui peuvent être à l'origine de diverses pathologies. Mais des chercheurs pensent ...
Comment le gras contrôle notre cerveau Pourquoi manger un burger nous procure-t-il autant de plaisir? | Carles Rabada via Unsplash Pour la première fois, une étude montre que les lipi...
Vaccins à ARN messager : quels sont les risques pour notre génome ? Proportionnellement à l'espoir qu'ils suscitent, les vaccins à ARN contre la Covid-19 soulèvent légitimement de nombreuses questions et des craintes a...
Ce que l'on sait des effets du Covid-19 sur le cerveau Les atteintes neurologiques en lien avec le Covid-19 touchent environ 8% des malades hospitalisés. | Philippe Merle / AFP Différentes études ont...
On peut deviner l'état de santé de quelqu'un à sa voix La voix d'une personne permet d'analyser son état de santé. | Alfaz Sayed via Unsplash Petit aperçu de recherches récentes sur l'utilisation de ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA