Un cratère d'impact géant découvert au Groenland

Environnement

Une dépression de 31 kilomètres de diamètre sous un glacier du Groenland vient d'être découverte. Il pourrait s'agir d'un cratère d'impact et si tel est le cas, il pourrait être si jeune qu'il serait contemporain des Hommes. Il serait peut-être lié à l'extinction des mammouths en Amérique du Nord.

Il y a une dizaine d'années environ, des chercheurs en géosciences ont proposé une hypothèse fascinante, cependant rapidement controversée. Elle l'est toujours et elle n'est donc pas majoritairement considérée par la communauté scientifique et encore moins acceptée. Cette hypothèse se voulait être, notamment, une réponse plausible à l'apparition d'une énigmatique brusque et récente vague de froid sur Terre pendant une période connue sous le nom de Dryas récent, il y a environ 12.900 ans. Une vague de froid qu'accompagnait aussi une série d'extinction notable en Amérique du Nord, en particulier celle des mammouths.

Les chercheurs se basaient sur plusieurs analyses de sites datant de cette époque présentant une couche, riche en carbone, avec une concentration anormale d'iridium, un élément lourd et rare à la surface de la Terre mais fréquemment associé aux matériaux composant les météorites et les comètes. De plus, des nanodiamants et des fullerènes, des caractéristiques exclusives d'échantillons de matières extraterrestres y avaient aussi été trouvés. Remarquablement, l'abondance de ces traceurs d'impacts extraterrestres semblait diminuer au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la région des Grands Lacs.

Cela conduisait donc naturellement à l'élaboration d'un scénario où un petit corps céleste, probablement une comète, serait tombé sur le glacier Laurentides couvrant alors ce qui sera plus tard la région des Grands Lacs d'Amérique du Nord. Une portion importante de l'Inlandsis laurentidien aurait aussi été déstabilisée, entraînant ultérieurement la vidange partielle du réservoir d'eau douce constitué par le lac Agassiz, le plus grand lac glaciaire en Amérique du Nord à ce moment là. Il recouvrait une bonne partie du Manitoba, le nord-ouest de l'Ontario, certaines régions de l'est de la Saskatchewan et du Dakota du Nord, et le nord-ouest du Minnesota. À sa taille maximale, il mesurait environ 1.500 kilomètres de long sur plus 1.100 kilomètres de large et atteignait une profondeur de 210 mètres.

Une présentation de la découverte du cratère en bordure du glacier Hiawatha, au Groenland. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur «? Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © NASA Goddard


Une grande quantité d'eau douce et froide aurait ainsi été injectée dans l'Atlantique nord. Cet énorme afflux aurait perturbé, voire même stoppé complètement, la circulation thermohaline autour du globe, notamment celle du Gulf Stream. En conséquence de quoi, une baisse importante des températures sur l'Europe du Nord-Ouest, évaluée à 5 ou 6 degrés s'est alors produite. Cet événement brutal est aujourd'hui plutôt bien attesté par l'analyse des carottes de sédiments marins et de glaces.

Le refroidissement du climat qui en aurait résulté serait non seulement la cause de la disparition des mammouths nord-américains mais il aurait aussi accéléré la sédentarisation de l'Homme et la découverte de l'agriculture au Moyen-Orient. Mais ce scénario est contesté pour plusieurs raisons, les preuves avancées ayant été critiquées ou étant en contradiction avec d'autres faits. 

Un astroblème au Groenland plus jeune que le Meteor Crater ?

Toutefois, la question est de savoir si ce scénario, bien que sous une forme légèrement modifiée, ne va pas reprendre vie après la publication retentissante d'un article dans le journal Science Advances. Une équipe internationale de chercheurs menée par des membres du Muséum d'histoire naturelle du Danemark, situé à Copenhague, annoncent qu'ils ont découvert ce qui semble être un cratère d'impact de 31 kilomètres de diamètre sous l'Inlandsis du Groenland, plus exactement au nord-ouest, en bordure du glacier Hiawatha.

L'article ne se penche nullement sur l'hypothèse précédemment évoquée mais il avance tout de même que la formation de l'astroblème est forcément récente à l'échelle géologique, il y a moins de 3 millions d'années. Elle pourrait même dater d'il y a seulement 12.000 ans.

Pour arriver à la thèse aujourd'hui avancée, les chercheurs ont travaillé 3 ans. Déjà en 2015, de nouvelles données topographiques leur avaient mis la puce à l'oreille. Mais ce sont surtout des campagnes aériennes de sondage, avec un radar dernier cri, sous le glacier Hiawatha, menées par une équipe allemande de l'institut Alfred Wegener qui ont surpris les chercheurs. Elles montraient clairement une dépression circulaire sous la glace avec l'équivalent d'un pic central qui se forme quand un impact de corps céleste est suffisamment violent, semblable au pic résultant de la chute d'une goutte d'eau dans un verre partiellement rempli.

Des campagnes géologiques au sol, les années suivantes, ont permis d'échantillonner des dépôts vraisemblablement produits par des sédiments en provenance du cratère supposé, portés par l'eau de chenaux sous-glaciaires. On y a trouvé incontestablement des quartz choqués dont on sait qu'ils se forment lors d'impact de petits corps célestes.

En combinant toutes ces données avec celles concernant la modélisation et l'étude des astroblèmes, la conclusion est que l'on devrait bien être en présence d'un cratère d'impact formé par la chute d'un corps de taille kilométrique et dont la densité et la composition sont celles des météorites ferreuses, appelées des sidérites. Or, justement, une météorite de ce genre d'une vingtaine de tonnes a été trouvée, il y a un moment déjà (voir la vidéo ci-dessus), non loin du glacier Hiawatha.

La prudence s'impose quand même. Pour lever les objections déjà faites à toutes ces interprétations, il va falloir augmenter les prélèvements et, dans l'idéal, effectuer des forages pour avoir accès à la roche dans le cratère. La question la plus importante à laquelle il faudrait aussi trouver une réponse est celle de la date de la formation de l'astroblème, si cela en est un. On pourrait alors avoir des aperçus fascinants sur l'histoire non seulement de la biosphère au quaternaire mais aussi sur celle de l'Humanité

Ce qu'il faut retenir
  • Il y a presque 13.000 ans, un refroidissement brutal du climat s’est produit, coïncidant avec des extinctions importantes de grand mammifère en Amérique du Nord et une étape importante de la sédentarisation de l’Homme.
  • On a spéculé sur la cause de ces changements qui pourraient avoir été produits par la chute d’un petit corps céleste.
  • Une dépression circulaire de 31 kilomètres de diamètre ressemblant beaucoup à un cratère d’impact a été découverte sous un glacier au nord-ouest du Groenland.
  • Le cratère supposé serait plus jeune que 3 millions d’années et peut-être aussi jeune que 12.000 ans.

Lire la suite : Un cratère d'impact géant découvert au Groenland


Articles en Relation

Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
Avec le réchauffement climatique, « les ouragans causeront de plus en plus de do... Parce que les ouragans sont alimentés par l'humidité des océans, ils perdent traditionnellement en puissance assez rapidement après avoir touché terre...
Planète Un mois de neige en moins dans les Alpes enregistré en 50 ans Une trentaine de scientifiques de six pays alpins, Autriche, France, Allemagne, Italie, Slovénie et Suisse, ont rassemblé les données de cinq décennie...
Ferme urbaine : une nouvelle forme d’agriculture Les fermes urbaines sont de plus en plus nombreuses sur les toits ou dans les jardins de zones urbanisées, et notamment à Paris. L'agriculture urbaine...
Ceci expliquerait pourquoi la Terre connaît des cycles de glaciations depuis 2,6... La Terre est marquée par des cycles de glaciation. Chaque ère glaciaire étant suivie d'une période interglaciaire. Si les scientifiques avançaient, ju...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA