SNCF, RATP, écoles, EDF, avocats… Qui se mobilise pour la grève du 5 décembre ?

Politique

Les syndicats, hormis la CFDT, appellent à une journée de grève interprofessionnelle.

SNCF, RATP, EDF, Air France, contrôleurs aériens, enseignants, policiers… Les appels à se mobiliser le 5 décembre contre la réforme des retraites se sont multipliés alors que la CGT, FO, Solidaires, la FSU et plusieurs organisations de jeunesse ont également lancé le mot d’ordre d’une « première journée de grève interprofessionnelle ». La CFE-CGC, qui les a rejointes, ira manifester quand la CFTC a laissé ses syndicats « libres » de leur choix. La CFDT, qui soutient le principe d’un système universel, n’a pas souhaité en être – à l’échelon confédéral.

  • Dans les transports ferrés, la mobilisation est forte. A la RATP, les trois syndicats représentatifs (UNSA, CGT et CFE-CGC) ont appelé à « une grève illimitée » et promettent une mobilisation « aussi forte » que celle du 13 septembre, qui avait mis Paris quasiment à l’arrêt. Idem à la SNCF où de nombreux trains devraient rester à quai, à la suite de l’appel des trois premiers syndicats (CGT-Cheminots, UNSA ferroviaire et SUD-Rail). La CFDT-Cheminots, bien représentée chez les conducteurs, a également déposé un préavis de grève mais attend des « engagements clairs » de la part de l’exécutif pour le lever.
  • Des difficultés sont à prévoir sur la route et dans les airs. La grève illimitée est le mot d’ordre de la CGT, FO et Solidaires dans le transport urbain et routier de voyageurs, de marchandises et de fonds. Côté aérien, trois syndicats d’Air France, bien implantés auprès du personnel au sol, ont déposé des préavis mais les syndicats des personnels navigants n’ont pas voulu les rejoindre. A la direction générale de l’aviation civile, l’USAC-CGT, deuxième syndicat chez les contrôleurs aériens, demande aux personnels de faire grève jusqu’au 7 décembre, ce qui pourrait engendrer retards et annulations de vols.
  • Chez EDF aussi, la contestation devrait être forte tandis que des débrayages devraient avoir lieu dans des raffineries. Des appels à cesser le travail ont également été lancés dans des entreprises du privé, notamment dans le sud de la Bourgogne, en Haute-Vienne, dans les Pyrénées-Atlantiques, le Maine-et-Loire, etc.
  • De nombreuses écoles devraient rester fermées jeudi, la plupart des syndicats de professeurs s’étant inscrits dans le mouvement. Le SNUipp-FSU, majoritaire dans le premier degré, table sur 60 % de grévistes. Le personnel non enseignant (cantine…) devrait également se mobiliser. Des syndicats lycéens (FIDL, UNL, MNL) se sont joints à la contestation, ainsi que des syndicats étudiants comme l’UNEF, dans la foulée des actions du 26 novembre pour alerter sur la précarité étudiante.
  • Même ambiance dans le secteur de la collecte et du traitement des ordures ménagères, qui devrait être perturbé, notamment à Marseille et à Montpellier, selon la CGT des services publics.
  • A l’hôpital, les positions divergent. Le Collectif inter-urgences, le Collectif inter-blocs, la CFE-CGC, CFTC, CGT et SUD ont appelé à manifester jeudi tandis que le Collectif inter-hôpitaux s’y est refusé, considérant que sa raison d’être était la défense de l’hôpital public et se projetant dans une nouvelle journée de contestation le 17 décembre.
  • Les avocats seront aussi de la partie. Le Conseil national des barreaux (CNB) a voté une journée « justice morte ». Si elles n’obtiennent pas satisfaction d’ici là, les robes noires seront de nouveau dans la rue le 3 février 2020 avec le collectif le Collectif SOS Retraites qui rassemble également des professionnels du transport aérien et de la santé. Le CNB a été rejoint par le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France, pour le 5 décembre.
  • Quant aux syndicats de policiers, estimant ne pas avoir été entendus après la « marche de la colère » le 2 octobre, ils envisagent de participer à leur façon au 5 décembre. Majoritaire au ministère de l’intérieur, Unité SGP Police-FO évoque des blocages en amont, notamment sur les services de nuit. Alliance Police nationale et UNSA Police planifient, de leur côté, des actions le 5 décembre dans les commissariats entre 10 heures et 15 heures, avec des fermetures symboliques. A l’heure actuelle, ces derniers n’ont cependant pas l’intention d’entraver les opérations de maintien de l’ordre pour encadrer les cortèges.

Lire la suite : SNCF, RATP, écoles, EDF, avocats… Qui se mobilise pour la grève du 5 décembre ?


Articles en Relation

A la RATP et à la SNCF, une routine de la grève s’est installée Si les taux de grévistes reculent lentement, les transports sont encore largement perturbés et la base syndicale, déterminée. « Cela ressemble à un...
CFTC-CFDT, un centenaire à deux têtes La CFTC et la CFDT revendiquent l’héritage de la confédération née en 1919. Mais, après s’être violemment séparées, elles se sont retrouvées dans la...
Etats-Unis : une proposition de loi au Congrès pour bloquer la tenue du G7 dans ... La Maison Blanche a annoncé jeudi que le prochain sommet des sept puissances industrielles mondiales aura lieu dans un des clubs de golf du présiden...
La grève pousse plusieurs universités à reporter les partiels Face aux difficultés de circulation, les universités s’organisent en reportant les examens, en tolérant les retards ou, même, en mettant un gymnase ...
Retraites : l’exécutif face au risque d’enlisement Plus de trois semaines après le début de la contestation, l’opposition reproche au gouvernement de laisser pourrir la grève contre la réforme. Plut...
Un nouveau front citoyen contre la transformation de la gare du Nord, à Paris Le collectif propose d’élaborer un projet alternatif à celui de la SNCF et de Ceetrus basé sur deux axes : « la sobriété budgétaire et l’écologie »....

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA