Retraites : l’exécutif face au risque d’enlisement

Politique

Plus de trois semaines après le début de la contestation, l’opposition reproche au gouvernement de laisser pourrir la grève contre la réforme.

Plutôt que de cueillir le fruit, attendons qu’il pourrisse et tombe de lui-même. Telle serait l’attitude du gouvernement, en cette période de Noël, face à la fronde contre la réforme des retraites, qui est entrée, samedi 28 décembre, dans son vingt-quatrième jour de mobilisation. C’est déjà deux jours de plus que la grève de 1995 contre le plan Juppé, finalement retiré à l’époque pour calmer la rue.

Une partie des trains ne circule toujours pas et nombre de métros, à Paris, restent à l’arrêt. Sans que cela fasse bouger, en apparence, l’exécutif. « Le gouvernement joue la montre, il laisse pourrir la situation », a dénoncé Olivier Besancenot, chef de file du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA). Même rhétorique du côté de Ségolène Royal. « Le gouvernement joue le pourrissement (…) alors qu’il aurait pu et dû obtenir une trêve pour Noël, a déploré l’ancienne ministre socialiste. L’ego l’a emporté sur le sens des responsabilités et du devoir d’apaisement. »

De fait, Emmanuel Macron et son premier ministre, Edouard Philippe, ne veulent pas donner le sentiment de reculer face à une mobilisation qui s’érode lentement (le taux de grévistes chez les conducteurs de la SNCF était de 38,8 %, vendredi 27 décembre, contre 49,3 % trois jours plus tôt).

« Ceux qui souhaitent continuer le conflit pour sauver les régimes spéciaux, on ne peut que leur dire que c’est décidé, acté, martèle-t-on à Matignon. Continuer à se mobiliser pour quelque chose qui ne se fera pas, ce n’est pas raisonnable. » « Les gens me disent de tenir, ajoute Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat chargé de la fonction publique, rentré en Ardèche pour Noël. Il y a des interrogations, car c’est un sujet par nature anxiogène. Mais la demande d’équité est exprimée de manière très forte. La détermination, c’est la force de ce gouvernement. »

Pas question, donc, de renoncer aux deux totems de la réforme que sont la suppression des régimes spéciaux et l’instauration d’un âge pivot à 64 ans, malgré l’opposition des syndicats.

Ligne rouge

D’aucuns, néanmoins, notent que, après avoir menacé de se mettre en grève à partir du 3 janvier, les pilotes de ligne, hôtesses et stewards se félicitent d’avoir obtenu auprès du gouvernement, ces derniers jours, une retraite à taux plein dès 60 ans pour les premiers, ainsi que la préservation de leur caisse autonome de retraite complémentaire qui leur est commune. Un sérieux accroc à l’universalité du futur régime tant vantée par l’exécutif.


Lire la suite : Retraites : l’exécutif face au risque d’enlisement


Articles en Relation

Monsieur le président, Maradona n'est pas une vignette Panini Maradona brandissant la Coupe du monde remportée par l'Argentine le 29 juin 1986. | STAFF / AFP   Une enfilade de lieux comm...
Le sexe était-il meilleur à l'époque du socialisme? Trois étudiantes à l'angle des rues Bismarck et Leibniz, à Berlin, pendant le Blocus, en décembre 1948. | Jean Manzon / AFP Pour l'anthropo...
Les enjeux des dernières législatives partielles du quinquennat Macron L'Assemblée nationale applaudit la restauration de L'École d'Athènes, fresque de Raphaël, le 15 septembre 2020 au palais Bourbon. | Martin B...
De l'Absurdistan à la fatigue pandémique, il est urgent de sortir de l'impasse «C'est la guerre», nous disent nos dirigeants, qui donnent l'impression que nous l'avons perdue. | Ivan Radic via Flickr Règles incohérentes, mesures...
Le retour des deux gauches irréconciliables Benoît Hamon, gagnant de la primaire de la gauche, et Manuel Valls, candidat défait, à l'ancien siège du Parti socialiste, rue de Solférino (Paris) le...
Et si les médias anglo-saxons contribuaient (sans le savoir) à la réélection de ... Donald Trump le 30 juillet 2020. | Jim Watson / AFP  Quatre ans après leur autocritique à l'issue de la victoire inattendue du président am...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA