Réchauffement climatique : 11.000 scientifiques lancent un cri d’alarme

Environnement

Un rapport signé par plus de 11.000 scientifiques issus d'un large éventail de disciplines résonne aujourd'hui comme un nouveau cri d'alarme. Selon ces experts, notre Terre fait aujourd'hui « face à une urgence climatique claire et non équivoque ». Ils proposent quelques pistes pour y faire face.

« 40 ans de négociations n'y ont rien fait. Nous avons continué à nous comporter comme si de rien n'était. » C'est le constat de William Ripple, chercheur à l'université de l’Oregon (États-Unis) et chef de file d'une coalition scientifique internationale qui lance aujourd'hui un cri d'alarme. « Le changement climatique est en cours. Il s'accélère même plus rapidement que prévu par de nombreux scientifiques », poursuit l'expert. Sans changements profonds et durables visant à limiter nos émissions de gaz à effet de serre, «?une souffrance humaine indescriptible?» apparait inévitable.

C'est la conclusion d’un rapport rédigé par l'équipe de William Ripple et signé par plus de 11.000 scientifiques issus de 153 pays. Une façon pour eux de déclarer une véritable urgence climatique. Une situation face à laquelle ils refusent toutefois de nous laisser sans quelques pistes de solutions.

Ainsi les chercheurs pointent plusieurs grands domaines dans lesquels des mesures immédiates devraient être prises pour ralentir les effets du réchauffement de la planète. Et avant tout dans le secteur de l'énergie. Secteur dans lequel les scientifiques appellent bien sûr à un remplacement immédiat des combustibles fossiles par des ressources renouvelables. Pour y parvenir, ils suggèrent de supprimer les subventions aux entreprises fortement émettrices de CO2 et d'imposer des redevances sur le carbone suffisamment dissuasives. Ils recommandent aussi de protéger -- et le cas échéant de restaurer -- les écosystèmes susceptibles de stocker le CO2 atmosphérique. Comme les forêts, les prairies ou les mangroves.

«?La température de surface mondiale et celle des océans, les conditions météorologiques extrêmes et leurs coûts, le niveau de la mer, l’acidité des océans et la superficie brûlée aux États-Unis sont en hausse?», prévient William Ripple, chercheur à l’université de l’Oregon (États-Unis). «?Globalement, la glace est en train de disparaître rapidement. Tous ces changements rapides soulignent le besoin urgent d’agir enfin.?» © troutnut, Adobe Stock

« La température de surface mondiale et celle des océans, les conditions météorologiques extrêmes et leurs coûts, le niveau de la mer, l’acidité des océans et la superficie brûlée aux États-Unis sont en hausse », prévient William Ripple, chercheur à l’université de l’Oregon (États-Unis). « Globalement, la glace est en train de disparaître rapidement. Tous ces changements rapides soulignent le besoin urgent d’agir enfin. » © troutnut, Adobe Stock

Une urgence à limiter les émissions polluantes

Autre levier mis en avant, celui des polluants dits de courtes durées. Ainsi les chercheurs demandent une réduction rapide des émissions de méthane, de suie ou encore d'hydrofluorocarbones. Selon eux, cette mesure permettrait, à elle seule, de réduire de plus de 50 % la tendance au réchauffement à court terme. Les scientifiques encouragent notamment dans ce cadre à un changement d'habitudes alimentaires. Il faut bien sûr réussir à limiter le gaspillage alimentaire. Mais aussi manger plus de plantes et consommer moins de produits d'origine animale. Ceci réduirait considérablement les émissions de méthane et d'autres gaz à effet de serre et libérerait des terres agricoles pour la production de nourriture humaine plutôt que d'aliments pour le bétail.

Les scientifiques attirent enfin l'attention sur le problème de la surpopulation. Ils appellent à stabiliser une population qui aujourd'hui augmente de plus de 200.000 personnes par jour. « Atténuer et s'adapter au changement climatique tout en respectant la diversité humaine implique des transformations majeures dans les modes de fonctionnement et d'interaction de notre société mondiale avec les écosystèmes naturels », précisent-ils. « En tant qu'alliance scientifique, nous sommes prêts à aider les décideurs à opérer une transition juste vers un avenir durable et équitable. »?

Ce qu'il faut retenir
  • Des scientifiques venus du monde entier lancent un cri d’alarme.
  • Sans mesures immédiates visant à limiter nos émissions de gaz à effet de serre, «?une souffrance humaine indescriptible?» est inévitable.
  • Parmi les pistes proposées : réduire les émissions de CO2 et d’autres polluants atmosphériques grâce entre autres à des leviers économiques et à un changement d’habitudes alimentaires.

Source : Réchauffement climatique : 11.000 scientifiques lancent un cri d’alarme


Articles en Relation

Les incendies en Australie risquent d'accélérer la fonte des glaciers en Nouvell... En Australie, les incendies ont d'ores et déjà des conséquences au-delà des frontières de l'île-continent. Les gigantesques nuages de fumée et de cend...
Les vagues de chaleur font suffoquer la Terre depuis les années 50 Avec le réchauffement climatique, les chercheurs s'attendent à ce que les vagues de chaleur soient de plus en plus nombreuses et de plus en plus inten...
Cet arbre australien est aussi venimeux qu'une araignée En Australie, de nombreux animaux sont venimeux, tout comme les plantes ! Des scientifiques ont analysé la neurotoxine produite par le Gympie-Gympie, ...
Les digues ne nous protégeront pas de la hausse du niveau de la mer Une vague s'écrasant sur la digue de Lomener à Ploemeur en Bretagne le 5 février 2014. | Frank Perry / AFP  Il existe des solutions d'adapt...
Toujours en proie aux incendies, l’est de l’Australie suffoque Manifestations annulées, bateaux à quai, écoliers cloîtrés dans les établissements, Sydney, comme tout l'est de l'Australie, vit au ralenti et suf...
Incendies en Autralie : Sydney est en urgence sanitaire Tandis que le gouvernement défend son bilan pour lutter contre le réchauffement climatique, l'État de Nouvelle-Galles du Sud et Sydney continuent ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA