Raconter le déclin de la « petite bourgeoisie culturelle »

Sociétés

Un vernissage devant un local associatif. J.F., Fourni par l'auteur

The Conversation

Raconter le déclin de la « petite bourgeoisie culturelle »

Un vernissage devant un local associatif. J.F., Fourni par l'auteur
Élie Guéraut, Université Clermont Auvergne (UCA)

Assiste-t-on à la remise en cause progressive d’un choix de société qui plaçait la culture, l’émancipation par la connaissance et la démocratisation du savoir au cœur d’un projet politique ? À partir d’une enquête au long cours dans une ville moyenne du centre de la France, mon ouvrage récemment paru (Raisons d’agir, 2023) propose de raconter le déclin d’une fraction particulière de la « petite bourgeoisie » dont l’ascension sociale a reposé, dès les années 1970, sur l’acquisition de capital culturel plus que sur l’accumulation de capital économique, sur les diplômes scolaires plus que sur l’augmentation de ses revenus.

Cette petite bourgeoisie culturelle connaît aujourd’hui une importante déstabilisation sous les effets conjugués du désengagement de l’État, des défaites politiques de la gauche ou de l’affaiblissement du poids de la culture savante au sein des classes supérieures, contribuant à faire émerger, chez ses membres, un sentiment de déclassement. Raconter l’histoire de ce groupe social permet ainsi de rendre compte des dynamiques qui fragilisent le pôle culturel de l’espace social.

À l’origine de la « petite bourgeoisie culturelle »

Dans les années 1960 et 1970, au bénéfice de la croissance économique de l’après-guerre, des politiques éducatives et culturelles, et plus généralement du développement de l’État social, un ensemble de groupes sociaux ayant en commun une position intermédiaire entre les classes populaires et la bourgeoisie émerge massivement dans l’espace public.

« Nouvelles couches moyennes » ou « petite bourgeoisie nouvelle », cet ensemble hétérogène est composé des professions salariées des secteurs éducatif (professeurs et instituteurs, conseillers d’orientation, etc.), culturel (bibliothécaires, artistes, intermédiaires du travail artistique, etc.) et social (travailleurs sociaux, psychologues, etc.) ou encore des « professions de présentation et de représentation » pouvant relever de l’indépendance ou du secteur privé (cadres commerciaux, designers, publicitaires, etc.). Ce périmètre élargi réunit des groupes sociaux parfois éloignés dans le monde du travail, qui peuvent néanmoins être rapprochés sous l’angle de leur style de vie, tourné vers des formes de culture en « voie de consécration », c’est-à-dire dont la valeur, le plus souvent montante, n’est pas encore stabilisée (bande-dessinée, le cinéma, le jazz, le rock).

Au cours des années 1980, une partie de la petite bourgeoisie nouvelle va se pérenniser. Tirant profit de l’explosion numérique des professions éducatives et culturelles et de l’« éclatement des normes de la légitimité culturelle », c’est-à-dire de la reconnaissance de nouveaux registres culturels, une petite bourgeoisie culturelle, héritière de la petite bourgeoisie nouvelle, se stabilise sur les positions sociales ainsi créées ou confortées : élus locaux, artistes-plasticiens, directeurs d’associations, d’institutions culturelles et de services de collectivités.

Un héritage fragilisé

Or qu’est devenue, aujourd’hui, cette petite bourgeoisie culturelle ? A l’échelle nationale, d’importantes transformations depuis la fin du XXe siècle ont eu pour effet de fragiliser certaines de ses fractions. Mentionnons d’abord le mouvement de désengagement de l’État et les politiques d’austérité qui l’accompagnent, dont la RGPP de 2007, les baisses de dotation aux collectivités territoriales ou encore les réformes de l’hôpital public ou de l’université constituent certaines des manifestations les plus visibles.

De nombreuses enquêtes sociologiques conduites ces dernières années permettent d’éclairer les effets concrets d’un tel processus, à savoir une dégradation des conditions de travail et une fragilisation des vocations et aspirations, qui concernent autant les travailleurs sociaux que les enseignants, les intermédiaires du travail artistique ou encore les artistes.

Cette transformation va de pair avec une recomposition profonde du champ politique français, perceptible dès les élections municipales de 2014 et confirmée par celles de 2020 ainsi que par les présidentielles de 2017 et 2022 : la crise des partis traditionnels au profit des « partis mouvements » et l’affaiblissement des différentes forces de gauche, sur fond de massification de l’abstention et de percée de l’extrême droite.

Enfin, mentionnons la question de la transformation contemporaine des normes et registres de la légitimité culturelle, qui se traduit, parmi d’autres effets, par « l’érosion du pouvoir quasi monopolistique dont l’École avait pu auparavant disposer en la matière », conduisant à l’émergence de nouvelles formes de capital culturel.

Ces précisions faites, il va de soi que l’ensemble des fractions qui composent la petite bourgeoisie culturelle ne sont pas également concernées par ce processus de fragilisation. On pourra ainsi aisément opposer à cette thèse de nombreux contre-exemples, à l’instar des « gentrifieurs » faisant l’expérience d’une conquête victorieuse sur leur espace résidentiel. Il faut donc bien comprendre que, comme tout processus social de fond, le phénomène ne peut être saisi de façon « pure ». L’intensité avec laquelle se donne à voir cette fragilisation dépend de la focale adoptée, en l’occurrence, dans le cas de mon ouvrage, une enquête ethnographique dans une ville moyenne du centre de la France, où s’observent depuis les années 1970 une importante décroissance démographique, une paupérisation ainsi qu’une dégradation de la valeur économique et symbolique de l’espace.

Genèse et crise d’une petite bourgeoisie culturelle

Ce livre permet ainsi de saisir l’émergence d’une petite bourgeoisie culturelle, sur fond de développement du socialisme municipal. Au pouvoir depuis 1971, les socialistes et les communistes participent, en effet, à la mise en place de politiques culturelles, sociales et sportives ambitieuses, dans le sillage du « Programme commun » de la gauche de l’époque.

Des années 1980 aux années 1990, une nouvelle génération de militants associatifs et politiques, originaires à la fois des milieux populaires et de la petite bourgeoisie, parvient à exercer un quasi-monopole sur « la culture », à occuper des positions stratégiques dans les institutions culturelles et les collectivités locales ainsi qu’à se faire une place sur la scène politique au sein des listes d’union de gauche.

Un vernissage d’exposition dans un local associatif. F.T., Fourni par l'auteur

Cette ascension ne concerne cependant que la génération née dans les années 1960. Malgré l’expérience d’études supérieures dans une grande agglomération et leur engagement dans des activités associatives et artistiques, les générations qui suivent ne rencontrent pas le succès des « reconversions militantes » de leurs aînés, de sorte que leur ascension sociale demeure inachevée car tributaire d’un contexte moins favorable que celui des années 1980.

L’effritement d’une alliance de classes historique

La fragilisation de la petite bourgeoisie culturelle occasionne une perte de son pouvoir sur les institutions locales conquis dans les années 1980 et 1990, mais aussi de sa légitimité à se présenter en prescripteur de goûts et de pratiques culturelles. Elle affecte également ses conduites de sociabilité : s’observe notamment une défiance vis-à-vis des classes populaires locales, suspectées de comportements déviants (consommation de drogue, mal-proprété, etc.) et d’opinions xénophobes, plutôt que la valorisation de la « mixité » ou de la « diversité », pourtant fréquente parmi les groupes sociaux structurés par la détention de capital culturel.

Un tel phénomène constitue un indice de l’effritement d’une alliance de classes historique entre petite bourgeoisie culturelle et classes populaires, à l’instar de la prise de distance des milieux populaires avec la gauche et en particulier le parti socialiste ou, en reflet, de la méfiance suscitée par le mouvement des « gilets jaunes ». Il s’agit ainsi, à partir de cette enquête, de rendre compte des déterminants passés et des effets présents de la fragilisation de cette alliance, sur laquelle s’était fondée l’union de la gauche et qui avait constitué une opportunité d’ascension sociale pour les uns et de reclassement pour les autres.

Retracer l’histoire contemporaine et dire le présent de la petite bourgeoisie culturelle revient tout autant à rendre compte de certaines des grandes transformations qu’a connues la France dans les dernières décennies (désindustrialisation, métamorphose de l’État social, etc.), et de leurs effets particuliers dans les villes moyennes (décroissance démographique, paupérisation, etc.), qu’à dévoiler les aspirations et les déceptions, les espoirs et les angoisses, d’un groupe social particulier. L’ethnographie fonctionne ici comme un miroir grossissant » de phénomènes valables à l’échelle nationale : l’ascension et la fragilisation d’une incarnation particulière des classes moyennes à capital culturel, la petite bourgeoisie culturelle.

Élie Guéraut, MCF en sociologie à l'Université Clermont Auvergne, chercheur au Lescores, associé à l'Ined, Université Clermont Auvergne (UCA)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Facebook Pin It

Articles en Relation

Les podcasts « Jeunes de quartier » : leur quotidien raconté par eux-mêmes Des jeunes habitants de Saint-Denis (93) qui ont participé à la recherche participative Pop-Art. Author provided Les podcasts « Jeunes de quartie...
Proposition de loi sur la reconnaissance faciale : un pas de plus vers la survei... «Assemblée redondante», 2015, UQAM. Cette installation de l'artiste Rafael Lozano-Hemmer détecte et enregistre les visages des passants de la rue Sain...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA