Quel est le siège le plus sûr dans un avion ?

Actualités

Il est temps de choisir votre siège. Shutterstock

The Conversation

Quel est le siège le plus sûr dans un avion ?

Il est temps de choisir votre siège. Shutterstock
Doug Drury, CQUniversity Australia

Lorsque vous réservez un vol, vous demandez-vous quel siège vous protégera le plus en cas d’urgence ? Probablement pas.

La plupart des gens réservent des sièges pour le confort, comme l’espace pour les jambes, la commodité ou l’accès facile aux toilettes. Les grands voyageurs (dont je fais partie) réservent parfois leur siège le plus près possible de l’avant de l’avion pour pouvoir débarquer plus rapidement.

Nous réservons rarement un vol en espérant obtenir l’un des sièges du milieu de la dernière rangée. Et bien, devinez quoi ? Ces sièges sont statistiquement les plus sûrs dans un avion.

Les voyages en avion sont sûrs

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à rappeler que le transport aérien est le mode de transport le plus sûr. En 2022, il y a eu un peu moins de 70 millions de vols dans le monde, avec seulement 174 décès.

Selon l’analyse des données de recensement effectuée par le Conseil national de la sécurité américain, les chances de mourir dans un avion sont d’environ 1 sur 205 552, contre 1 sur 102 dans une voiture. Malgré cela, nous accordons peu d’attention aux accidents mortels de la route, mais lorsque nous entendons parler d’un avion qui s’écrase, il fait la une de tous les journaux.

Notre intérêt pour les accidents d’avion peut résider dans notre volonté de comprendre pourquoi ils se produisent, ou quelles sont les chances qu’ils se reproduisent. Et ce n’est peut-être pas une mauvaise chose : notre intérêt permet de s’assurer que ces incidents tragiques font l’objet d’une enquête approfondie, ce qui contribue à la sécurité du transport aérien.

Il n’y a pas vraiment lieu de s’inquiéter de la sécurité lorsque vous embarquez sur un vol commercial. Mais si vous avez toujours cette question lancinante en tête, poussée par la pure curiosité, lisez ce qui suit.

Au milieu, à l’arrière

Il est bon de rappeler que les accidents, par leur nature même, ne sont pas conformes aux normes. Lors du crash du vol United 232 à Sioux City (Iowa) en 1989, 184 des 269 personnes à bord ont survécu à l’accident. La plupart des survivants étaient assis derrière la première classe, vers l’avant de l’avion.

Néanmoins, une enquête du magazine américain Time qui a examiné 35 ans de données sur les accidents d’avion a révélé que les sièges arrière centraux d’un avion présentaient le taux de mortalité le plus faible : 28 %, contre 44 % pour les sièges de l’allée centrale.

C’est également logique. S’asseoir à côté d’une rangée où se situe la sortie vous offrira toujours la sortie la plus rapide en cas d’urgence, à condition qu’il n’y ait pas de feu de ce côté. Mais les ailes d’un avion stockent du carburant, ce qui disqualifie les rangées de sortie centrales en tant qu’option de rangée la plus sûre.

En même temps, le fait d’être plus près de l’avant signifie que vous serez touché avant ceux de l’arrière, ce qui nous laisse la dernière rangée qui compte une sortie. Pour ce qui est de la raison pour laquelle les sièges du milieu sont plus sûrs que ceux de la fenêtre ou de l’allée, c’est, comme on peut s’y attendre, à cause du tampon que constitue la présence de personnes de chaque côté.

Une vue de face de l’aile d’un avion commercial
Les ailes des avions commerciaux stockent du carburant, ce qui peut rendre cette zone légèrement plus dangereuse dans le cas très improbable d’une urgence. Shutterstock

Certains accidents sont pires que d’autres

Le type d’accident déterminera également la capacité de survie. Se heurter à une montagne diminuera les chances de survie de manière exponentielle, comme ce fut le cas lors d’une tragique catastrophe survenue en 1979 en Nouvelle-Zélande. Le vol TE901 d’Air New Zealand s’est écrasé sur les pentes du mont Erebus en Antarctique, tuant 257 passagers et membres d’équipage.

L’atterrissage dans l’océan le nez en avant diminue également les chances de survie, comme l’a montré le vol 447 d’Air France en 2009, dans lequel 228 passagers et membres d’équipage ont péri.

Les pilotes sont formés pour minimiser au mieux les risques potentiels en cas d’urgence. Ils essaieront d’éviter de heurter des montagnes et chercheront un endroit plat, comme un champ ouvert, pour atterrir aussi normalement que possible. La technique d’atterrissage dans l’eau consiste à évaluer les conditions de surface et à essayer d’atterrir entre les vagues à un angle d’atterrissage normal.

Les avions sont conçus pour être très robustes dans les situations d’urgence. En fait, la principale raison pour laquelle le personnel de cabine nous rappelle de garder nos ceintures attachées n’est pas le risque d’écrasement, mais les « turbulences en air clair » que l’on peut rencontrer à tout moment à haute altitude. C’est ce phénomène météorologique qui peut causer le plus de dommages aux passagers et aux avions.

Les constructeurs conçoivent de nouveaux avions avec davantage de matériaux composites capables de résister aux contraintes en vol. Dans ces modèles, les ailes ne sont pas rigides et peuvent fléchir pour absorber une charge extrême afin d’éviter une défaillance structurelle.

Le type d’avion fait-il une différence ?

Il est vrai que certaines variables, comme l’impact de la vitesse, peuvent varier légèrement d’un type d’avion à l’autre. Cependant, la physique du vol est plus ou moins la même pour tous les avions.

En général, les avions plus grands ont plus de matériaux structurels et donc plus de résistance pour supporter la pressurisation en altitude. Cela signifie qu’ils peuvent offrir une protection supplémentaire en cas d’urgence, mais cela dépend, là encore, de la gravité de l’urgence.

Cela ne veut pas dire que vous devez réserver votre prochain vol sur le plus gros avion que vous pouvez trouver. Comme je l’ai mentionné, les voyages en avion restent très sûrs.

Doug Drury, Professor/Head of Aviation, CQUniversity Australia

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Les prix mentionnés dans cet article le sont à titre indicatif et sont susceptibles d’évoluer. Certains liens de cet article sont des liens d'affiliation, susceptibles d'utiliser des cookies afin de permettre à Iziva.com de percevoir une commission en cas d'achat sur le site partenaire.

Facebook Pin It

Articles en Relation

Turbulences aériennes : le changement climatique va-t-il les amplifier ? Image de macrovector sur Freepik Turbulences aériennes : le changement climatique va-t-il les amplifier ? ...
Est-ce que les termites sont (seulement) des nuisibles ? Photo de Jimmy Chan: Photo de Jimmy Chan Est-ce que les termites sont (seulement) des nuisibles ? Pascal Jouquet, Institut de recherche...
Pourquoi l’eau des rivières et des lacs n’est-elle pas salée ? Pourquoi l’eau des rivières et des lacs n’est-elle pas salée ? Guillaume Paris, Université de Lorraine S’il est une expérience que l’on a,...
Pourquoi existe-t-il des plages de sable fin et d’autres de galets ? Image de freepik Pourquoi existe-t-il des plages de sable fin et d’autres de galets ? Vous avez forcémen...
La revanche sucrée des pâtissiers Image de azerbaijan_stockers sur Freepik La revanche sucrée des pâtissiers Nathalie Louisgrand, Grenoble École de Management (GEM) Depu...
Accent étranger et célébrité : des stéréotypes et du sexisme L'accent italien de Monica Bellucci semble inséparable de son identité. Reza Veziri/Flickr, CC BY Accent étranger et célébrité : des stéréotypes ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA