Qu’est-ce que Mastodon ? Un expert des médias sociaux explique pourquoi ce n’est pas le nouveau Twitter

Internet
The Conversation

Mastodon est-il l'eldorado des déçus de Twitter? Davide Bonaldo/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Qu’est-ce que Mastodon ? Un expert des médias sociaux explique pourquoi ce n’est pas le nouveau Twitter

Mastodon est-il l'eldorado des déçus de Twitter? Davide Bonaldo/SOPA Images/LightRocket via Getty Images
Brian C. Keegan, University of Colorado Boulder

À la suite de la prise de contrôle bruyante de Twitter par Elon Musk, nombreux sont ceux qui ont cherché des alternatives à la plate-forme de microblogging de plus en plus toxique. Beaucoup se sont tournés vers Mastodon, qui a attiré des centaines de milliers de nouveaux utilisateurs depuis le rachat de Twitter.

À l’instar de Twitter, Mastodon permet aux utilisateurs de publier des messages, de suivre des personnes et des organisations, d’aimer et de rediffuser les messages des autres.

Mais si Mastodon prend en charge un grand nombre de fonctions identiques à celles que Twitter propose, il ne s’agit pas d’une plate-forme unique. Il s’agit plutôt d’une fédération de serveurs interconnectés et gérés indépendamment. Les serveurs Mastodon sont basés sur un logiciel libre développé par l’organisation allemande à but non lucratif Mastodon gGmbH. Les serveurs Mastodon interconnectés, ainsi que les autres serveurs qui peuvent « parler » aux serveurs Mastodon, sont collectivement appelés le « fédiverse ».

Mastodon U

Un aspect clé du « fédiverse » est que chaque serveur est régi par des règles établies par les personnes qui le gèrent. Si vous considérez le « fediverse » comme une université, chaque serveur Mastodon est comme un dortoir.

Le dortoir dans lequel vous êtes initialement assigné peut être quelque peu aléatoire, mais il influence profondément le type de conversations auxquelles vous accédez et les relations que vous établissez. Vous pouvez toujours interagir avec les personnes qui vivent dans d’autres dortoirs, mais les chefs et les règles de votre dortoir déterminent ce que vous pouvez faire.

Si vous n’êtes pas satisfait de votre résidence, vous pouvez déménager dans une autre résidence – une sororité, un appartement – qui vous convient mieux, et vous emmenez vos relations avec vous. Mais vous êtes alors soumis aux règles du nouvel endroit où vous vivez. Il existe des centaines de serveurs Mastodon, appelés instances, où vous pouvez créer votre compte, et ces instances ont des règles et des normes différentes concernant les personnes qui peuvent s’y joindre et le contenu autorisé.

À l’inverse, les plates-formes de médias sociaux comme Twitter et Facebook placent tout le monde dans un seul et gigantesque dortoir. Au fur et à mesure que des millions ou des milliards de personnes se sont inscrites, les entreprises qui gèrent ces plates-formes ont ajouté des étages et des chambres. Tout le monde peut communiquer et, théoriquement, participer aux conversations des autres au sein du dortoir, mais tout le monde doit aussi vivre selon les mêmes règles.

Si vous n’aimiez pas ou ne suiviez pas les règles, vous deviez quitter le méga-dortoir, mais vous ne pouviez pas apporter vos relations avec vous dans votre nouveau logement – une plate-forme de médias sociaux différente – ou parler aux personnes qui étaient restées dans votre méga-dortoir initial. Ces plates-formes ont exploité la peur de manquer une information pour enfermer les gens dans un dortoir hautement surveillé où leur comportement, par ailleurs privé, était exploité pour vendre des publicités.

Capture d’écran d’une application de microblogging
Mastodon prend en charge toutes les fonctions habituelles des médias sociaux : poster, liker, reposter et suivre. Eugen Rochko/Wikimedia

Encourager les comportements vertueux

Les grandes entreprises de médias sociaux vendent des publicités pour payer deux services principaux : l’infrastructure technique du matériel et des logiciels qui permet aux utilisateurs d’accéder à la plate-forme, et l’infrastructure sociale de la convivialité, de la politique et de la modération du contenu qui maintient la plate-forme en conformité avec les attentes et les règles des utilisateurs.

Dans la collection de serveurs Mastodon, si vous n’aimez pas ce que fait quelqu’un, vous pouvez couper les liens et passer à un autre serveur tout en conservant les relations que vous avez déjà établies. Cela élimine la crainte de manquer quelque chose qui pourrait enfermer les utilisateurs dans un serveur où ils devraient supporter le mauvais comportement d’autres personnes.

Il y a quelques facteurs qui devraient mettre les serveurs Mastodon sous forte pression pour modérer activement et de manière responsable le comportement de leurs membres. Tout d’abord, la plupart des serveurs ne veulent pas que les autres serveurs coupent complètement les liens, il y a donc une forte pression de réputation pour contrôler le comportement des membres et ne pas tolérer les trolls et les harceleurs.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Deuxièmement, les gens peuvent migrer entre les serveurs relativement facilement, de sorte que les administrateurs de serveurs peuvent rivaliser pour offrir la meilleure expérience de modération, celle qui attire et retient les gens.

Troisièmement, les coûts techniques et financiers de la création d’un nouveau serveur sont beaucoup plus importants que les coûts de modération d’un serveur. Cela devrait limiter le nombre de nouveaux serveurs qui apparaissent pour échapper aux interdictions, ce qui éviterait le défi sans fin des comptes de spam et de trolls auquel les grandes plates-formes de médias sociaux doivent faire face.

Un modèle qui comporte des défauts

Le modèle de serveur fédéré de Mastodon présente également des inconvénients potentiels. Tout d’abord, il peut être difficile de trouver un serveur à rejoindre sur Mastodon, surtout lorsqu’un flot de personnes essayant de trouver des serveurs entraîne la création de listes d’attente, et que les règles et les valeurs des personnes qui gèrent un serveur ne sont pas toujours faciles à trouver.

Ensuite, il y a des défis financiers et techniques importants à relever pour maintenir des serveurs qui grandissent avec le nombre de membres et leur activité. Une fois la lune de miel terminée, les utilisateurs de Mastodon doivent se préparer à payer des frais d’adhésion, à participer à des campagnes de collecte de fonds ou à voir des publicités promotionnelles pour couvrir les coûts d’hébergement des serveurs, qui peuvent atteindre plusieurs centaines de dollars par mois et par serveur.

Malgré les appels lancés aux journaux, aux universités et aux gouvernements pour qu’ils hébergent leurs propres serveurs, il existe des questions juridiques et professionnelles compliquées qui pourraient sérieusement limiter les capacités des institutions publiques à modérer efficacement leurs « dortoirs ». Les sociétés qui disposent de leurs propres méthodes de vérification et de codes de conduite et établis pourraient être mieux équipées pour héberger et modérer les serveurs Mastodon que d’autres types d’institutions.

Autre problème, l’actuelle « option nucléaire » des serveurs qui coupent complètement les liens avec d’autres serveurs laisse peu de place à la réparation des relations et au réengagement. Une fois le lien entre deux serveurs rompu, il est difficile de le renouer. Cette situation pourrait entraîner des migrations d’utilisateurs déstabilisantes et renforcer les chambres d’écho polarisantes.

Enfin, il existe des tensions entre les utilisateurs de longue date de Mastodon et les nouveaux venus autour des avertissements de contenu, des hashtags, de la visibilité des messages, de l’accessibilité et du ton qui diffèrent de ce qui était populaire sur Twitter.

Malgré l’effondrement de Twitter et les problèmes persistants avec les principales plates-formes de médias sociaux, pour beaucoup de gens, le nouveau pays de Mastodon et du « fédiverse » n’est pas forcément idéal.

Brian C. Keegan, Assistant Professor of Information Science, University of Colorado Boulder

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Articles en Relation

Grandir avec Internet : les atouts de la culture participative pour les ados Sur les réseaux sociaux, les adolescents se distraient mais partagent aussi des solutions. Samuel Borges Photography / Shutterstock Grandir ave...
Qu’est-ce qui nous rend accros à TikTok ? Qu’est-ce qui nous rend accros à TikTok ? Ti Vla / Shutterstock Patricia Durán-Álamo, Unive...
Les influenceurs virtuels sont-ils plus puissants que les influenceurs humains ?... Miquela Sousa, plus connue sous le nom de Lil Miquela se présente comme un robot de 19 ans qui vit à Los Angeles sur son compte Instagram (sourc...
Le « doomscrolling », une habitude inquiétante pour la santé mentale des adolesc... Les nouvelles anxiogènes défilent sans fin. Pexels Le « doomscrolling », une habitude inquiétante pour la santé mentale des adolescents ? ...
Le métavers va-t-il bouleverser les liens d’amitié chez les jeunes ? Demain, serons-nous « amis » avec des avatars virtuels ? lilmiquela / Instagram, capture d'écran Le métavers va-t-il bouleverser les liens d’am...
En voulant « libérer » l’expression sur Twitter, Elon Musk poursuit en vain une ... En voulant « libérer » l’expression sur Twitter, Elon Musk poursuit en vain une utopie dépassée Barthélémy Michalon, Sciences Po Après pl...

FOTOLIA BANQUE D'IMAGES

Fotolia  

PARTENAIRES INTERNET

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA