Pourquoi les films sont-ils de plus en plus longs ?

Actualités

« Avatar, la Voie de l'eau », une plongée de 192 minutes. Allociné

The Conversation

Pourquoi les films sont-ils de plus en plus longs ?

« Avatar, la Voie de l'eau », une plongée de 192 minutes. Allociné
Gabri Ródenas, Universidad de Murcia

Un simple coup d’œil à l’écosystème audiovisuel suffit pour se rendre compte que les contenus sont de plus en plus nombreux et surtout de plus en plus courts.

Notre attention est constamment sollicitée par le flux incessant de tweets, de reels, de vidéos TikTok, etc. Face à cette saturation – pour ne pas dire hypertrophie – de l’espace audiovisuel, certains auteurs ont souligné le risque de voir notre capacité d’attention compromise. C’est le cas de Nicholas Carr et de son désormais classique Internet rend-il bête ?

On pourrait dès lors supposer que les films ou les séries, suivent cette tendance, vers toujours plus de concision ; mais au contraire, la longueur des films ne cesse de croître.

Plus de minutes s’il vous plaît

L’augmentation du temps d’écran est perceptible dans les films destinés aux salles de cinéma. C’est le cas dans Avatar : La voie de l’eau (James Cameron, 2022), avec 192 minutes, le récent Babylon (Damien Chazelle, 2022), avec 188 minutes, ou encore le blockbuster Avengers : Endgame (Anthony et Joe Russo, 2019) et ses 181 minutes.

Mais cette tendance se retrouve également dans des films conçus avant tout pour être exploités par les plates-formes de streaming – comme The Irishman (Martin Scorsese, 2019), avec 209 minutes de métrage, et Bardo (Alejandro González Iñárritu, 2022) et ses 159 minutes – ou ceux destinés à des circuits plus minoritaires, traditionnellement liés au cinéma indépendant ou d’auteur. Dans ce sens, on peut mentionner Pacifiction (2022), le film de 166 minutes d’Albert Serra.

Comment expliquer cette augmentation de la durée des films ?

Tout d’abord, il convient de souligner qu’il y a toujours eu des films plus longs que la moyenne. Pensez par exemple à des classiques tels que Autant en emporte le vent (Victor Fleming, George Cukor et Sam Wood, 1939), avec une durée de 238 minutes, et Ben-Hur (William Wyler, 1959) et ses 211 minutes, pour ne citer que quelques exemples connus.

Un homme passe la porte et se retourne pour regarder une femme dans l’ombre
238 minutes jusqu’à ce moment. FilmAffinity

Mais on peut tout de même se demander pourquoi les films sont de plus en plus longs à une époque où tout indique que la tendance devrait aller dans la direction opposée : le succès des séries, les guerres entre plates-formes de streaming, la bataille pour l’attention et l’offre sans fin qui encourage la consommation accélérée.

Des causes multiples

Il y a trois raisons potentielles à ce changement : d’une part, la volonté d’élargir les récits, d’autre part, la nécessité de se différencier de la fiction télévisuelle (ou via le streaming) et, enfin, la tentative de justifier la hausse du prix du billet de cinéma.

Cette question, cependant, n’est pas une nouveauté absolue, mais accentue plutôt des caractéristiques déjà présentes dans l’industrie cinématographique depuis le Hollywood des années 1950. Déjà à cette époque, la nécessité de se démarquer de l’offre télévisuelle a conduit les studios à opter pour des films plus longs, avec plus de stars, plus d’effets, plus de spectacle. Un peu comme ce qui se passe aujourd’hui avec des productions comme Avatar ou les films Marvel.

Au cours des décennies précédentes, les cinémas avaient opté pour un modèle de double séance, hérité du passé, ou pour trois séances d’affilée. C’est l’une des raisons pour lesquelles la durée moyenne d’un film était de 90 ou 100 minutes.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Ironiquement, les productions de type « blockbuster », dont la durée dépasse la moyenne de quelques minutes, telles que Alien : le huitième passager (Ridley Scott, 1979 ; 116 minutes), Retour vers le futur (Robert Zemeckis, 1985 ; 116 minutes), S.O.S. Fantômes (Ivan Reitman, 1984 ; 107 minutes) et Les Goonies (Richard Donner, 1985 ; 114 minutes), pour ne citer que quelques exemples encore frais dans la mémoire des lecteurs – sont passés du statut d’exception à celui de norme et ont finalement donné une nouvelle orientation à l’industrie.

Trois hommes armés en bleu de travail
107 minutes de Ghostbusters et c’est tout ce qu’il fallait. Film Affinity

En revanche, la tentative d’élargir les récits (qui, paradoxalement, pourrait être considérée comme une « tentative de ressembler à la série »), sans constituer quelque chose d’entièrement nouveau, présente des nuances différentes.

Robert McKee, dans son ouvrage Story, signale l’existence d’œuvres comportant plus d’actes que les trois traditionnels. En ce sens, il cite Quatre mariages et un enterrement (Mike Newell, 1994), avec cinq actes ; Les aventuriers de l’Arche perdue (Steven Spielberg, 1981), avec sept, ou Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant (Peter Greenaway, 1989), avec huit.

Une exception devenue la norme

Aujourd’hui, ce qui était autrefois une exception commence à devenir la norme.

Cela nous amène à la conclusion suivante : le cinéma doit faire face à plusieurs problèmes. Parmi ceux-ci, citons les changements dans les habitudes de consommation des spectateurs – dont une baisse de la fréquentation des salles de cinéma –, la primauté des séries (plus conforme à l’idée d’une consommation domestique et dynamique), l’offre audiovisuelle plus importante et le prix des tickets de cinéma – similaire au coût d’un abonnement mensuel à une quelconque plate-forme de streaming –.

Pour toutes ces raisons, l’industrie cinématographique, en particulier celle qui est orientée vers les salles de cinéma, semble avoir concentré son offre. Ainsi, il a favorisé les films longs à gros budget, avec plus d’intrigues secondaires et plus de spectacularisation. Toutes ces caractéristiques semblent justifier le prix d’entrée et dissuader de s’abonner à une plate-forme de streaming ou à d’autres canaux de diffusion.

Dans le cas des productions plus indépendantes, la durée plus longue répondrait à une volonté d’explorer de nouvelles narrations, plus éloignées des discours télévisuels ou mainstream et des grandes productions.

Quoi qu’il en soit, et tout en confirmant la dérive du secteur, il serait peut-être judicieux de commander le pop-corn en format XL, si l’on ne veut pas en manquer avant que les lumières ne s’allument dans la salle de cinéma.


Cet article fait partie des recherches menées par le groupe de recherche IDEcoA de l’Université de Murcia.

Gabri Ródenas, Profesor de Comunicación Audiovisual, Universidad de Murcia

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Facebook Pin It

Articles en Relation

Faut-il transformer le cinéma en produit de luxe ? Pour la sortie du film Oppenheimer de Christopher Nolan, le Grand Rex, cinéma parisien des Grands Boulevards conçu au début du 20e siècle, sort le gra...
Le rire du père Noël, amusant ou angoissant ? Le rire du père Noël, amusant ou angoissant ? Le rire du Père Noël a quelque chose d'ambivalent. Shutterst...
« Le Seigneur des anneaux » : Gollum aurait-il été condamné à de la prison ferme... L'abolition du discernement, si elle est retenue, est établie selon des critères très précis. New Line Cinema « Le Seigneur des anneaux » : Gol...
Voici pourquoi nous avons si peur des clowns La représentation négative des clowns dans la culture populaire est un facteur qui semble contribuer beaucoup plus à la coulrophobie. (Shutterstock) ...
Pourquoi la catastrophe du Titanic continue-t-elle de fasciner ? Peinture du Titanic lors de son naufrage. Pourquoi la catastrophe du Titanic continue-t-elle de fasciner ? Peintur...
Une Cléopâtre noire sur Netflix, est-ce réécrire l’histoire ? Adele James dans le rôle de Cléopâtre (« Queen Cleopatra » de Jada Pinkett Smith, Netflix, 2023). Parle Magazine Une Cléopâtre noire sur Netf...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA