Pour les Mayas, les éclipses solaires étaient le signe d’affrontements entre les dieux

Actualités

Image de stockgiu sur Freepik

The Conversation

Pour les Mayas, les éclipses solaires étaient le signe d’affrontements entre les dieux

La pyramide El Castillo illuminée la nuit sous un ciel étoilé à Chichen Itza, au Mexique, l'une des plus grandes cités mayas. Matteo Colombo/DigitalVision via Getty Images
Kimberly H. Breuer, University of Texas at Arlington

Nous vivons dans un monde pollué par la lumière, où les réverbères, les panneaux publicitaires et même l’éclairage des jardins masquent tous les objets célestes du ciel nocturne, à l’exception des plus brillants.

Les sociétés prémodernes observaient le ciel et créaient des cosmographies, des cartes du ciel qui fournissaient des informations pour les calendriers et les cycles agricoles. Elles ont également créé des cosmologies qui, dans l’usage originel du mot, étaient des croyances religieuses expliquant l’univers. Les dieux et les cieux étaient inséparables.

Les cieux sont ordonnés et cycliques par nature ; il suffit d’observer et d’enregistrer suffisamment longtemps pour en déterminer les rythmes. De nombreuses sociétés étaient capables de prédire avec précision les éclipses de Lune, et certaines pouvaient également prédire les éclipses de soleil – comme celle qui se produira en Amérique du Nord le 8 avril 2024.

Le couloir où l’on observera l’éclipse totale, où la Lune bloquera entièrement le Soleil, traversera le Mexique sur la côte Pacifique avant d’entrer aux États-Unis au Texas, où j’enseigne l’histoire des technologies et des sciences, et sera vu comme une éclipse partielle à travers les terres des anciens Mayas. Cette éclipse fait suite à l’éclipse annulaire d’octobre 2023, au cours de laquelle il a été possible d’observer l’« anneau de feu » autour du Soleil depuis de nombreuses ruines mayas antiques et certaines parties du Texas.

Il y a des millénaires, deux éclipses solaires de ce type sur une même région en l’espace de six mois auraient provoqué une frénésie d’activité chez les astronomes, les prêtres et les dirigeants mayas. J’ai été témoin d’une frénésie similaire, bien que pour des raisons différentes, ici dans la région de Dallas-Fort Worth, où nous nous trouverons sur la trajectoire de la totalité de l’éclipse. Pendant cette période entre les deux éclipses, je me suis sentie privilégiée de partager mon intérêt pour l’histoire de l’astronomie avec les étudiants et la communauté.

Des astronomes du passé

Les anciens Mayas étaient sans doute l’une des plus grandes sociétés d’astronomes. Mathématiciens accomplis, ils enregistraient des observations systématiques sur le mouvement du Soleil, des planètes et des étoiles.

À partir de ces observations, ils ont créé un système de calendrier complexe pour réguler leur monde, l’un des plus précis de l’ère pré-moderne.

Les astronomes observaient attentivement le soleil et alignaient des structures monumentales, telles que les pyramides, pour suivre les solstices et les équinoxes. Ils ont également utilisé ces structures, ainsi que des grottes et des puits, pour marquer les jours de zénith – les deux moments de l’année sous les tropiques où le Soleil est directement au-dessus de la tête et où les objets verticaux ne projettent pas d’ombre.

Les scribes mayas consignaient les observations astronomiques dans des codex, des livres pliants hiéroglyphiques fabriqués à partir de papier d’écorce de figuier. Le Codex de Dresde, l’un des quatre textes mayas encore existants, date du XIe siècle. Ses pages contiennent un grand nombre de connaissances astronomiques et d’interprétations religieuses et prouvent que les Mayas pouvaient prédire les éclipses solaires.

Grâce aux tables astronomiques du codex, les chercheurs d’aujourd’hui savent que les Mayas suivaient les nœuds lunaires, les deux points où l’orbite de la Lune croise l’écliptique – le plan de l’orbite de la Terre autour du Soleil, qui, de notre point de vue, est la trajectoire du Soleil dans notre ciel. Ils ont également créé des tableaux divisés en saisons d’éclipses solaires de 177 jours, marquant les jours où des éclipses étaient possibles.

Affrontements divins

Mais pourquoi investir autant dans le suivi du ciel ?

La connaissance, c’est le pouvoir. Si l’on sait ce qui se passe au moment de certains événements célestes, on peut prévoir et prendre les précautions nécessaires lorsque les cycles se répètent. Les prêtres et les dirigeants savaient comment agir, quels rituels accomplir et quels sacrifices faire aux dieux pour garantir que les cycles de destruction, de renaissance et de renouvellement se poursuivent.

Un manuscrit ancien couvert de caractères et d’illustrations en noir et rouge.
Panneaux d’éclipse dans le Codex de Dresde. Université et bibliothèque d’État de Saxe -- Dresde

Dans le système de croyances des Mayas, les couchers de soleil étaient associés à la mort et à la décomposition. Chaque soir, le dieu du soleil, Kinich Ahau, effectuait le périlleux voyage à travers Xibalba, le monde souterrain maya, pour renaître au lever du soleil. Les éclipses solaires étaient perçues comme « un soleil brisé », signe d’une possible destruction cataclysmique.

Kinich Ahau était associé à la prospérité et à l’ordre. Son frère Chak Ek – l’étoile du matin, que nous connaissons aujourd’hui comme la planète Vénus – était associé à la guerre et à la discorde. Ils entretenaient une relation conflictuelle, se battant pour la suprématie.

Leur combat pouvait être observé dans les cieux. Lors des éclipses solaires, des planètes, des étoiles et parfois des comètes peuvent être observées pendant la totalité de l’éclipse. Si elle est positionnée correctement, Vénus brillera près du Soleil éclipsé, ce que les Mayas ont interprété comme l’attaque de Chak Ek. Le Codex de Dresde y fait allusion en montrant un dieu Vénus plongeant dans les tables d’éclipses solaires, ainsi que la coordination des éclipses solaires avec les cycles de Vénus dans le Codex de Madrid, un autre livre pliant maya de la fin du XVe siècle.

Un dessin noir et blanc granuleux qui semble avoir plusieurs paires de bras tendus dans différentes directions.
Une illustration du Codex de Dresde montre le dieu Vénus descendant d’une bande de ciel contenant des symboles solaires et lunaires. Saxon State and University Library -- Dresden

Kinich Ahau – le Soleil – étant caché derrière la Lune, les Mayas pensaient qu’il était en train de mourir. Des rituels de renouvellement étaient nécessaires pour rétablir l’équilibre et le remettre sur la bonne voie.

Les nobles, en particulier le roi, pratiquaient des sacrifices de saignée, se transperçant le corps et recueillant les gouttes de sang pour les brûler en offrande au dieu Soleil. Ce « sang des rois » était la forme la plus élevée de sacrifice, destiné à renforcer Kinich Ahau. Les Mayas croyaient que les dieux créateurs avaient donné leur sang et l’avaient mélangé à de la pâte de maïs pour créer les premiers humains. À leur tour, les nobles donnaient une petite partie de leur propre force vitale pour nourrir les dieux.

Le temps se fige

À l’approche de l’éclipse d’avril, j’ai l’impression d’achever un cycle personnel qui me ramène à des parcours professionnels antérieurs : d’abord en tant qu’ingénieur aérospatial qui adorait ses cours de mécanique orbitale et aimait faire de l’astronomie dans son jardin ; puis en tant que doctorant en histoire, étudiant la façon dont la culture maya a perduré après la conquête espagnole.

Une grande décoration en argile avec des sculptures complexes et un visage avec des yeux, un nez percé et une bouche
Une image du dieu soleil maya Kinich Ahau, réalisée entre le sixième et le neuvième siècle, aujourd’hui conservée au Musée national d’anthropologie du Mexique. DeAgostini/Getty Images

Pour moi, tout comme pour les anciens Mayas, l’éclipse solaire totale sera l’occasion non seulement de lever les yeux, mais aussi d’envisager le passé et l’avenir. Regarder l’éclipse est une chose que nos ancêtres ont faite depuis des temps immémoriaux et qu’ils feront encore à l’avenir. C’est un spectacle grandiose au sens premier du terme : pendant quelques instants, on a l’impression que le temps s’arrête, car tous les regards se tournent vers le ciel, et qu’il converge, car nous participons au même spectacle que nos ancêtres et nos descendants.

Que vous croyiez aux messages divins, aux batailles entre Vénus et le soleil ou à la beauté de la science et du monde naturel, cet événement rassemble les gens. C’est une leçon d’humilité, et c’est aussi très, très cool.

J’espère simplement que Kinich Ahau nous fera l’honneur de sa présence dans un ciel sans nuages et qu’il vaincra une fois de plus Vénus.

Kimberly H. Breuer, Associate Professor of Instruction, University of Texas at Arlington

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Les prix mentionnés dans cet article le sont à titre indicatif et sont susceptibles d’évoluer. Certains liens de cet article sont des liens d'affiliation, susceptibles d'utiliser des cookies afin de permettre à Iziva.com de percevoir une commission en cas d'achat sur le site partenaire.

Facebook Pin It

Articles en Relation

« La Fièvre » nous rend-elle meilleurs ? Éducation politique et réflexivité en s... « La Fièvre » nous rend-elle meilleurs ? Éducation politique et réflexivité en séries Canal + ...
Dans la série « Deadloch », le rire en étendard face aux violences de genre Dans la série « Deadloch », le rire en étendard face aux violences de genre Une écriture féminine pour dénoncer les v...
Pourquoi Saturne a-t-elle des anneaux ? Galilée trouvait que Saturne ressemblait un peu à la tête d’un ours en peluche avec deux grandes oreilles. Il pensait qu’elle était peut-être composée...
« Objets cultes » : Le spritz Trop sucré, trop dilué, pas assez amer…tout le monde a un avis sur le Spritz. Pixabay « Objets cultes » : Le spritz ...
Du pétrole sur vos cheveux, quelle bonne idée… Chez le coiffeur. jackmac34/Pixabay Du pétrole sur vos cheveux, quelle bonne idée… Chez le coiffeur. jack...
Les féministes ont-elles une sexualité plus épanouie ? Une étude canadienne assu... Image de wayhomestudio sur Freepik Les féministes ont-elles une sexualité plus épanouie ? Une étude canadienne assure que oui ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA