Passer au tableau : comment faire de ce rituel scolaire un moyen de réguler ses émotions ?

France
Image de Freepik The Conversation

Passer au tableau : comment faire de ce rituel scolaire un moyen de réguler ses émotions ?

Omar Zanna, Le Mans Université

« C’est à qui le tour de passer au tableau ! », « Viens au tableau nous dire tout ce que tu racontes à ton camarade ! » ou encore « Qui souhaite venir au tableau ? »… Quels sont les élèves qui n’ont jamais entendu ce type d’exhortation au cours de leur scolarité ?

En France, l’installation de tableaux dans les classes est finalement assez récente, puisqu’elle date de l’instruction obligatoire chère à Jules Ferry (1882). Toutes les classes sont aujourd’hui dotées de cet artefact noir, blanc ou numérique. Il devient alors un support de transmission pour l’enseignant mais également une occasion d’expression – le plus souvent imposée – pour les élèves, qui sont invités à venir y résoudre des exercices, réciter des leçons, recopier des mots…

Rien d’étonnant donc à ce que ce rituel, pensé par l’institution comme l’occasion d’évaluer ou d’exposer une connaissance face aux autres, ait et continue à être vécu par certains élèves « comme une sorte de passage à tabac », participant au processus de harcèlement scolaire dont on connaît désormais les funestes conséquences. Les humiliations subies lorsque le corps est mis en scène, lorsqu’il est exposé aux moqueries, aux remarques déplacées des élèves et parfois des enseignants peuvent participer du harcèlement comme l’expliquait Kilian Vaysse, de l’Association contre les discriminations et le harcèlement, lors du colloque Enfant demain.

Qui n’a en effet pas souhaité disparaître six pieds sous terre lorsqu’il se retrouve debout au tableau, face à plus d’une vingtaine de paires d’yeux qui le déshabillent littéralement – notamment quand il ne maîtrise pas totalement sa leçon. Qui n’a jamais vécu cette situation ? Et finalement que révèle ce temps de passage au tableau : la maitrise d’une connaissance (enseignée à l’école) ou bien une compétence émotionnelle (moins enseignée à l’école) à restituer une connaissance ?

Favoriser la coopération entre élèves

Tout bien considéré, si la classe et l’école en général bouillonnent d’émotions, celles-ci font peu l’objet d’une réelle réflexion didactique. Tout se passe comme si ces émotions, les siennes et celles des autres, ne relevaient pas du périmètre de l’école. Émile Durkheim, référence majeure du projet de l’école républicaine, ne préconisait-il pas d’arracher l’enfant à la famille jugée émotionnellement trop toxique au prétexte que « la morale qui y est pratiquée y est surtout affective. L’idée abstraite du devoir y joue un moindre rôle que la sympathie, que les mouvements spontanés du cœur. »

Pourtant, nombreux sont les travaux montrant l’intérêt de considérer les émotions. Leur prise en compte se traduit en effet par un bien-être subjectif plus marqué et à une amélioration des performances scolaires. Mais encore faut-il leur ouvrir la porte de la classe, et plus largement celle de l’école, pour que les élèves les apprivoisent et en fassent des compagnes plutôt que d’en être esclave.

C’est précisément ce à quoi nous nous sommes attachés avec les enseignants d’écoles primaire rencontrés dans le cadre d’une recherche-action. Concrètement, il s’agissait de transformer l’exercice du passage au tableau en un temps d’éducation aux compétences socio-émotionnelles. Pour faire de cet exercice souvent individuel, angoissant, un moment de construction de soi, d’approvisionnement de ses émotions et d’apprentissage optimal, les enseignants ont, entre autres, expérimenté la récitation à plusieurs voix.

Par groupe de 3 ou 4, les élèves sont invités à réciter au tableau une poésie préalablement divisée par leurs soins en trois ou quatre parties. L’un d’entre eux entame la récitation et s’arrête soit lorsqu’il a terminé sa partie, lorsqu’il se sent en difficulté (une hésitation, un trou de mémoire, une perturbation liée au regard des élèves auditeurs…), ou bien quand il éprouve l’envie de passer le relais à l’un de ses camarades. Le deuxième, attentif à la situation (phrasé, mimiques, mouvement du corps…) prend alors la suite de la récitation avant de lui-même passer la main à un autre camarade.

L’enseignant propose plusieurs passages de façon à ce que chaque élève ait récité le texte dans son intégralité. À partir de ce design pédagogique, de très nombreuses variantes ont été proposées : récitation seule avec désignation d’un joker-souffleur avec ou sans contrainte d’intervention, libre choix de la répartition du texte, choix du lieu de récitation (à sa place, à côté de l’enseignant…), etc.

Apprendre à se mettre en scène

Le scénario pédagogique mis en œuvre dans cette recherche-action, permet, d’une part, de réduire le stress, préjudiciable aux apprentissages et, d’autre part, de libérer rapidement la participation des élèves et favorise leur entrée dans la tâche proposée.

Très vite, les élèves apprennent à s’organiser collectivement et s’inscrivent dans un processus de résonance nécessaire à une coopération sans fard. Aux dires des enseignants, grâce à cet exercice collectif, ils ont moins d’appréhension dans leur prise de parole et sont plus attentifs à celle des autres. Au-delà d’un simple entraînement à la mémorisation, ils s’expriment désormais à l’oral avec plus d’aisance et – point essentiel – en tenant compte d’autrui.

[Plus de 85 000 lecteurs font confiance aux newsletters de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Ainsi pensé et expérimenté régulièrement, « le rituel du passage au tableau » prend une tout autre tournure pour les élèves. De situation stressante, parfois terrifiante, il devient un temps de jeu, de mise en scène de soi plus confiante, un temps de développement de l’empathie envers ses camarades, de récitation et de développement des compétences socio-émotionnelles utiles tout au long de la vie pour naviguer sans heurts dans les mondes sociaux.

Parce que la vie sociale est souvent l’occasion de se mettre en scène sous le regard d’autrui dans le cadre d’une réunion de travail, d’un exposé, d’un événement familial ou amical… apprendre à ressentir, identifier et apprivoiser ses propres émotions et celles des autres devrait également faire partie des missions de l’école.

Omar Zanna, Professeur des universités en sociologie, Le Mans Université

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Facebook Pin It

Articles en Relation

Le brevet, futur examen d’entrée au lycée ? Image de tonodiaz sur Freepik Le brevet, futur examen d’entrée au lycée ? Claude Lelièvre, Université Paris Cité Lors des multiples ann...
École : exclure les élèves harceleurs, est-ce vraiment la solution ? Image de gpointstudio sur Freepik École : exclure les élèves harceleurs, est-ce vraiment la solution ? Amira Karray, Aix-Marseille Universit...
La peur aide-t-elle à apprendre ? Image de Racool_studio sur Freepik La peur aide-t-elle à apprendre ? Confrontés à des situations qui les effraient...
Disputes entre frères et sœurs : les parents doivent-ils intervenir ? Les disputes permettent aux enfants d'identifier ce qui les met en colère et de développer des stratégies de gestion des problèmes. Fizkes/Shutterstoc...
Bien-être des enseignants : après la pandémie, une éclaircie ? Tout dépend du pa... Image de Freepik Bien-être des enseignants : après la pandémie, une éclaircie ? Tout dépend du pays Marie-Noël Vercambre-Jacquot, Fondation ...
Les maths pour les garçons, le français pour les filles ? Comment les stéréotype... Image par Gerd Altmann de Pixabay Les maths pour les garçons, le français pour les filles ? Comment les stéréotypes de genre se perpétuent à l’...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA