Météo orageuse pour l’éditeur Planeta

Economie

En cédant Editis à Vivendi, le géant espagnol de l’édition renonce à son expansion hors du marché hispanophone. L’opération intervient au cœur d’une année troublée pour ce groupe présent également dans les médias.

Pour Planeta, 2018 a tout de l’annus horribilis. Le géant espagnol de l’édition, propriété de la famille Lara, vient de traverser neuf mois pour le moins mouvementés. Sans doute les plus agités depuis la mort, fin janvier 2015, du patriarche du groupe, José Manuel Lara Bosch. En effet, le 30 juillet, Planeta a annoncé la cession d’Editis, deuxième ensemble éditorial français, à Vivendi pour 900 millions d’euros, quelques semaines après avoir vendu son siège emblématique à Barcelone. 

Acheté à Wendel en 2008 pour 1,026 milliard d’euros, Editis, qui détient entre autres dans son giron Robert Laffont, Plon, Les Presses de la Cité, Pocket, 10/18, Nathan et Bordas, était le fleuron de Planeta. Il devait renforcer la « vocation internationale » du groupe, au-delà du marché hispanophone – Espagne et Amérique latine –, qu’il domine depuis plusieurs années.

La cession, qui doit être conclue d’ici à la fin de l’année, offrira une bouffée d’oxygène au groupe espagnol, dont la dette est évaluée à un peu plus de 1,2 milliard d’euros, mais surtout à Hemisferio, la société d’investissement des Lara, qui aurait accumulé, quant à elle, plus de 400 millions d’euros de dettes à la suite de la dépréciation de ses participations dans le groupe bancaire Banco Sabadell, durement touché par la crise financière de 2008, et dont elle fut le principal actionnaire. Hemisferio était propriétaire du siège de Planeta, vendu pour 210 millions d’euros au fonds d’investissement américain Black­stone, et de 40 % d’Editis.

Le ton de cette année 2018 a été donné en février par le départ forcé de José Manuel Lara Garcia, fils du patriarche défunt, qui se considérait comme l’héritier naturel de l’empire familial à la place de son père. Les ambitions de M. Lara Garcia, 43 ans, qui occupait depuis 2015 le poste de directeur général, n’auraient pas plu au PDG de Planeta, José Creuheras, un pilier de la maison, qui a décidé, avec le soutien du reste de la famille,...


Lire la suite : Météo orageuse pour l’éditeur Planeta


Articles en Relation

La gestion de l’argent au sein du couple, un reflet de la conception d’une relat... Sarah Benmoyal Bouzaglo, Université de Paris; Corina Paraschiv, Université de Paris et Maïva Ropaul, Université de Paris L’argent reste général...
Pouvoir d’achat : le bouclier tarifaire, un soutien de 100 euros par trimestre Selon l’Insee, le bouclier tarifaire a permis une réduction de l’inflation d’environ un point entre février 2021 et février 2022. Alexandr P...
Pays-Bas : le pays du plein emploi des jeunes - Documentaire Documentaire : Pays-Bas : le pays du plein emploi des jeunes Si, en France, le chômage des jeunes est un problème important, il existe un pays en E...
Le pain, une longue histoire d’innovations techniques et sociales Bien qu’en forte baisse, la consommation globale de pain avoisine actuellement une centaine de grammes par jour. Pixnio, CC BY-SA Sophie Re...
Affaire Orpea : mais à quoi servent les notations ESG ? Le livre « Les Fossoyeurs » a révélé début 2022 des problèmes structurels qui n’apparaissent pas dans les évaluations extrafinancières d...
Débat : Un salaire à vie ou un revenu universel ? Nicole Teke, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières Le 27 janvier dernier, la Bibliothèque universitaire de Nanterre organis...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA